Différences entre versions de « Alfred Leroy »

De Wikimanche

(Création)
 
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
==Un « voyageur intrépide »==
 
==Un « voyageur intrépide »==
  
Curé-archiprêtre de [[Valognes]] où il succède au futur évêque Aimé Guilbert, l’abbé Alfred Leroy est un des érudits et des archéologues (historiens) les plus réputés de notre contrée dans la seconde moitié du XIX{{e}} siècle.
+
Curé-archiprêtre de [[Valognes]] où il succède au futur évêque [[Aimé Victor François Guilbert|Aimé Guilbert]], l’abbé Alfred Leroy est un des érudits et des archéologues (historiens) les plus réputés de notre contrée dans la seconde moitié du XIX{{e}} siècle.
  
 
Un de ses biographes affirme qu’il est aussi un « voyageur intrépide ». Il est vrai que ce « saint prêtre qui avait l’âme d’un poète » effectue de nombreux voyages à l’étranger en vue de ses recherches et de ses loisirs.  
 
Un de ses biographes affirme qu’il est aussi un « voyageur intrépide ». Il est vrai que ce « saint prêtre qui avait l’âme d’un poète » effectue de nombreux voyages à l’étranger en vue de ses recherches et de ses loisirs.  
Ligne 18 : Ligne 18 :
 
[[Catégorie:Personnalité religieuse de la Manche]]
 
[[Catégorie:Personnalité religieuse de la Manche]]
 
[[Catégorie:Écrivain de la Manche]]
 
[[Catégorie:Écrivain de la Manche]]
 +
[[Catégorie:Historien de la Manche]]

Version du 23 novembre 2010 à 22:11

Alfred Leroy, né à Cherbourg en 1813, décédé en 1883, est une personnnalité religieuse de la Manche.

Un « voyageur intrépide »

Curé-archiprêtre de Valognes où il succède au futur évêque Aimé Guilbert, l’abbé Alfred Leroy est un des érudits et des archéologues (historiens) les plus réputés de notre contrée dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Un de ses biographes affirme qu’il est aussi un « voyageur intrépide ». Il est vrai que ce « saint prêtre qui avait l’âme d’un poète » effectue de nombreux voyages à l’étranger en vue de ses recherches et de ses loisirs.

Il séjourna ainsi à Rome, en Allemagne, en Suisse et en Belgique. Il relate ses déplacements dans plusieurs livres : Quinze jours à Rome (1853), Excursion sur le Rhin et L’Escaut (1860) et  Voyage en Suisse (1864). Mais son ouvrage le plus connu reste Le Vieux Cherbourg, publié deux ans après sa mort.

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 3, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541171

Plus d’infos

Éditions Eurocibles, Marigny