Jardin des plantes de Coutances

De Wikimanche

Révision de 23 octobre 2015 à 12:34 par Larayevire (discussion | contributions) (Lien)

Vue générale après l'entrée.
Jardin public, carte postale

Le Jardin des plantes de Coutances, est un espace vert de la Manche, situé rue Quesnel-Canveaux à Coutances, à proximité du parvis de la cathédrale.

Historique

Il s’agit à l’origine d’un verger et d’herbages rattachés à un hôtel particulier, qui deviennent en 1675 la propriété de la famille Le Poupinel, seigneur de Quettreville-sur-Sienne.

Pendant la Révolution, le domaine est dispersé. Ainsi l’hôtel Le Poupinel abrite successivement la gendarmerie et la mairie, le reste est vendu au marchand Victor Charles Laurent qui l’exploite pendant plusieurs années.

L’hôtel restitué à ses anciens propriétaires est vendu en 1803 par Antoine Charles Le Poupinel au chevalier d’Ouessey, adjoint au maire de Coutances. Ce dernier rachète également à Victor Laurent, en 1816, vergers, herbages et jardins, reconstituant ainsi l’ancienne propriété dans son intégralité.

En 1824, Jean-Jacques Quesnel-Morinière, descendant d’une famille de magistrats, achète le domaine et transforme les terres en jardin d’agrément.

En janvier 1852, il lègue à la ville cet hôtel particulier à la condition qu’il soit d’utilité publique et que les jardins deviennent un parc municipal.

Établi sur une superficie de 21 340 m² selon les plans d’Adèle Sébastien Minel (1789- 1869), officier du génie retraité et aquarelliste, le jardin public permet d’admirer, dès 1855, un jardin profondément réaménagé sur trois niveaux avec terrasses, bosquets, jets d’eau et labyrinthe.

L’hôtel particulier est transformé en musée, qui porte le nom du donateur et abrite expositions permanente et temporaire.

Aujourd'hui

Le jardin public a été rebaptisé Jardin des plantes.

La spécialité de ce jardin est la mosaïculture qui permet aussi la déclinaison des thèmes, qui, année après année, sous-tendent le fleurissement de la ville : en 2011, les jeux, l’année précédente les métiers qui avaient remplacé les sports.

Malgré les dégâts causés par la tempête de 1999, le jardin recèle aussi des arbres remarquables, notamment en sa partie basse. Ont été classés arbres remarquables par le CAUE de la Manche un hêtre à feuilles de fougères (fagus sylvatica ‘laciniata) et un tulipier de Virginie (liriodendron tulipifera). On remarque également deux chênes verts (quercus ilex) dont l’un a une circonférence de 4,23 m à 1,30 m de sa base, et un hêtre pourpre (fagus sylvatica purpurea) qui mesure 4,90 m de circonférence à 1,30 m de son point bas.

Classé à l’Inventaire supplémentaire de monuments historiques en 1992, le Jardin des plantes se visite aussi de nuit l’été avec illuminations et accompagnement musical.

Statues et monuments

Le jardin public est un espace privilégié de commémoration, à travers l'érection de statues :

  • Amiral Tourville : la statue d’origine, en bronze, installée en 1907, est fondue pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle est remplacée en 1952 par une statue de pierre, en provenance du Trocadéro. Le socle de la statue primitive, avec un haut-relief représentant une allégorie guerrière, est visible à proximité.
  • Remy de Gourmont : le buste de l’écrivain est inauguré en 1922 lors des journées organisées par les artistes du Pou qui grimpe.
  • L’obélisque : érigé à la mémoire de Jean-Jacques Quesnel-Morinière, donateur des lieux, il est en granit.
  • La Maternité : groupe en marbre blanc, représentant une mère et ses deux enfants, donnée par le Sénat.

Sources

Lien interne