Émile Burnouf : Différence entre versions

De Wikimanche

(Notes et références + MeF)
(Précision naissance)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''Émile-Louis Burnouf''', {{date naissance|26|8|1821|Valognes}} et mort à Paris {{date décès|15|1|1907}}, est un littérateur et orientaliste de la [[Manche]].
+
'''Émile-Louis Burnouf''', (''Louis Émile à l'état civil'' <ref name=EC1>[https://www.archives-manche.fr/ark:/57115/s005e5e7b45943d6/5e5e7b4a404ed.ef=2&s=14 – Acte de naissance – Page 65/310].</ref>) {{date naissance|26|8|1821|Valognes}} <ref name=EC1></ref> et mort à Paris {{date décès|15|1|1907}}, est un littérateur et orientaliste de la [[Manche]].
  
 
==Biographie==
 
==Biographie==

Version du 17 mai 2020 à 22:37

Émile-Louis Burnouf, (Louis Émile à l'état civil [1]) né à Valognes le 26 août 1821 [1] et mort à Paris le 15 janvier 1907, est un littérateur et orientaliste de la Manche.

Biographie

Émile Burnouf fait ses études au collège de Valognes, puis à Paris au lycée Saint-Louis [2]. En 1840, il est deux fois primé au Concours général. Il entre à l'École normale en 1841 et en ressort agrégé en philosophie deux ans plus tard. Il enseigne à Angoulême, à Avignon et à Rodez. En 1847, il devient élève de l'école française d'Athènes (Grèce). À son retour, il enseigne à la faculté de Grenoble. Il est reçu docteur en 1850.

En décembre 1854, il refuse de s'associer à une adresse de félicitations à Louis-Napoléon, ce qui lui coûte la chaire à la Faculté de Grenoble. On l'envoie en disgrâce au lycée Toulouse » [2].

De 1854 à 1867, il enseigne la littérature ancienne à la faculté de Nancy.

De 1868 à 1875, il est directeur de l'école française d'Athènes. Il fait construire un nouveau bâtiment pour l'abriter. En 1873, il obtient la création d'une succursale à Rome.

En 1875, il est nommé à la Faculté des lettres de Bordeaux, un poste inférieur qu'il refuse le jugeant vexatoire [2]. Il prend sa retraite en juillet [1877]].

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1852.

Émile Burnouf est le neveu du philologue Jean-Louis Burnouf et le cousin germain de l'orientaliste Eugène Burnouf.

Œuvres

  • Des principes de l'art d'après la méthode et les doctrines de Platon, 1850.
  • Méthode pour étudier la langue sanscrite, 1850.
  • Essai sur le Véda, ou Introduction à la connaissance de l'Inde, 1863, in-8°.
  • Dictionnaire classique sanscrit-français, 1863-1864, en collaboration avec M. Leupol.
  • Histoire de la littérature grecque, 2 vol., 1869.
  • La Légende Athénienne, 1872
  • La Ville et l'Acropole d'Athènes aux diverses époques, 1877.
  • Le Catholicisme contemporain, 1879.
  • Mémoires sur l'Antiquité, 1879.
  • La science des religions, 1885.
  • La Vie et la pensée, 1886.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 – Acte de naissance – Page 65/310.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Revue de Cherbourg et de la Basse-Normandie, n° 5, 15 mars 1907.

Source

  • Pierre Larousse, Grand Dictionnaire encyclopédique du XIXe siècle, Paris, 1876.