Différences entre versions de « Jérôme Hyacinthe Penhoat »

De Wikimanche

m (→‎Biographie : typo)
(+ cat.)
 
(6 versions intermédiaires par 3 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 '''Jérôme Hyacinthe Penhoat''', né à Roscoff (Finistère) le [[26 mars]] [[1812]], mort à Paris le [[14 juin]] [[1882]], une personnalité militaire liée au département de la [[Manche]].
+
 '''Jérôme Hyacinthe Penhoat''', né à Roscoff (Finistère) {{date naissance|26|3|1812}}, mort à Paris {{date décès|14|6|1882}}, une personnalité militaire liée au département de la [[Manche]].
 
   
 
   
 
==Biographie==
 
==Biographie==
Fils d'un officier de marine, il entre en novembre [[1827]] au Collège de marine d’Angoulême dans la dernière promotion puisque celui-ci fut fermé peu après et transféré à Brest sur l’ ''Orion''.<br>
+
Fils d'un officier de marine, il entre en novembre [[1827]] au Collège de marine d’Angoulême dans la dernière promotion puisque celui-ci fut fermé peu après et transféré à Brest (Finistère) sur l’ ''Orion''.
Aspirant en octobre [[1828]], il est affecté à la station du Brésil et de La Plata où il effectue des travaux hydrographiques.<br>
+
 
Enseigne de vaisseau en mars [[1834]], il embarque sur l’ ''Héroïne'' pour une campagne de protection des pêcheurs de baleine qui lui fait faire le tour du monde.<br>
+
Aspirant en octobre [[1828]], il est affecté à la station du Brésil et de La Plata où il effectue des travaux hydrographiques.
Lieutenant de vaisseau en avril [[1837]], il fait campagne aux Antilles et, en [[1839]]-[[1840]], sur la ''Belle-Poule'' avec le prince de Joinville pour le [[Retour des cendres de Napoléon à Cherbourg (1840)|retour des cendres de Napoléon]].<br>
+
 
Second de la corvette à vapeur ''Pluton'' en [[1842]],  il participe, en [[1844]], à la campagne de l’escadre commandée par Joinville sur les côtes marocaines et aux bombardements de Tanger et de Mogador. Second du ''Henri IV'' en [[1850]], il est au bombardement de Salé, pour l’escadre Dubourdieu en novembre [[1851]].<br>
+
Enseigne de vaisseau en mars [[1834]], il embarque sur l’ ''Héroïne'' pour une campagne de protection des pêcheurs de baleine qui lui fait faire le tour du monde.
Promu capitaine de frégate en février [[1852]], il est second du vaisseau à hélice ''Napoléon'' lors de l’expédition de Crimée où il se distingue en dirigeant en octobre [[1854]] le débarquement de Yalta puis en commandant une batterie à terre. Sa conduite au bombardement de Sébastopol d’octobre [[1854]] lui vaut d’être cité à l’ordre du jour et promu capitaine de vaisseau. <br>
+
 
[[Fichier:Belliqueuse (1865).jpg‎|thumb|right|150px|La Belliqueuse]]
+
Lieutenant de vaisseau en avril [[1837]], il fait campagne aux Antilles et, en [[1839]]-[[1840]], sur la ''Belle-Poule'' avec le prince de Joinville pour le [[Retour des cendres de Napoléon à Cherbourg (1840)|retour des cendres de Napoléon]].
Membre du Conseil des Travaux en [[1855]], il commande l’année suivante le ''Cléopâtre'' aux Antilles puis, en [[1861]], la frégate cuirassée ''La Couronne'' avec laquelle il contribue de manière essentielle à la définition des méthodes d’emploi de ces nouveaux bâtiments.<br>
+
 
Major général à Brest en août [[1864]], il est promu contre-amiral et prend en novembre [[1866]] le commandement de la Division navale du Pacifique avec pavillon sur la corvette cuirassée ''La Belliqueuse'', premier bâtiment de ce type à partir en campagne lointaine. Il gagne le Pacifique par le cap Horn, effectue en avril [[1869]] une mission au Japon et rentre enFrance par l’océan Indien en bouclant ainsi un tour du monde qui démontre la bonne endurance des bâtiments cuirassés.<br>
+
Second de la corvette à vapeur ''Pluton'' en [[1842]],  il participe, en [[1844]], à la campagne de l’escadre commandée par Joinville sur les côtes marocaines et aux bombardements de Tanger et de Mogador (Maroc). Second du ''Henri IV'' en [[1850]], il est au bombardement de Salé, pour l’escadre Dubourdieu en novembre [[1851]].
En juillet [[1870]], Penhoat commande en sous-ordre l’escadre du Nord avec pavillon sur la ''Savoie''. Nommé commandant en chef de cette force, il la quitte en novembre pour aller prendre le [[2 décembre]] à Gien le commandement de la 2{{e}} division d’infanterie du XVIII{{ e}} corps. Avec cette unité, il va rejoindre l’armée de l’Est, avec laquelle il participe aux combats de Villersexel les [[9 janvier|9]] et [[10 janvier]] 1871 et d’Héricourt les [[15 janvier|15]] et [[17 janvier]].<br>
+
 
Promu vice-amiral en février, il reçoit le commandement en chef de l’armée des Vosges dont il assure la dissolution après la signature de l’armistice.<br>
+
Promu capitaine de frégate en février [[1852]], il est second du vaisseau à hélice ''Napoléon'' lors de l’expédition de Crimée où il se distingue en dirigeant en octobre [[1854]] le débarquement de Yalta puis en commandant une batterie à terre. Sa conduite au bombardement de Sébastopol d’octobre [[1854]] lui vaut d’être cité à l’ordre du jour et promu capitaine de vaisseau.
Il exerce les fonctions de [[Liste des préfets maritimes de Cherbourg|préfet de la 1{{exp|re}} région maritime]], à [[Cherbourg]] à compter de juin [[1871]] et ce jusqu'en [[1874]].<br>
+
 
Membre du Conseil d’Amirauté, il devient préfet maritime de Toulon en octobre [[1875]].<br>
+
[[Fichier:Belliqueuse (1865).jpg‎|thumb|right|150px|''La Belliqueuse''.]]
 +
Membre du Conseil des Travaux en [[1855]], il commande l’année suivante le ''Cléopâtre'' aux Antilles puis, en [[1861]], la frégate cuirassée ''La Couronne'' avec laquelle il contribue de manière essentielle à la définition des méthodes d’emploi de ces nouveaux bâtiments.
 +
 
 +
Major général à Brest en août [[1864]], il est promu contre-amiral et prend en novembre [[1866]] le commandement de la division navale du Pacifique avec pavillon sur la corvette cuirassée ''La Belliqueuse'', premier bâtiment de ce type à partir en campagne lointaine. Il gagne le Pacifique par le cap Horn, effectue en août [[1868]] une mission au Japon et rentre en France par l’océan Indien en bouclant ainsi un tour du monde qui démontre la bonne endurance des bâtiments cuirassés.
 +
 
 +
En juillet [[1870]], Penhoat commande en sous-ordre l’escadre du Nord avec pavillon sur la ''Savoie''. Nommé commandant en chef de cette force, il la quitte en novembre pour aller prendre le [[2 décembre]] à Gien le commandement de la 2{{e}} division d’infanterie du XVIII{{ e}} corps. Avec cette unité, il va rejoindre l’armée de l’Est, avec laquelle il participe aux combats de Villersexel les [[9 janvier|9]] et [[10 janvier]] 1871 et d’Héricourt les [[15 janvier|15]] et [[17 janvier]].
 +
 
 +
Promu vice-amiral en février, il reçoit le commandement en chef de l’armée des Vosges dont il assure la dissolution après la signature de l’armistice.
 +
 
 +
Il exerce les fonctions de [[Liste des préfets maritimes de Cherbourg|préfet de la 1{{exp|re}} région maritime]], à [[Cherbourg]] à compter de juin [[1871]] et ce jusqu'en [[1874]].
 +
 
 +
Membre du Conseil d’Amirauté, il devient préfet maritime de Toulon en octobre [[1875]].
 +
 
 
Penhoat est maintenu en activité sans limite d’âge pour avoir commandé en chef devant l’ennemi.
 
Penhoat est maintenu en activité sans limite d’âge pour avoir commandé en chef devant l’ennemi.
  
 
==Distinctions==
 
==Distinctions==
===Décorations françaises===
+
* Officier de la Légion d'honneur, le [[15 décembre]] [[1851]], commandeur le [[31 décembre]] [[1859]], grand officier le [[28 mai]] [[1869]]
* Officier de la Légion d'Honneur, le [[15 décembre]] [[1851]]
+
* Compagnon de l'Ordre du Bain
* Commandeur de la Légion d'Honneur, le [[31 décembre]] [[1859]]
 
* Grand Officier de la Légion d'Honneur, le [[28 mai]] [[1869]]
 
 
 
===Décorations étrangères===
 
* Compagnon de l'Orde du Bain
 
  
 
==Publications==
 
==Publications==
Ligne 34 : Ligne 41 :
  
 
==Source==
 
==Source==
* Espace Tradition de l'École navale. [http://ecole.nav.traditions.free.fr]
+
* Espace Tradition de l'École navale [http://ecole.nav.traditions.free.fr ''(lire en ligne)'']
  
 
{{DEFAULTSORT:Penhoat, Jerome Hyacinthe}}
 
{{DEFAULTSORT:Penhoat, Jerome Hyacinthe}}
[[Catégorie:Personnalité militaire de la Manche]]
+
[[Catégorie:Biographie]]
 
[[Catégorie:Préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord]]
 
[[Catégorie:Préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord]]
[[Catégorie:Marin de la Manche]]
+
[[Catégorie:Titulaire de la Légion d'honneur]]
 +
[[Catégorie:Décès à 70 ans]]

Version actuelle datée du 20 janvier 2021 à 20:11

 Jérôme Hyacinthe Penhoat, né à Roscoff (Finistère) le 26 mars 1812, mort à Paris le 14 juin 1882, une personnalité militaire liée au département de la Manche.

Biographie

Fils d'un officier de marine, il entre en novembre 1827 au Collège de marine d’Angoulême dans la dernière promotion puisque celui-ci fut fermé peu après et transféré à Brest (Finistère) sur l’ Orion.

Aspirant en octobre 1828, il est affecté à la station du Brésil et de La Plata où il effectue des travaux hydrographiques.

Enseigne de vaisseau en mars 1834, il embarque sur l’ Héroïne pour une campagne de protection des pêcheurs de baleine qui lui fait faire le tour du monde.

Lieutenant de vaisseau en avril 1837, il fait campagne aux Antilles et, en 1839-1840, sur la Belle-Poule avec le prince de Joinville pour le retour des cendres de Napoléon.

Second de la corvette à vapeur Pluton en 1842, il participe, en 1844, à la campagne de l’escadre commandée par Joinville sur les côtes marocaines et aux bombardements de Tanger et de Mogador (Maroc). Second du Henri IV en 1850, il est au bombardement de Salé, pour l’escadre Dubourdieu en novembre 1851.

Promu capitaine de frégate en février 1852, il est second du vaisseau à hélice Napoléon lors de l’expédition de Crimée où il se distingue en dirigeant en octobre 1854 le débarquement de Yalta puis en commandant une batterie à terre. Sa conduite au bombardement de Sébastopol d’octobre 1854 lui vaut d’être cité à l’ordre du jour et promu capitaine de vaisseau.

La Belliqueuse.

Membre du Conseil des Travaux en 1855, il commande l’année suivante le Cléopâtre aux Antilles puis, en 1861, la frégate cuirassée La Couronne avec laquelle il contribue de manière essentielle à la définition des méthodes d’emploi de ces nouveaux bâtiments.

Major général à Brest en août 1864, il est promu contre-amiral et prend en novembre 1866 le commandement de la division navale du Pacifique avec pavillon sur la corvette cuirassée La Belliqueuse, premier bâtiment de ce type à partir en campagne lointaine. Il gagne le Pacifique par le cap Horn, effectue en août 1868 une mission au Japon et rentre en France par l’océan Indien en bouclant ainsi un tour du monde qui démontre la bonne endurance des bâtiments cuirassés.

En juillet 1870, Penhoat commande en sous-ordre l’escadre du Nord avec pavillon sur la Savoie. Nommé commandant en chef de cette force, il la quitte en novembre pour aller prendre le 2 décembre à Gien le commandement de la 2e division d’infanterie du XVIIIe corps. Avec cette unité, il va rejoindre l’armée de l’Est, avec laquelle il participe aux combats de Villersexel les 9 et 10 janvier 1871 et d’Héricourt les 15 et 17 janvier.

Promu vice-amiral en février, il reçoit le commandement en chef de l’armée des Vosges dont il assure la dissolution après la signature de l’armistice.

Il exerce les fonctions de préfet de la 1re région maritime, à Cherbourg à compter de juin 1871 et ce jusqu'en 1874.

Membre du Conseil d’Amirauté, il devient préfet maritime de Toulon en octobre 1875.

Penhoat est maintenu en activité sans limite d’âge pour avoir commandé en chef devant l’ennemi.

Distinctions

Publications

  • La Tactique des bâtiments à vapeur à roues en 1843
  • Essai sur l’attaque et ladéfense des lignes de vaisseaux en 1862
  • Essai sur les évolutions d’une ligne de bataille en 1865
  • Journal de marche de la 2e division d’infanterie en 1873 puis un rapport sur la dissolution de l’armée des Vosges
  • Deux nouvelles études sur la tactique des armées navales à vapeur en 1878 et 1879.

Source