Henri Daillière : Différence entre versions

De Wikimanche

(Modèles dates naissance et décès)
(Notes et références)
Ligne 12 : Ligne 12 :
 
Il est inhumé à [[Bretteville-en-Saire]].
 
Il est inhumé à [[Bretteville-en-Saire]].
  
==Notes et références==
+
{{Notes et références}}
<references />
 
 
 
 
{{DEFAULTSORT:Dailliere, Henri}}
 
{{DEFAULTSORT:Dailliere, Henri}}
 
[[Catégorie:Biographie]][[Catégorie:Combattant de la Seconde Guerre mondiale]]
 
[[Catégorie:Biographie]][[Catégorie:Combattant de la Seconde Guerre mondiale]]
 
[[Catégorie:Aviation dans la Manche]]
 
[[Catégorie:Aviation dans la Manche]]

Version du 19 juin 2019 à 20:38

Henri Daillière[1], né à Tours (Indre-et-Loire) le 26 février 1901 et mort à Freetown (Sierra Leone) le 11 octobre 1942, est une personnalité militaire de la Manche.

Biographie

Il entre à l'École navale en octobre 1919. Il est affecté à Cherbourg en 1921 avec le grade d'enseigne de vaisseau de 2e classe.

Il fait partie de l'équipage du Latécoère 300 Croix du Sud qui relie Cherbourg à Zinguinchor (Sénégal) en 1935, établissant ainsi un nouveau record du monde de traversée en hydravion.

Il prend le commandement de l'Aéronautique navale en Afrique occidentale française (AOF) le 31 janvier 1942.

Daillière, fidèle à l'administration de Vichy en AOF, doit faire face à des attaques britanniques dans le secteur. Le 11 octobre 1942, au cours d'une mission de reconnaissance dans le ciel de Freetown (Sierra Leone), à bord d'un Martin 167 F, il est abattu. Il reçoit la distinction Mort pour la France en opérations.

Il est inhumé à Bretteville-en-Saire.

Notes et références

  1. Henri Laurent Daillière pour l'état-civil.