Actions

Gilles Gosselin

De Wikimanche

Révision datée du 23 juillet 2023 à 21:13 par Sioux (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Gilles Julien Gosselin, né à Carnet le 24 novembre 1762 [1] et mort à Argouges le 14 août 1795 (27 thermidor an III), fusillé, est une personnalité catholique de la Manche.

Abattu dans un champ

Gilles Gosselin se fait prêtre à l’âge de 26 ans. Nommé vicaire dans sa paroisse natale, il s’exile à Jersey dès le début des troubles anti-religieux. Mais, attaché à sa terre, il revient à Carnet en 1793. Peu de temps après, en septembre, il est arrêté au Ferré et emprisonné à Fougères et au Mont-Saint-Michel.

Malade, il est libéré en janvier 1795. Mais, toujours considéré comme réfractaire, il doit continuer à se cacher. Très vite arrêté, il est conduit à Argouges en août de la même année. Sans autre forme de procès, l’abbé Gilles Gosselin est abattu près du calvaire d'Argouges, au coin d’un champ en bordure de la route de Coglès.

Il est inhumé devant la principale porte de l'Église Notre-Dame de Carnet.

Depuis 1854, une croix s’élève à sa mémoire près du lieu de son supplice. On l’appelle la "Croix Trincot".

Source

René Gautier (dir.), Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, ISBN 2914541562.

Notes et références

Article connexe