Combat aérien au-dessus de Bricquebec (1944)

De Wikimanche

Révision datée du 17 mai 2019 à 11:54 par Yane (discussion | contributions) (catég 1944)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Comme le 27 avril précédent, le 384e Bomber Group est chargé le 8 mai 1944, de détruire un chantier à Sottevast.

Partis de la base de Grafton Underwood entre 16 h et 16 h 14, dix-huit B-17 Flying Fortress issus des quatre escadrons du groupe, se joignent en formation à 9 000 pieds (2 740 mètres). Ils survolent la côte anglaise à Portland Bill à 18 h 03, à 21 000 pieds (6 400 mètres), puis passent au large des îles Anglo-Normandes. En atteignant la côte bretonne, les bombardiers font demi tour et abordent le ciel du nord Cotentin à Gouville-sur-Mer, avec une visibilité totale.

Alors que la formation prend position pour le largage à 26 000 pieds (7 920 mètres), la DCA allemande actionne avec intensité ses canons de 88 mm. À 19 h 01, une minute avant qu'il ne lâche ses bombes, le B-17 n° 42-31495 « Wabbit Twacks » du 544th Bomber Squadron est touché à l'arrière.

À son bord, les dix hommes d'équipage sont :

  • Pilote : lieutenant James Foster
  • Copilote : lieutenant Clifford L. Johnson
  • Navigateur : lieutenant Joseph A. Uniszkiewicz
  • Bombardier : sergent Robert Corpening
  • Opérateur radio : sergent Thomas Corbett
  • Mitrailleur : sergent James Boone Jr
  • Mitrailleur : sergent Jimmy Overcash Jr
  • Mitrailleur : sergent Sidney Matican
  • Mitrailleur : sergent Thomas Cochran
  • Mitrailleur : sergent John J Stevens

Le major Russell Sanders a également pris place à bord comme observateur. Joseph A. Uniszkiewicz, James Foster et le mitrailleur de la tourelle dorsale effectuent leur dernière mission. Quant à Jimmy Overcash, mitrailleur de la tourelle ventrale, il dépasse son nombre de missions.

L'avion tombe en flammes et s'écrase entre les maisons du Foyer à Bricquebec. Seul le copilote Clifford L. Johnson en réchappe. Capturé, il reviendra aux États-Unis après sa libération.

Les dix autres dépouilles, brûlées dans la carlingue, sont frappées par les soldats allemands. Elles sont enterrées le 12 mai  1944, au cimetière de Cherbourg. Cinq d'entre elles sont par la suite transférées au cimetière américain de Saint-Laurent-sur-Mer (Calvados).

Source

Texte commémoratif inscrit sur la stèle érigée sur la commune de Rocheville en bordure de la route départementale 902.

Lien interne

Combat aérien au-dessus de Rocheville