Eugène Louis Hugues Méquet : Différence entre versions

De Wikimanche

m (màj)
(Notes et références)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''Eugène, Louis, Hugues Méquet''', (baron), {{date naissance|23|9|1812|Cherbourg}}, mort en [[1887]], est une personnalité militaire de la [[Manche]].
+
'''Eugène Louis Hugues Méquet''', (baron), {{date naissance|23|9|1812|Cherbourg}} et mort en [[1887]], est une personnalité militaire de la [[Manche]].
  
 
==Biographie==
 
==Biographie==
 
 
C'est le fils d'un brave marin qui se fait remarquer sous le premier empire. Après avoir été élève à l'école navale de Brest (Finistère), il devient aspirant de 2{{e}} classe en [[1828]], prend part à l'expédition d'Alger en [[1830]] et assiste à l'attaque de l'embouchure du Tage en [[1831]]. Promu enseigne de vaisseau en [[1833]], lieutenant en [[1842]], il reçoit ensuite un commandement sur la côte d'Afrique.
 
C'est le fils d'un brave marin qui se fait remarquer sous le premier empire. Après avoir été élève à l'école navale de Brest (Finistère), il devient aspirant de 2{{e}} classe en [[1828]], prend part à l'expédition d'Alger en [[1830]] et assiste à l'attaque de l'embouchure du Tage en [[1831]]. Promu enseigne de vaisseau en [[1833]], lieutenant en [[1842]], il reçoit ensuite un commandement sur la côte d'Afrique.
  
Ligne 11 : Ligne 10 :
 
Appelé à Paris pour prendre part à la défense de la capitale qui va être assiégée par les armées allemandes, il prend le commandement du 8{{e}} secteur de l'enceinte fortifiée et organise la résistance des forts de Vanves et de Montrouge qui souffriront beaucoup des bombardements en janvier [[1871]].
 
Appelé à Paris pour prendre part à la défense de la capitale qui va être assiégée par les armées allemandes, il prend le commandement du 8{{e}} secteur de l'enceinte fortifiée et organise la résistance des forts de Vanves et de Montrouge qui souffriront beaucoup des bombardements en janvier [[1871]].
  
==Distinctions==
+
==Distinction==
 
Il est nommé grand-officier de la Légion d'honneur, et, après la guerre, il est appelé à faire partie du conseil de l'amirauté.  
 
Il est nommé grand-officier de la Légion d'honneur, et, après la guerre, il est appelé à faire partie du conseil de l'amirauté.  
 +
 +
{{Notes et références}}
  
 
==Source==
 
==Source==

Version du 12 octobre 2019 à 22:24

Eugène Louis Hugues Méquet, (baron), né à Cherbourg le 23 septembre 1812 et mort en 1887, est une personnalité militaire de la Manche.

Biographie

C'est le fils d'un brave marin qui se fait remarquer sous le premier empire. Après avoir été élève à l'école navale de Brest (Finistère), il devient aspirant de 2e classe en 1828, prend part à l'expédition d'Alger en 1830 et assiste à l'attaque de l'embouchure du Tage en 1831. Promu enseigne de vaisseau en 1833, lieutenant en 1842, il reçoit ensuite un commandement sur la côte d'Afrique.

Il est chargé de réprimer la traite des nègres et contribue à l'établissement du comptoir de Grand-Bassam, qui fait partie du Sénégal. Capitaine de frégate depuis deux ans, il commence, en 1854, la guerre d'Orient. Après avoir commandé en second le vaisseau Henri IV, il est envoyé à terre pour prendre part à l'attaque de Sébastopol. Il y commande une batterie de marine et fait preuve d'un grand sang-froid et d'un courage qui lui valent d'être promu capitaine de vaisseau le 2 décembre 1854.

De retour en France, Eugène Méquet devient successivement membre du conseil des travaux de la marine, commandant du Christophe-Colomb, chef d'état-major de la division d'Orient (1859), commandeur de la Légion d'honneur (1860), membre adjoint du conseil d'amirauté (1864), contre-amiral (1865), major-général à Brest et commandant en chef de la division des Antilles (1867).

Appelé à Paris pour prendre part à la défense de la capitale qui va être assiégée par les armées allemandes, il prend le commandement du 8e secteur de l'enceinte fortifiée et organise la résistance des forts de Vanves et de Montrouge qui souffriront beaucoup des bombardements en janvier 1871.

Distinction

Il est nommé grand-officier de la Légion d'honneur, et, après la guerre, il est appelé à faire partie du conseil de l'amirauté.

Notes et références


Source

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1866-1877

Bibliographie