Buais : Différence entre versions

De Wikimanche

(photo)
(Éducation)
 
Ligne 177 : Ligne 177 :
 
== Personnalités liées à la commune ==
 
== Personnalités liées à la commune ==
 
* [[Louis Cornille (1872)|Louis Cornille]] (1872-1945), architecte
 
* [[Louis Cornille (1872)|Louis Cornille]] (1872-1945), architecte
 +
 +
==Éducation==
 +
* L'école Camille-Claudel est fermée en [[2014]]<ref>« Des logements inaugurés à la place de l'école », ''Ouest-France'', 2-3 novembre 2019.</ref>.
  
 
== Sports ==
 
== Sports ==

Version actuelle datée du 6 novembre 2019 à 13:41

Buais est une ancienne commune du département de la Manche, commune déléguée au sein de Buais-les-Monts depuis le 1er janvier 2016.

Commune déléguée de Buais
(commune de Buais-les-Monts)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
48° 31' 21.25" N, 0° 58' 8.48" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Saint-Hilaire-du-Harcouët
Ancien canton Le Teilleul
Intercommunalité CA Mont-Saint-Michel-Normandie
Gentilé Buaisiens(es)
Population 483 hab. (2016)
Superficie 17,92 km²
Densité 27 hab./km2
Altitude 115 m (mini) - 238 m (maxi)
Code postal 50640
N° INSEE 50090
Maire délégué Éric Courteille
Communes limitrophes de Buais
Saint-Symphorien-des-Monts Saint-Symphorien-des-Monts,
Ferrières
Ferrières, Le Teilleul
Savigny-le-Vieux Buais Le Teilleul, Heussé
Savigny-le-Vieux,
Landivy (53)
Fougerolles-du-Plessis (53) Heussé

Église Sainte-Anne de Buais.
Église Sainte-Anne de Buais.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme problématique, qui a déconcerté plus d'un spécialiste.

  • Il est ignoré d'Auguste Longnon et Auguste Vincent.
  • Albert Dauzat [27] propose °Butacum, formation gallo-romaine en -acum sur un nom de personne latin °Buta, soit « (le domaine) de Buta ». Ce dernier est effectivement attesté, mais en tant que nom d'origine germanique [28]. Cette solution est adoptée, quoiqu'avec prudence, par Adigard des Gautries et Lechanteur [2], mais n'est pas retenue par la disciple de Dauzat, Marie-Thérèse Morlet [29]. Ernest Nègre [30] adopte une explication similaire, et balance entre le nom de personne germanique Boato, variante masculine du précédent, + -iacum, et un dérivé non attesté °Boadasius, fixé en tant que toponyme.
  • François de Beaurepaire [1] ne propose rien, mais rapproche tentativement ce nom de celui de Boisville (Eure-et-Loir; Bodasi villa ~954), ajoutant qu'on ne peut y reconnaître aucun nom d'homme connu. René Lepelley [31] se retranche derrière un prudent « sens obscur ».

La finale -eis, notée par la suite -ais, -ays, est difficilement conciliable avec un nom en -ACU. Un nom de personne terminé en -asius n'est pas à exclure, mais dans l'ensemble, les anthroponymes isolés fixés en tant que noms de lieux, sans suffixe toponymique ni appellatif, restent relativement rares. On serait tenté de voir dans la finale -eis / -ais le produit du suffixe gallo-roman -ESE qui repose sur le latin -ensem, accusatif du suffixe d'origine ou d'appartenance -ensis, que l'on retrouve abondamment attesté sous la forme du suffixe adjectival -ais / -ois.

Or il existe en France un certain nombre de toponymes formés avec le gallo-roman -ĒSE directement tirés de noms de personnes [32]. Peut-être pourrait-on alors envisager une formation gallo-romane °BUTĒSE « (le domaine) de Buto » [33], qui aboutit régulièrement à Buais. Le choix de Buato par Ernest Nègre a été vraisemblablement motivé par la première attestation Buadeis, sans doute une mauvaise latinisation inspirée par Buais qui lui est contemporain.

Histoire

Buais fusionne avec Saint-Symphorien-des-Monts en janvier 2016 au sein de Buais-les-Monts.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[34]. En 2016, la commune comptait 483 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [35] et INSEE [36])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 300 1 268 1 319 1 168 1 195 1 380 1 432 1 350 1 470 1 440
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 429 1 420 1 380 1 332 1 351 1 327 1 313 1 297 1 303 1 211
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 182 976 1 021 1 008 1 056 1 031 955 983 901 822
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
776 702 652 629 616 600 584 568 559 552
2012 2013 2014 2016 - - - - - -
533 515 497 483
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1793-1795 Guillaume Chevrel
1795-1796 Garnier
1796-1800 Julien Rouellé
1800-1823 Louis Rouellé
1823-1826 Pierre Blanchet
1826-1830 Pierre Tencé
1830-1848 Pierre Blanchet
1848-1860 Louis Rouellé
1860-1862 Jean-Baptiste Havard
1862-1871 Pierre Raoult
1871-1892 Pierre Couillabin
1892-1916 Hyacinthe Victor Dupont notaire
1916-1921 Henri Trouvé
1921-1927 Hyacinthe Dupont
1927-1944 Adrien Séquard cultivateur
1944-1979 Adrien Séquard vétérinaire
1979-1983 François Fourreau
1983-1995 Adrien Séquard notaire
1995-2008 Raymond Lesellier
2008-actuel Éric Courteille agriculteur
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à 1964 : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 9 h - 12 h 30 -
La mairie (2014).

La mairie (2014).

Adresse : 3, route du Teilleul
Buais
50640 Buais-les-Monts

Tél. 02 33 59 41 15
Fax : 02 33 90 15 89
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (28 avril 2012)

Mardi 9 h - 12 h 30 14 h - 16 h
Mercredi 9 h - 12 h 30 -
Jeudi 9 h - 12 h 30 -
Vendredi - 14 h - 16 h
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Paterne.
  • Patron (présentation) : le prieur du Plessis-Grimoult (Calvados).
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Camp romain, au lieu-dit du Vieux Bourg
  • Église Sainte-Anne (1859) : elle remplace l'église Saint-Paterne (19e) : statue de saint Paterne (Renaissance), bénitier (17e)
  • Croix de chemin

Personnalités liées à la commune

Éducation

  • L'école Camille-Claudel est fermée en 2014[38].

Sports

  • Pétanque : La Pétanque de Buais

Associations

  • Buais nos airs (chorale)

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 et 1,5 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 90.
  2. 2,0 et 2,1 Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XIV (décembre 1964), § 513.
  3. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 147D.
  4. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, op. cit., p. 157F.
  5. Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, op. cit., p. 177B.
  6. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BN, ms. fr. 4620].
  7. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BN, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  8. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BN, IFN-7710251].
  9. Alexis-Hubert Jaillot, La Généralité de Tours divisée en ses seize elections, aux Deux globes, Paris, 1711 [BNF, Collection d'Anville, cote 00729 B].
  10. Dénombrement des généralités de 1713 [BN, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  11. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  12. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  13. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  14. Carte de Cassini.
  15. Site Cassini.
  16. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  17. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 485a.
  18. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 408.
  19. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Mortain, p. 148.
  20. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  21. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  22. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  23. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  24. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  25. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  26. Carte IGN au 1 : 25 000.
  27. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963 (rééd. Guénégaud, avec supplément de Marie-Thérèse Morlet), p. 122a.
  28. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 59b.
  29. Elle ne figure pas en effet dans Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985.
  30. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 753, § 12711.
  31. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 81.
  32. Cf. Paul Lebel, « Le suffixe -ensis dans les noms de lieu », Onomastica n° 1, mars 1947, p. 35-40; cf. également Dominique Fournier, « Notes de toponymie normande : Le mystère de Mittois (canton de Saint-Pierre-sur-Dives) », in Histoire et Traditions Populaires n° 100 (décembre 2007), p. 38-42.
  33. Ce nom est attesté par Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 61a. C'est l'hypocoristique d'un nom germanique dont le premier élément est Bot-, forme mutée de Bod- « messager ».
  34. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  35. Population avant le recensement de 1962.
  36. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. « Des logements inaugurés à la place de l'école », Ouest-France, 2-3 novembre 2019.

Lien interne

Lien externe