Actions

Gare de Bretteville

De Wikimanche

Révision datée du 18 février 2024 à 19:33 par Sioux (discussion | contributions) (→‎Sur les traces du Tue-Vaques)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Ligne ferroviaire :
Cherbourg-Barfleur
Le Becquet ← Bretteville → Maupertus
« Tue-Vaques »

La gare de Bretteville en 1944.
(Photo prise par un soldat américain).

La gare de Bretteville est une ancienne gare ferroviaire de la Manche, située sur le territoire de la commune de Bretteville.

D'abord prévue pour une simple halte en 1907, elle est transformée en station en 1908 [1]. Elle est ouverte en 1911.

Le bâtiment est vendu fin 2021 ou début 2022 comme maison d'habitation et ses annexes sont agrandies. Les travaux sont terminés en 2023.

Situation ferroviaire

La gare de Bretteville après les travaux d'agrandissement, en 2023. Le ballast a laissé la place au goudron, les entrées de la gare sont devenues des fenêtres, l'inscription "Bretteville" est effacée, les annexes sont réalisées sans tenir compte de la symétrie et la cheminée a disparu ...

Elle se trouvait sur la ligne de chemin de fer de Cherbourg à Barfleur entre celle du Becquet et celle de Maupertus, au point kilométrique (PK) 9.

Vandalisme « colonial » en 1917

Le journal L'Ouest-Éclair[2] relate un étrange fait-divers ayant eu lieu le 7 janvier 1917. Menant une enquête à la hussarde, le quotidien accuse des soldats parisiens de l'infanterie coloniale, casernés à Fermanville, d'avoir bloqué un aiguillage de la gare de Bretteville avec dix-neuf pierres coincées entre les aiguilles et le rail. Dans une surenchère éditoriale manifeste on parle de « tentative criminelle », alors qu'il semble clair que c'est le résultat d'une journée de beuverie pour des soldats loin de chez eux et désœuvrés. Les malfaiteurs auraient même massacré un massif de fleurs avec « les bâtons dont ils étaient armés ».

D'autres déprédations auront lieu le même soir à la halte de Maupertus.

Sur les traces du Tue-Vaques

Le tracé depuis le hameau Saint-Germain de Bretteville jusqu'à Fermanville a été réutilisé en continu par la route touristique, aussi appelée route du Val de Saire (départementale 116). Il est donc toujours existant et praticable en voiture.

Chargement de la carte...

Notes et références

  1. Michel Harouy, Le Val de Saire au temps du Tue-Vâques (texte imprimé), Cheminements, Le Coudray-Macouard, 2004, pp. 60-61. ISBN 2-8447-8266-3.
  2. L'Ouest-Éclair, 18 janvier 1917 (lire en ligne).

Lien interne