Frédéric Anne

De Wikimanche

Révision datée du 1 avril 2020 à 13:30 par Larayevire (discussion | contributions) (Article connexe)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Frédéric Amand Eugène Anne dit Larose, né à Valognes le 14 octobre 1910 et mort dans la même commune le 16 décembre 1969 [1], est une personnalité politique et militaire de la Manche.

Biographie

Fils de maréchal ferrant, il est formé à la plomberie, travaille à la compagnie du Gaz de Valognes. En 1937, il est manœuvre et habite Bricquebec[2].

Il est secrétaire adjoint de la section valognaise CGT du bâtiment et prend sa carte en mai 1937 au PCF, dont il devint secrétaire adjoint de cellule. Il habite au 37 rue de l’Abattoir à Valognes[2].

Lorsque la guerre civile espagnole éclate, Frédéric Anne appartient aux volontaires qui partent aider les Républicains contre les troupes du général Franco. Celui qui n'a pas fait son service militaire s'engage le 25 décembre 1937. Comme son camarade Edmond Laisné, connu à la section communiste de Valognes, il est affecté comme caporal chef de pièce dans la compagnie de mitrailleuses du bataillon "Henri-Barbusse" de la 14e Brigade, dite « la Marseillaise ». Blessé, il rentre en France le 12 novembre 1938 avec une bonne appréciation de la commission des cadres du Parti communiste espagnol[2].

Durant l'Occupation, il est embauché à la Société d'électricité du Cotentin par Henri Cornat, qui lui permet d'échapper à l'arrestation et la déportation[3], contrairement à Laisné qui ne revient pas d'Auschwitz-Birkenau (Pologne)[4].

Notes et références

  1. – Tables décennales 1903/1912 – Page 2/69.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 « Anne Frédéric, Armand », Le Maitron - Dictionnaire biographique des militants des industries électriques et gazières, 2010. (Lire en ligne).
  3. Pierre Mouchel, C’est le pays qui m’a donné le jour, éditions du Panthéon, 2016.
  4. Claudine Cardon-Hamet, « Déportés politiques à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 : Laisné Edmond », sur le site Déportés politiques à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942, 2011-2018. (Lire en ligne).

Article connexe