Différences entre les versions de « Église Saint-Pierre (Siouville-Hague) »

De Wikimanche

(ajout modèle notes et references)
 
(3 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :


==Histoire==
==Histoire==
La construction de l'église Saint-Pierre commence le [[27 avril]] [[1778]]. Elle s'achève trois ans plus tard, le [[20 mai]] [[1781]]. Guillaume de Percy, curé du village de [[1717]] à [[1769]], est à l'origine de cette construction, dont il ne vit donc pas l'achèvement <ref name=Siteof>Site officiel de la mairie de Siouville-Hague [http://mairiesiouvillehague.pagesperso-orange.fr/sitemairie/historique.htm] </ref>. C'est son successeur, l'abbé Pierre Le Tourneur, curé de [[1769]] à [[1792]] <ref>Michel Giard, ''Le Canton des Pieux'', éd. Alan Sutton, 1996, p. 68. </ref>, qui mène le projet à son terme <ref name=Siteof/>.
L'église actuelle remplace une plus ancienne construite au pied du mont Saint-Pierre et que la progression de la mer avait anéantie.


L'église remplace une plus ancienne construite au hameau de la Mer, que la progression de la mer avait anéantie.
Sa construction commence le [[27 avril]] [[1778]]. Elle s'achève trois ans plus tard, le [[20 mai]] [[1781]]. Guillaume de Percy, curé du village de [[1717]] à [[1769]], est à l'origine de cette construction, dont il ne vit pas l'achèvement <ref name=Siteof>Site officiel de la mairie de Siouville-Hague [https://www.siouville-hague.com/leglise/ ''(lire en ligne)''] </ref>. C'est son successeur, l'abbé Pierre Le Tourneur, curé de [[1769]] à [[1792]] <ref>Michel Giard, ''Le Canton des Pieux'', éd. Alan Sutton, 1996, p. 68. </ref>, qui mène le projet à son terme <ref name=Siteof/>.
 
En [[1798]], l'église, transformée en caserne pour des soldats chargés de protéger la côte d'une invasion anglaise ne souffre pas de leur présence <ref name=Siteof/>.
 
À la demande de l'occupant allemand pendant la [[Seconde Guerre mondiale]], le clocher est démonté pour ne pas servir de repère à l'aviation alliée ; les habitants ayant numéroté ses pierres, le clocher est remonté après la [[Libération de la Manche (1944)|Libération]]<ref name=Siteof/>.


==Description==
==Description==
[[Fichier:Eglise de Siouville Hague.jpg|thumb|right|Vue latérale droite.]]
[[Fichier:Eglise de Siouville Hague.jpg|thumb|right|Vue latérale droite.]]
L'église est remarquable par sa tour carrée flanquée de quatre clochetons, surmontée d'une coupole hexagonale en granit.
L'église est remarquable par sa tour carrée flanquée de quatre clochetons, surmontée d'une coupole hexagonale en [[granite]].


À l'origine assez élevée, la tour aurait d'abord été surbaissée. Elle est rasée pendant la [[Seconde Guerre mondiale]]. Les Allemands estiment que sa hauteur et sa position géographique élevée en font un repère trop visible pour l'aviation anglaise. La tour est reconstruite à l'identique en [[1946]].
L'église est entourée d'un cimetière d'où l'on jouit d'un joli point de vue sur la mer et la [[Hague]].


L'église est entourée d'un cimetière d'où l'on jouit d'un joli point de vue sur la mer et la [[Hague]].
==Mobilier==
L'église de Siouville conserve un tableau d'autel réalisé en [[1954]] par [[Adeline Hébert-Stevens]], artiste qui contribua au renouveau de l'art sacré dans le département après la Seconde Guerre mondiale.
 
On remarque un lutrin à deux aigles du XIX{{e}} siècle et deux statues en terre cuite de [[Sauxemesnil]] <ref name=caoa/>.
 
Parmi les verrières figurées des bras du transept et du chœur, œuvres de R. Desjardins  d'Angers  en 1933 <ref name=caoa>''Conservation des antiquités et objets d'art de la Manche'', site internet. </ref>, une représente [[Thomas Hélye]].
 
Les verrières de la nef sont attribuées à [[Paul Bony]] datées [[1954]] ; elles présentent décor figuratif inscrit dans des médaillons et sur fond de verre blanc <ref name=caoa/>.
 
<gallery mode="packed" heights="340" >
Siouville-maitre-autel-eglise.jpg|Maître-autel.
Siouville-vitrail-Thomas-Helie.jpg |Thomas Hélye.
</gallery>


{{Notes et références}}
{{Notes et références}}
Ligne 20 : Ligne 36 :
* [[:Catégorie:Église Saint-Pierre (Siouville-Hague) (image)|Galerie d'images]]
* [[:Catégorie:Église Saint-Pierre (Siouville-Hague) (image)|Galerie d'images]]
* [[Visite d'une église]]
* [[Visite d'une église]]
==Lien externe==
* Géolocalisation : {{GeoDMS|49|33|31.7|N|1|50|25.5|W}}


[[Catégorie:Église de la Manche|Siouville-Hague]]
[[Catégorie:Église de la Manche|Siouville-Hague]]
[[Catégorie:Siouville-Hague|Eglise]]
[[Catégorie:Siouville-Hague|Eglise]]
[[Catégorie:Hagiotoponyme|Pierre -, eglise (Siouville-Hague)]]
[[Catégorie:Hagiotoponyme|Pierre -, eglise (Siouville-Hague)]]

Version actuelle datée du 14 juin 2022 à 15:08

Vue de face.

L'église Saint-Pierre est un édifice catholique de la Manche, situé à Siouville-Hague.

Histoire

L'église actuelle remplace une plus ancienne construite au pied du mont Saint-Pierre et que la progression de la mer avait anéantie.

Sa construction commence le 27 avril 1778. Elle s'achève trois ans plus tard, le 20 mai 1781. Guillaume de Percy, curé du village de 1717 à 1769, est à l'origine de cette construction, dont il ne vit pas l'achèvement [1]. C'est son successeur, l'abbé Pierre Le Tourneur, curé de 1769 à 1792 [2], qui mène le projet à son terme [1].

En 1798, l'église, transformée en caserne pour des soldats chargés de protéger la côte d'une invasion anglaise ne souffre pas de leur présence [1].

À la demande de l'occupant allemand pendant la Seconde Guerre mondiale, le clocher est démonté pour ne pas servir de repère à l'aviation alliée ; les habitants ayant numéroté ses pierres, le clocher est remonté après la Libération[1].

Description

Vue latérale droite.

L'église est remarquable par sa tour carrée flanquée de quatre clochetons, surmontée d'une coupole hexagonale en granite.

L'église est entourée d'un cimetière d'où l'on jouit d'un joli point de vue sur la mer et la Hague.

Mobilier

L'église de Siouville conserve un tableau d'autel réalisé en 1954 par Adeline Hébert-Stevens, artiste qui contribua au renouveau de l'art sacré dans le département après la Seconde Guerre mondiale.

On remarque un lutrin à deux aigles du XIXe siècle et deux statues en terre cuite de Sauxemesnil [3].

Parmi les verrières figurées des bras du transept et du chœur, œuvres de R. Desjardins d'Angers en 1933 [3], une représente Thomas Hélye.

Les verrières de la nef sont attribuées à Paul Bony datées 1954 ; elles présentent décor figuratif inscrit dans des médaillons et sur fond de verre blanc [3].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Site officiel de la mairie de Siouville-Hague (lire en ligne)
  2. Michel Giard, Le Canton des Pieux, éd. Alan Sutton, 1996, p. 68.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Conservation des antiquités et objets d'art de la Manche, site internet.

Liens internes

Lien externe