George Greene : Différence entre versions

De Wikimanche

(Page créée avec « '''George Greene''', né en 1747 ou 1748 en Angleterre, est un écrivain de la Manche. Anglais privé d'une large partie de sa fortune par un décret de la Chacel... »)
 
(typo)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''George Greene''', né en [[1747]] ou [[1748]] en Angleterre, est un écrivain de la Manche.
+
'''George Greene''', né en [[1747]] ou [[1748]] en Angleterre, est un écrivain de la [[Manche]].
  
Anglais privé d'une large partie de sa fortune par un décret de la Chacellerie de 1787, il ne trouve pas d'emploi dans son pays. Sur recommandation du lord Adam Gordon, il est alors recruter par les princes de Monaco pour être l'un des régisseur de leur domaine normand<ref name=bourdon>Jean-Paul Bourdon, « Introduction sur Georges Green », ''Études rurales'', N°127-128, 1992. La terre et le Pacifique ; p. 191-200. [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rural_0014-2182_1992_num_127_1_4774 ''(En ligne)''].</ref>.
+
Anglais privé d'une large partie de sa fortune par un décret de la Chancellerie de [[1787]], il ne trouve pas d'emploi dans son pays. Sur recommandation du lord Adam Gordon, il est alors recruté par les princes de Monaco pour être l'un des régisseurs de leur domaine normand<ref name=bourdon>Jean-Paul Bourdon, « Introduction sur Georges Green », ''Études rurales'', N° 127-128, 1992. La terre et le Pacifique ; p. 191-200. [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rural_0014-2182_1992_num_127_1_4774 ''(En ligne)''].</ref>.
  
Il l'est de mars [[1790]] à février [[1800]]. Il est incarcéré au château de Torigni d'octobre 1793 à janvier 1795 avec sa femme, cinq de ses enfants et des domestiques. Après le coup d'Etat du 4 septembre 1797, il tente vainement d'obtenir un passeport britannique à Paris, et est à nouveau arrêté à son retour dans la Manche, en juillet 1798. Après 18 mois de détention à la citadelle de Saint-Lo, il est autorisé en janvier 1800 à regagner son pays<ref name=bourdon/>.  
+
Il l'est de mars [[1790]] à février [[1800]]. Il est incarcéré au château de Torigni d'octobre [[1793]] à janvier [[1795]] avec sa femme, cinq de ses enfants et des domestiques. Après le coup d'État du 4 septembre [[1797]], il tente vainement d'obtenir un passeport britannique à [[Paris]], et est à nouveau arrêté à son retour dans la Manche, en juillet [[1798]]. Après 18 mois de détention à la citadelle de [[Saint-Lô]], il est autorisé en janvier [[1800]] à regagner son pays<ref name=bourdon/>.  
  
 
Il publie alors sous souscription<ref name=bourdon/> ''Note sur les moeurs et les usages ruraux des habitants du Bocage bas normand'' en [[1802]], décrivant les traditions et les pratiques agricoles des habitants du Saint-Lois.  
 
Il publie alors sous souscription<ref name=bourdon/> ''Note sur les moeurs et les usages ruraux des habitants du Bocage bas normand'' en [[1802]], décrivant les traditions et les pratiques agricoles des habitants du Saint-Lois.  
Ligne 10 : Ligne 10 :
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==
Jean-Paul Bourdon, « Note sur les mœurs et les usages ruraux des habitants du Bocage bas normand par George Greene », ''études rurales'', n° 127-128, juillet-décembre 1992.
+
*Jean-Paul Bourdon, « Note sur les mœurs et les usages ruraux des habitants du Bocage bas normand par George Greene », ''Études rurales'', n° 127-128, juillet-décembre 1992.
  
 
== Notes et références ==
 
== Notes et références ==

Version du 1 juin 2015 à 09:25

George Greene, né en 1747 ou 1748 en Angleterre, est un écrivain de la Manche.

Anglais privé d'une large partie de sa fortune par un décret de la Chancellerie de 1787, il ne trouve pas d'emploi dans son pays. Sur recommandation du lord Adam Gordon, il est alors recruté par les princes de Monaco pour être l'un des régisseurs de leur domaine normand[1].

Il l'est de mars 1790 à février 1800. Il est incarcéré au château de Torigni d'octobre 1793 à janvier 1795 avec sa femme, cinq de ses enfants et des domestiques. Après le coup d'État du 4 septembre 1797, il tente vainement d'obtenir un passeport britannique à Paris, et est à nouveau arrêté à son retour dans la Manche, en juillet 1798. Après 18 mois de détention à la citadelle de Saint-Lô, il est autorisé en janvier 1800 à regagner son pays[1].

Il publie alors sous souscription[1] Note sur les moeurs et les usages ruraux des habitants du Bocage bas normand en 1802, décrivant les traditions et les pratiques agricoles des habitants du Saint-Lois.

Il s'installe ensuite en Russie, publiant en 1813 son Journal de Londres à Saint-Pétersbourg en passant par la Suède[1].

Bibliographie

  • Jean-Paul Bourdon, « Note sur les mœurs et les usages ruraux des habitants du Bocage bas normand par George Greene », Études rurales, n° 127-128, juillet-décembre 1992.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Jean-Paul Bourdon, « Introduction sur Georges Green », Études rurales, N° 127-128, 1992. La terre et le Pacifique ; p. 191-200. (En ligne).