Allain Leprest : Différence entre versions

De Wikimanche

(citation)
m (Olivier Umhauer)
 
(25 révisions intermédiaires par 7 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''Allain Leprest''', né à [[Lestre]] le 3 juin [[1954]], est un chanteur et compositeur de la [[Manche]].
+
[[Fichier:Allain Leprest aout 2010.jpg|thumb|right||Allain Leprest ''(2010)''.]]
 +
'''Allain Leprest''', {{date naissance|3|6|1954|Lestre}} et mort à Antraigues-sur-Volane (Ardèche) {{date décès|15|8|2011}}, est un chanteur et compositeur de la [[Manche]].
  
En plus d'écrire pour lui-même, Allain Leprest a notamment composé des chansons pour les chanteuses Enzo Enzo et Francesca Solleville.
+
==Biographie==
 +
Son père est menuisier dans le [[Cotentin]] <ref name=Libe1>Hélène Hazera, « Chanteur classé cassé », ''Libération'', 16 mai 1998 [http://www.liberation.fr/portrait/1998/05/16/allain-leprest-44-ans-chanteur-pour-happy-few-commence-a-sortir-de-l-ombre-apres-des-annees-de-galer_236145 ''(lire en ligne)''].</ref>, ses grands-parents épiciers à Lestre. Il vit ses 13 premières années à Lestre puis à [[Agon-Coutainville]] <ref name=lpdlm>« Alain Leprest, le chanteur de Lestre n’est plus », ''La Presse de la Manche'', 16 août 2011.</ref>.
  
- ''« Chanteur Rive gauche aux accents de Ferré (...), le poète est un orfèvre : il connaît l'art des pastels, des sanguines et des métaphores forgées dans les plaies »'' <ref> Gilles Médioni, ''L'Express'', n° 3002, 15 janvier 2009 </ref>.  
+
Il vit près de Rouen (Seine-Maritime), à Mont-Saint-Aignan. Il obtient un CAP de peintre en bâtiment <ref name=Libe1/>. À 17 ans, il publie quelques dessins dans le quotidien ''Paris Normandie'' <ref name=Libe1/>. Il écrit sa première chanson pendant son service militaire <ref name=Libe1/>.
  
- ''« Il serait temps que l'on répare une injustice avec cet artiste dont le timbre bouleversant et la poésie poignante auraient dû lui permettre de mener une carrière égale à elle de Brel ou de Ferré. »'' <ref>''Figaroscope'', 8 avril 2009 </ref>.
+
Il s'installe à Paris en [[1980]] et fait ses débuts en [[1982]] dans des cabarets <ref name=AFP1>« Suicide du chanteur Allain Leprest », ''AFP'', 15 août 2011, 17 h 19. </ref>.
 +
 
 +
Il est révélé au grand public en [[1985]] au festival du Printemps de Bourges, où « sa voix rocailleuse » et son inspiration « dans la tradition poétique française » retiennent l'attention du public <ref name=AFP1/>. L'année suivante, il signe chez Meys, la maison de disques de Jean Ferrat, et sort son premier album ''Mec''.
 +
 
 +
Il collabore avec Pierre Barouh, directeur des disques Saravah, avant de faire la connaissance de l'accordéoniste Richard Galliano avec lequel il enregistre en [[1992]] l'album ''Voce a mano'', couronné par l'Académie Charles-Cros l'année suivante.
 +
 
 +
Le [[20 février]] [[1995]], il se produit en vedette à l'Olympia à Paris.
 +
 
 +
En plus d'écrire pour lui-même, Allain Leprest compose des chansons pour les chanteuses Isabelle Aubret, Juliette Gréco, Enzo Enzo et Francesca Solleville.
 +
 
 +
Communiste, il se produit plusieurs fois à la Fête de ''L'Humanité'', où il rencontre sa campagne Sally, d'origine mauritanienne, avec laquelle il a deux enfants <ref name=AFP1/>.
 +
 
 +
- « Chanteur Rive gauche aux accents de Ferré (...), le poète est un orfèvre : il connaît l'art des pastels, des sanguines et des métaphores forgées dans les plaies » <ref> Gilles Médioni, ''L'Express'', n° 3002, 15 janvier 2009. </ref>.
 +
 
 +
- « Il serait temps que l'on répare une injustice avec cet artiste dont le timbre bouleversant et la poésie poignante auraient dû lui permettre de mener une carrière égale à elle de Brel ou de Ferré. » <ref>''Figaroscope'', 8 avril 2009. </ref>.
 +
 
 +
Il se donne la mort le 15 août 2011 à Antraigues (Ardèche), où il est en vacances après avoir été l'invité d'honneur du festival Jean-Ferrat <ref>« Suicide du chanteur Allain Leprest », ''AFP'', 15 août 2011, 16 h 54. </ref>. Il souffrait d'un cancer des poumons. Il a 57 ans.
 +
 
 +
« La chanson française [qui] l'a découvert sur le tard, trop tard, quand il était déjà usé par la maladie, l'alcool et une destinée qu'il traînait comme un boulet. » <ref>Jack Dion, « Leprest et les siens », ''Marianne'', n° 763, 3-9 décembre 2011. </ref>. Claude Nougaro le considérait comme « l'un des plus foudroyants auteurs au ciel de la langue française » <ref name=Libe1/> et Jean d'Ormesson en avait fait « le Rimbaud du XX{{e}} siècle » <ref name=Express1>Émilie Eyzat, « Leprest à écouter », ''L'Express'', n° 2 057, 16 février 2012. </ref>.
 +
 
 +
L'album ''Leprest symphonique'' paraît après sa mort. Le disque étant resté inachevé, ses amis chanteurs et musiciens, Romain Didier, Christophe, Sanseverino,  Enzo Enzo, Kent, terminent l'enregistrement. « Il faut les remercier d'avoir permis à ce petit bijou d'album de voir le jour » <ref name=Express1/>.
 +
 
 +
====Relations avec la Manche====
 +
Allain Leprest garde toute sa vie une relation forte avec la Manche, son département natal. Il doit annuler la présence au [[Manoir du Tourp]] le [[7 janvier]] [[2010]] à cause de la neige, et se produit début décembre à [[Beaumont-Hague]] et [[Bricquebec]] <ref name=lpdlm/>.
 +
 
 +
Une de ses chansons, ''Le Cotentin'', sur l'album ''Voce A Mano'' ([[1992]]), l'évoque directement.
 +
 
 +
[[Olivier Umhauer]] écrit en sa mémoire un poème "Allain deux L", dans le recueil "La vie est telle", Editions Usine Utopik, [[2014]].
  
 
==Discographie==
 
==Discographie==
Ligne 21 : Ligne 50 :
 
* ''Chez Leprest'', 2007 (Leprest chanté par Michel Fugain, Jacques Higelin, Olivia Ruiz, Daniel Lavoie, Hervé Vilard, Enzo Enzo, Sanseverino...), 2007
 
* ''Chez Leprest'', 2007 (Leprest chanté par Michel Fugain, Jacques Higelin, Olivia Ruiz, Daniel Lavoie, Hervé Vilard, Enzo Enzo, Sanseverino...), 2007
 
* ''Quand auront fondu les banquises'', Tacet, 2009
 
* ''Quand auront fondu les banquises'', Tacet, 2009
 +
* ''Chez Leprest II'', 2009 (avec Adamà, Kent, Clarika, la Rue Kétanou...)
 +
* ''Leprest symphonique'', 2011
  
 
==Distinctions==
 
==Distinctions==
* Grand prix de lAcadémie Charles Cros [[1993]]
+
* Grand prix de l'Académie Charles Cros [[1993]] pour l'album ''Voce a mano''
 
* Prix Raoul Breton de la Sacem [[1996]]
 
* Prix Raoul Breton de la Sacem [[1996]]
 
* Grand prix national de la musique [[1999]]
 
* Grand prix national de la musique [[1999]]
 +
* Grand prix de l'Académie Charles-Cros [[2008]] pour l'ensemble de son œuvre
 +
* Grand prix des poètes de la Sacem [[2009]]
 +
* Chevalier de l'Ordre national du mérite
 +
* Grand prix de poésie de la Sacem [[2010]]
 +
 +
==Bibliographie==
 +
;sur Allain Leprest
 +
* Thomas Sandoz, ''Allain Leprest - Je viens vous voir'' (biographie), éd. Christian Pirot, 2003
 +
* Véronique Sauger, ''Portraits croisés : Francesca Solleville-Allain Leprest'', éd. Les Points sur les i, 2009
  
==Références==
+
{{Notes et références}}
<references/>
 
  
 +
==Lien externe==
 +
* [http://www.myspace.com/allainleprestofficiel Site officiel sur ''MySpace'']
  
 
{{DEFAULTSORT:Leprest, Allain}}
 
{{DEFAULTSORT:Leprest, Allain}}
[[Catégorie:Personnalité artistique de la Manche]]
+
[[Catégorie:Biographie]]
[[Catégorie:Musique dans la Manche]]
+
[[Catégorie:Musicien de la Manche]]

Version actuelle datée du 28 février 2020 à 11:20

Allain Leprest (2010).

Allain Leprest, né à Lestre le 3 juin 1954 et mort à Antraigues-sur-Volane (Ardèche) le 15 août 2011, est un chanteur et compositeur de la Manche.

Biographie

Son père est menuisier dans le Cotentin [1], ses grands-parents épiciers à Lestre. Il vit ses 13 premières années à Lestre puis à Agon-Coutainville [2].

Il vit près de Rouen (Seine-Maritime), à Mont-Saint-Aignan. Il obtient un CAP de peintre en bâtiment [1]. À 17 ans, il publie quelques dessins dans le quotidien Paris Normandie [1]. Il écrit sa première chanson pendant son service militaire [1].

Il s'installe à Paris en 1980 et fait ses débuts en 1982 dans des cabarets [3].

Il est révélé au grand public en 1985 au festival du Printemps de Bourges, où « sa voix rocailleuse » et son inspiration « dans la tradition poétique française » retiennent l'attention du public [3]. L'année suivante, il signe chez Meys, la maison de disques de Jean Ferrat, et sort son premier album Mec.

Il collabore avec Pierre Barouh, directeur des disques Saravah, avant de faire la connaissance de l'accordéoniste Richard Galliano avec lequel il enregistre en 1992 l'album Voce a mano, couronné par l'Académie Charles-Cros l'année suivante.

Le 20 février 1995, il se produit en vedette à l'Olympia à Paris.

En plus d'écrire pour lui-même, Allain Leprest compose des chansons pour les chanteuses Isabelle Aubret, Juliette Gréco, Enzo Enzo et Francesca Solleville.

Communiste, il se produit plusieurs fois à la Fête de L'Humanité, où il rencontre sa campagne Sally, d'origine mauritanienne, avec laquelle il a deux enfants [3].

- « Chanteur Rive gauche aux accents de Ferré (...), le poète est un orfèvre : il connaît l'art des pastels, des sanguines et des métaphores forgées dans les plaies » [4].

- « Il serait temps que l'on répare une injustice avec cet artiste dont le timbre bouleversant et la poésie poignante auraient dû lui permettre de mener une carrière égale à elle de Brel ou de Ferré. » [5].

Il se donne la mort le 15 août 2011 à Antraigues (Ardèche), où il est en vacances après avoir été l'invité d'honneur du festival Jean-Ferrat [6]. Il souffrait d'un cancer des poumons. Il a 57 ans.

« La chanson française [qui] l'a découvert sur le tard, trop tard, quand il était déjà usé par la maladie, l'alcool et une destinée qu'il traînait comme un boulet. » [7]. Claude Nougaro le considérait comme « l'un des plus foudroyants auteurs au ciel de la langue française » [1] et Jean d'Ormesson en avait fait « le Rimbaud du XXe siècle » [8].

L'album Leprest symphonique paraît après sa mort. Le disque étant resté inachevé, ses amis chanteurs et musiciens, Romain Didier, Christophe, Sanseverino, Enzo Enzo, Kent, terminent l'enregistrement. « Il faut les remercier d'avoir permis à ce petit bijou d'album de voir le jour » [8].

Relations avec la Manche

Allain Leprest garde toute sa vie une relation forte avec la Manche, son département natal. Il doit annuler la présence au Manoir du Tourp le 7 janvier 2010 à cause de la neige, et se produit début décembre à Beaumont-Hague et Bricquebec [2].

Une de ses chansons, Le Cotentin, sur l'album Voce A Mano (1992), l'évoque directement.

Olivier Umhauer écrit en sa mémoire un poème "Allain deux L", dans le recueil "La vie est telle", Editions Usine Utopik, 2014.

Discographie

  • Mec, 1986
  • 2, 1988
  • 86-88, 1988 (compilation)
  • Sacré Coco / La Retraite, 1988 (single)
  • Voce a mano, avec Richard Galliano, 1992
  • 4, 1994
  • Ton cul est rond, 1995 (compilation)
  • Il pleut sur la mer, 1995 (en public à l'Olympia de Paris)
  • Nu, 1998
  • Je viens vous voir, 2002 (en public)
  • Donne-moi de mes nouvelles, 2005
  • Chez Leprest, 2007 (Leprest chanté par Michel Fugain, Jacques Higelin, Olivia Ruiz, Daniel Lavoie, Hervé Vilard, Enzo Enzo, Sanseverino...), 2007
  • Quand auront fondu les banquises, Tacet, 2009
  • Chez Leprest II, 2009 (avec Adamà, Kent, Clarika, la Rue Kétanou...)
  • Leprest symphonique, 2011

Distinctions

  • Grand prix de l'Académie Charles Cros 1993 pour l'album Voce a mano
  • Prix Raoul Breton de la Sacem 1996
  • Grand prix national de la musique 1999
  • Grand prix de l'Académie Charles-Cros 2008 pour l'ensemble de son œuvre
  • Grand prix des poètes de la Sacem 2009
  • Chevalier de l'Ordre national du mérite
  • Grand prix de poésie de la Sacem 2010

Bibliographie

sur Allain Leprest
  • Thomas Sandoz, Allain Leprest - Je viens vous voir (biographie), éd. Christian Pirot, 2003
  • Véronique Sauger, Portraits croisés : Francesca Solleville-Allain Leprest, éd. Les Points sur les i, 2009

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 Hélène Hazera, « Chanteur classé cassé », Libération, 16 mai 1998 (lire en ligne).
  2. 2,0 et 2,1 « Alain Leprest, le chanteur de Lestre n’est plus », La Presse de la Manche, 16 août 2011.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 « Suicide du chanteur Allain Leprest », AFP, 15 août 2011, 17 h 19.
  4. Gilles Médioni, L'Express, n° 3002, 15 janvier 2009.
  5. Figaroscope, 8 avril 2009.
  6. « Suicide du chanteur Allain Leprest », AFP, 15 août 2011, 16 h 54.
  7. Jack Dion, « Leprest et les siens », Marianne, n° 763, 3-9 décembre 2011.
  8. 8,0 et 8,1 Émilie Eyzat, « Leprest à écouter », L'Express, n° 2 057, 16 février 2012.

Lien externe