Actions

Grands magasins Ratti

De Wikimanche

Révision datée du 27 novembre 2023 à 20:49 par Sioux (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
La façade d'angle, rue Gambetta.
Le bâtiment du magasin Ratti, en 1944 et dans les années 2000.
Publicité peinte par Lucien Goubert.

Les Grands magasins Ratti sont une ancienne entreprise de Cherbourg.

Ils remplacent les « Grands magasins de nouveautés et confections À la Frileuse », installés en 1904 par Lucien Ratti dans un magasin de confection datant de la fin du XIXe siècle. Agrandis des bâtiments attenants et détruits à cette occasion, ils sont déjà nommés « Maison L. Ratti » avant leur destruction pour laisser place à un nouveau bâtiment grandiose.

La construction commence en 1920, à l'initiative de Lucien Ratti [1], sur le modèle des grands magasins existant déjà à Paris, en particulier de La Samaritaine [2]. Le bâtiment occupe sur un rez-de-chaussée et trois étages à l'angle de la rue Gambetta (façade principale, des n° 2 à 10) et de la rue des Portes (n° 46 à 56). La conception est confiée à l'architecte René Levavasseur.

Inaugurés le 1er juillet 1929 [2], ils proposent une grande variété de produits sur 8 000 m2 [1].

D'inspiration Art déco, le bâtiment a reçu le label « Patrimoine du XXe siècle » décerné par le ministère de la Culture. Il est l'un des premiers du département à être équipé d'ascenseurs.

Le peintre Lucien Goubert est requis pour composer une affiche publicitaire intitulée « No va tcheu Ratti » [1].

Ils sortent de la famille Ratti en 1954 à travers le rachat par la Société des Magasins réunis, qui changent l'appellation commerciale en Nouveaux magasins Ratti, puis en 1965 en Magasins Réunis [2]. En 1983, le groupe Printemps rachète l'ensemble [2]. L'immeuble est vendu à la découpe en 1994 entre Damart, Burton et Eurodif.

Racheté en avril 2008 par Eurinvest [2], le magasin est entièrement reconfiguré en perdant son volume, pour accueillir plusieurs enseignes aux côtés d'Eurodif, dont la surface commerciale exploitée passe de 2 000 m2 à 1 200 m2.

En 2020, la ville de Cherbourg-Octeville entame une réflexion pour redonner vie à l'immeuble qui n'est plus occupé qu'au rez-de-chaussée et partiellement au premier étage [3].

Le 27 avril 2023, le groupe Nexity rachète l'immeuble à Eurinvest en affirmant vouloir lui redonner son lustre d'antan : le rez-de-chaussée et le premier étage, ainsi peut-être qu'une partie du deuxième étage, seraient dévolus au commerce, tandis qu'une cinquantaine de logements seraient créés au 3e étage et dans les combles [4]. Un permis de construire doit être déposé avant la fin de l'année 2023 et la « livraison [est] programmée pour 2026 » [5].

Description du bâtiment

« Le bâtiment de quatre niveaux occupe un îlot au coin des rues Gambetta et des Portes, son entrée étant placée dans l'angle coupé. Ce dernier volume en avant-corps est encadré de pilastres sur toute sa hauteur qui supportent un fronton cintré où est inscrit le nom du magasin, surmonté d'un lanterneau. Les façades latérales étaient rythmés par des pilastres cannelés encadrant les baies vitrées des premier et deuxième étages (ces baies sont aujourd'hui en partie murées). Une frise de bas-reliefs soulignait l'entablement entre ces deux niveaux. Au dessus de la corniche, elle aussi sculptée, se déploie une série de lucarnes à fronton cintré. Le-rez-de-chaussée, occupé par les vitrines, est abrité par un auvent (garni de ferronnerie à l'origine). Le magasin de 8 000 m2 doté d'ascenseurs était, lors de son inauguration en 1929, le plus grand et le plus moderne de la région. Il a subi depuis des travaux de restructuration qui ont fait disparaître une partie des décors » [6].

Il est labellisé Patrimoine du XXe siècle.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Bernard Launey, Cherbourg 1900-1975, éd. La Dépêche, 1976, p. 93.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 et 2,4 « Magasin de commerce dit magasin Ratti », L'Inventaire du patrimoine, région Normandie, site internet, 2006.
  3. « Cherbourg souhaite lancer un projet pour “la renaissance de Ratti” », La Presse de la Manche, site internet, 19 février 2020.
  4. Jean-Philippe Massieu, « L'emblématique immeuble Ratti va renaître », La Presse de la Manche, 6 mai 2023.
  5. « Cherbourg-en-Cotentin. Ratti, un nouveau look pour une nouvelle vie », La Manche Libre, site internet, 6 mai 2023.
  6. Clémence Préault, Base Mérimée, ministère de la Culture, 2 septembre 2014 (lire en ligne).

Liens internes