Actions

Église Saint-Martin (Remilly-sur-Lozon)

De Wikimanche

Révision datée du 28 octobre 2023 à 18:38 par Yane (discussion | contributions) (→‎Mobilier)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Église de Remilly-sur-Lozon.

L'église Saint-Martin de Remilly-sur-Lozon est un édifice catholique de la Manche, situé à Remilly-les-Marais.

Dédiée à saint Martin, elle relève, pour le culte, de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul centrée à Marigny.

Comme de très nombreuses églises du département, elle est dotée d'un clocher en bâtière.

Histoire

Selon l’abbé Lecanu : « L'église Saint-Martin de Remilly fut donnée en 1190 à l’abbaye d’Aunay par Agnès de Say femme de Richard du Hommet connétable de Normandie et Guillaume son fils. Le vicaire perpétuel curé à pension congrue payait une décime de vingt cinq livres. » [1].

L'église actuelle datant probablement du XVIe siècle est remaniée au XXe. Endommagée en 1944, elle est ensuite restaurée sous la direction de M. Deschamps architecte de Paris, Max Ingrand réalise sept vitraux [2].

Mobilier

Intérieur de l'église.

L’église de Remilly-sur-Lozon abrite notamment :

  • un autel en osier fabriqué en 1969 par François-Xavier Lehodey. Il a été consacré lors de la première messe de Marie-Antoine Gosselin, trappiste à Bricquebec. François-Xavier Lehodey a réalisé, quelques années plus tard, le pupitre de lecture [3].
  • un bas relief daté 1555 représentant le martyre de sainte Agathe [3]
  • un groupe sculpté de saint Roch, l'ange et le chien, du XVIe siècle, restauré en 2009 [3]
  • une Vierge de pitié, statue de la fin du XVe, restaurée en 2009 [3]
  • une statue de la Vierge à l'Enfant en pierre calcaire, du XIVe [3]
  • deux statues associées de saint Michel archange terrassant le démon biblique et sainte Jeanne d'Arc [3]
  • la cloche fondue en 1780 par les Dubosq de Tribehou [3]

Au dessus de l'autel secondaire sud, un bas-relief rappelle les grandes batailles de la Première Guerre mondiale, porte inscription « Pro patria obierunt » et la liste des morts pour la patrie.

On y invoque saint Antoine et son cochon pour la guérison du zona et des brûlures[4]

L’édifice est éclairé par de nombreuses verrières :

  • huit de la nef, œuvre Sagot, inspiré par la cathédrale de Bourges ; elles furent inaugurées en septembre 1938, certaines sont dédiées à saint Antoine, saint Jean Eudes, saint Clair et saint Pierre
  • une verrière de 1934, en dalle de verre, de la forme d’une croix grecque, au-dessus de l'autel
  • une baie jumelée représentant saint Michel ( de Gérard Bourget en 1979) et saint Louis (signée Tournel et Sellier en 1952)
  • celles de Max Ingrand, datant de la Reconstruction

Saint Antoine l’ermite est le patron des vanniers parce qu'il apprit à ses disciples à tisser avec des feuilles de palmier; une confrérie saint Antoine existait à Rémilly depuis le XIIe siècle et la fête avait lieu le 17 janvier.

Situation

Chargement de la carte...

Notes et références

  1. Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours…, Vol. 2, 1878, p. 393.
  2. Inventaire du patrimoine de la Reconstruction dans la Manche, Inventaire du patrimoine de la Reconstruction dans la Manche Conseil général de la Manche - Conservation des antiquités et objets d’art, 2011
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 et 3,6 Conservation des antiquités et objets d'art de la Manche, site internet.
  4. René Gautier et al. (préf. Jean-François Le Grand, postface Danièle Polvé-Montmasson), 601 communes et lieux de vie de la Manche : Le dictionnaire incontournable de notre patrimoine, Bayeux, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits & Introuvables », , 704 p. (ISBN 978-2-35458-036-0), p. 488.

Liens internes

Lien externe