Éremburge de Mortain : Différence entre versions

De Wikimanche

(Mise en forme + Corrections)
(Mise en forme)
 
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
Elle donne naissance à plusieurs filles qui épousent de grands princes étrangers.
 
Elle donne naissance à plusieurs filles qui épousent de grands princes étrangers.
  
Elle est inhumée dans l'abbaye Saint-Michel de Mileto, fondée vers 1063-1065 par son époux, qui est inhumé à ses côtés en [[1101]]. Le sarcophage d'Éremburge, remploi antique, disparut après 1860 <ref>Lucien Musset, « Huit essais sur l'autorité ducale en Normandie (XIe. XIIe siècles) », ''Cahier des Annales de Normandie'' n° 17, 1985, pp. 3-148. [https://www.persee.fr/doc/annor_0570-1600_1985_hos_17_1_6662 ''(Lire en ligne)''].</ref>.
+
Elle est inhumée dans l'abbaye Saint-Michel de Mileto, fondée vers 1063-1065 par son époux, qui est inhumé à ses côtés en [[1101]]. Le sarcophage d'Éremburge, remploi antique, disparut après 1860 <ref>Lucien Musset, « Huit essais sur l'autorité ducale en Normandie (XIe. XIIe siècles) », ''Cahier des Annales de Normandie'' n° 17, 1985, pp. 3-148 [https://www.persee.fr/doc/annor_0570-1600_1985_hos_17_1_6662 ''(Lire en ligne)''].</ref>.
  
== Notes et références ==
+
{{Notes et références}}
{{références}}
 
  
 
{{DEFAULTSORT:Eremburge de Mortain}}
 
{{DEFAULTSORT:Eremburge de Mortain}}
 
[[Catégorie:Biographie]]
 
[[Catégorie:Biographie]]
 
[[Catégorie:Noble de la Manche]]
 
[[Catégorie:Noble de la Manche]]

Version actuelle datée du 16 mai 2020 à 16:12

Éremburge de Mortain, ou Érembourg de Mortain, morte vers 1088, est une noble de la Manche.

Fille de Guillaume Gerlenc, comte de Mortain déchu par le duc Guillaume et exilé en Italie, Éremburge épouse Roger de Hauteville, grand comte de Sicile, après la mort de sa première épouse, Judith d'Évreux.

Elle donne naissance à plusieurs filles qui épousent de grands princes étrangers.

Elle est inhumée dans l'abbaye Saint-Michel de Mileto, fondée vers 1063-1065 par son époux, qui est inhumé à ses côtés en 1101. Le sarcophage d'Éremburge, remploi antique, disparut après 1860 [1].

Notes et références

  1. Lucien Musset, « Huit essais sur l'autorité ducale en Normandie (XIe. XIIe siècles) », Cahier des Annales de Normandie n° 17, 1985, pp. 3-148 (Lire en ligne).