Église Sainte-Trinité (Les Chambres)

De Wikimanche

Révision datée du 15 mars 2020 à 17:36 par Yane (discussion | contributions) (typo)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
L'église des Chambres.

L'église Sainte-Trinité des Chambres est un édifice catholique de la Manche situé au Grippon.

Elle relève de la paroisse Saint-Pierre et Saint-Paul centrée à La Haye-Pesnel.

Histoire

La chapelle primitive était une construction romane dont il reste deux pans de maçonnerie en opus spicatum sur le flanc sud de la nef. Elle appartenait à l'abbaye de Saint-Sever (Calvados), fondée et enrichie par les vicomtes d'Avranches[1], probablement Hugues le Loup. Selon une charte insérée dans le cartulaire de l'évêché d'Avranches, la moitié du patronage fut donnée à la fin du 12e siècle au chapitre de la cathédrale d'Avranches par l'abbé et les religieux de cette abbaye[1]. Plus tard, en 1255, un différend s’élève entre le chapitre et le curé ; par la suite, la moitié du patronage fut cédée au seigneur par l'abbaye de Saint-Sever[1].

En 1648 la présentation alternait entre le seigneur et le chapitre[1].

En 1698, la cure valait 300 liv. ; la taille était de 159 et le nombre des taillables de 40[1].

Elle était sous l'invocation de la Trinité et de saint Sauveur[1].

L'église conserve deux petites fenêtres trilobées du 14e siècle sur les murs gouttereaux nord et sud[2].

Au 18e siècle, l'église est allongée par une tour à clocher en bâtière et un chœur[1].

Mobilier

  • Maître autel (18e s.)
  • Chaire à prêcher (17es.)
  • Groupe sculpté représentant la Trinité (15es.).
  • Bas-relief surmonté d'un dais gothique disparu. Il était ainsi décrit par Édouard Le Héricher en 1847 « en marbre blanc d'un travail très délicat, d'après une disposition assez commune au Moyen-Âge, malheureusement très mutilé. Le Père tient devant lui le Fils crucifié : on voit encore dans sa barbe la queue de la Colombe, qui, selon l'usage, était placée sur son sein, entre sa tête et la croix. Un charmant dais, véritable orfèvrerie de marbre, couronne le groupe. D'ailleurs il a été reproduit plus grand dans un groupe en pierre du maître-autel.»
  • « Le grand tableau du retable représente le même symbole avec quelques différences qui annoncent que la tradition hiératique était altérée : au-dessus d'une crucifixion plane le Père et dans l'espace intermédiaire vole une colombe.»[1].
  • Statue de sainte Catherine d'Alexandrie
  • Vierge à l'Enfant (15e s.)
  • Statue de saint Paul (14e s.)
  • Chemin de croix (20e s.)
  • Vitrail hommage aux poilus de la Première Guerre mondiale
  • Pierre tombale (16e s.) de P. Le Roy
  • Les fonts sont une énorme cuve, dont la cuvette se voit dans le cimetière, et probablement ils remontent à l'époque de la fondation de l'église[1].
  • Croix ronde du cimetière, dont le fût est terminé par un croisillon au centre duquel s'ouvre une niche vide trifoliée[1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 1,8 et 1,9 Édouard Le Héricher, « Commune des Chambres », Avranchin monumental et historique, vol.2, imprim. Tostain, Avranches,1846, p.15-20.
  2. « Les Chambres », Revue de l'Avranchin et du Pays de Granville, t.93, fasc.447, juin 2016, p.205-210.

Liens internes

Liens externes