Histoire de l'école de La Barre-de-Semilly : Différence entre versions

De Wikimanche

Ligne 26 : Ligne 26 :
  
 
* ''ET LES FILLES ?''
 
* ''ET LES FILLES ?''
 +
La question d'une "école des Filles" fut posée très tôt au Conseil Municipal de La Barre. Dès le 14 octobre 1818, il fut décidé, faute de moyens suffisants pour pouvoir payer une institutrice pour les filles, d'envoyer les 16 élèves jeunes filles pouvant recevoir de l'instruction vers la Dame Marie-Françoise FARCY, à Saint-André de l'Epine, qui depuis deux ans déjà instruisaient ces jeunes Barriennes. Il en coûtait vingt-centimes par semaine à chaque parent.
 +
Il n'a pas été trouvé de preuve de l'existence d'un local pour l'instruction des filles à cette période sur La Barre même si des histoires circulent concernant un couvent ou une abbaye à la Mazure (après 1842) ou encore un appartement près du Presbytère (1832).
 +
Rappelons simplement qu'à cette époque rien n'oblige les communes à créer une école de filles ; ce n'est qu'en 1850 que la loi FALLOUX l'imposera (pour les communes de plus de 800 habitants), et il faut attendre 1867 (Loi DURUY) pour que l'obligation concerne les communes de plus de 500 habitants, cas de La Barre.
 +
 +
* ''1870 : Les débuts de l'école des Filles....L'Ecole du Haut''
 +
Après une mise en demeure du Préfet de fermer le local malsain qui servait d'école des filles (lettre du 10 août 1869 du Préfet au maire), le Conseil Municipal vote le 24 octobre 1869 l'acquisition d'une parcelle de terrain, nommée La Pointe, et la construction sur cette parcelle d'une école de filles.
  
  

Version du 8 décembre 2007 à 17:01

  • L'Ancien Régime et les débuts...

Sous l'Ancien régime et jusqu'à la Révolution de 1789, il est très probable que le minimum d'instruction était assuré par le curé lui-même mais à quelques heureux garçons uniquement. Le curé donne alors des rudiments de lecture et de latin qui permettront de le seconder pour servir à la messe ou d'entrer au Séminaire.
Les familles nobles ou bourgeoises, lorsqu'elles croient aux vertus de la science, trouvent un précepteur pour leur enfant qui reçoit un minimum de savoir (en échange d'un minimum d'argent pour le précepteur).

La Révolution va décider la création d'écoles partout dans le pays. En décembre 1792, elle crée même le mot d'instituteur.
C'est à cette époque que La Barre aurait connu son premier maître d'école. Il est probable que les choses se passèrent ainsi : Un nommé LE-------- qui exerçait la profession de métreur, assurait la rédaction des actes d'État-Civil ( qui remplaçaient les actes paroissiaux).

Dans les années 1809-1817, c'est François Georges EURY qui est instituteur (né le 23 avril 1788 à La Barre-mort le 13 octobre 1828), il y enseignera une dizaine d'années puis deviendra "géomètre". Tous ces gens dispensaient leur enseignement dans une maison privée (peut-être même dans leur cuisine ) ou dans l'église.

Au début du 19ème siècle, on s'attend à ce que des écoles dignes de ce nom voient le jour. Finis les maîtres que l'on rétribue à la peine ; depuis 1816 ils doivent présenter un brevet de capacité. Reste à leur trouver un local, les payer décement et habituer les gens aux bienfaits de l'instruction. Or, c'est justement lors de la mise en place de cette loi de 1816 ("chaque commune est tenue de pourvoir à l'instruction primaire de ses enfants) que les difficultés surgissent. Au vu d'une enquête de 1824, retrouvée dans les Archives Diocésaines, concernant les instituteurs de la commune, on constate que la Barre n'a pas d'instituteurs à cette époque. Le curé de la paroisse (Jean-Henri ISABEL-COURSELLES) y apporte même ses propres observations : " Nous n'avons point maintenant d'instituteurs, parce que les centimes additionnels aux contributions sont trop modiques pour lui donner un traitement et subvenir aux autres dépenses de la commune. J'en ai eu un pendant 10 ans, dont j'ai eu lieu d'être satisfait. Je le logeais, nourrissais et payai, il tenait l'école chez moi et sous mes yeux ; à ce moyen, je faisais instruire gratuitement ceux qui ne pouvaient payer, ce qui était à ma détermination. Mais il a pris un parti plus lucratif" Le curé évoque ici l'instituteur François Georges EURY. " J'ai eu un autre jeune homme que j'élevais à dessein de le remplacer, mais la mort nous l'a enlevé depuis quelques mois lorsqu'il allait être état de nous faire jouir de l'instruction que je lui avais donnée. Nous ignorons le nom de cette personne. " J'en élève encore un autre à ce dessein, qui me parait avoir du talent, mais je l'instruis depuis peu de temps et ne puis encore dire ce qu'il deviendra. Il ne pourra tenir l'école qu'au mois d'avril 1826. Malheureusement le curé Jean-Henri ISABEL-COURSELLES mourra le 8 mai 1825, à l'âge de 76 ans, et ne verra pas son dernier protégé enseigner à La Barre. Nous ignorons même ce qu'il advint.

  • 1835 : Enfin un local pour l'école des garçons

La Loi GUIZOT (1833)faisait à chaque commune "obligation d'entretenir une maison d'école" (ainsi qu'à chaque département de créer une école normale de garçons). Comment La Barre s'acquitta-t-elle de ce devoir ? Après avoir fait une tentative infructueuse de rachat de l'ancien Presbytère qui avait été vendu dans les temps révolutionnaires à un particulier, le conseil municipal a finalement fait l'acquisition le 29 août 1935 d'un bâtiment, situé près de l'église, qui deviendra la mairie et l'école. Le local servira jusqu'en 1956 pour l'école et jusqu'en 1960 pour la mairie.

Le premier instituteur de cette nouvelle école fut Auguste François DURAND (né en 1811 à Saint-Croix). Arrivant de la Mancellière, il enseigna à La Barre de 1835 à 1848. Il succédait à Jean MADELAINE qui démissionna le 18 mars 1835.

  • ET LES FILLES ?

La question d'une "école des Filles" fut posée très tôt au Conseil Municipal de La Barre. Dès le 14 octobre 1818, il fut décidé, faute de moyens suffisants pour pouvoir payer une institutrice pour les filles, d'envoyer les 16 élèves jeunes filles pouvant recevoir de l'instruction vers la Dame Marie-Françoise FARCY, à Saint-André de l'Epine, qui depuis deux ans déjà instruisaient ces jeunes Barriennes. Il en coûtait vingt-centimes par semaine à chaque parent. Il n'a pas été trouvé de preuve de l'existence d'un local pour l'instruction des filles à cette période sur La Barre même si des histoires circulent concernant un couvent ou une abbaye à la Mazure (après 1842) ou encore un appartement près du Presbytère (1832). Rappelons simplement qu'à cette époque rien n'oblige les communes à créer une école de filles ; ce n'est qu'en 1850 que la loi FALLOUX l'imposera (pour les communes de plus de 800 habitants), et il faut attendre 1867 (Loi DURUY) pour que l'obligation concerne les communes de plus de 500 habitants, cas de La Barre.

  • 1870 : Les débuts de l'école des Filles....L'Ecole du Haut

Après une mise en demeure du Préfet de fermer le local malsain qui servait d'école des filles (lettre du 10 août 1869 du Préfet au maire), le Conseil Municipal vote le 24 octobre 1869 l'acquisition d'une parcelle de terrain, nommée La Pointe, et la construction sur cette parcelle d'une école de filles.




Source : "La Barre de Semilly et son Histoire - Les écoles" édité par l'Association "Vivre à La Barre"(1992)