Église Saint-Martin (Liesville-sur-Douve) : Différence entre versions

De Wikimanche

(lien externe)
 
Ligne 10 : Ligne 10 :
 
Des fresques peintes par un résistant en [[1943]] ornent les murs de l'édifice.  
 
Des fresques peintes par un résistant en [[1943]] ornent les murs de l'édifice.  
  
Ce résistant peintre serait Marcel Gaillard ([[1886]]-[[1947]]) qui aurait travaillé pendant la [[Seconde Guerre mondiale]] pour les services anglais. Couverture parfaite, ses tableaux passaient au-delà de la ligne de démarcation par le curé du village, avec au dos les renseignements importants pour le futur débarquement. L'activité de résistance de ce peintre demeure néanmoins fantasmatique : aucun des anciens du village l'ayant connu ne confirme cette activité résistante.
+
Ce résistant peintre serait [[Marcel Gaillard (1886)|Marcel Gaillard]] ([[1886]]-[[1947]]) qui aurait travaillé pendant la [[Seconde Guerre mondiale]] pour les services anglais. Couverture parfaite, ses tableaux passaient au-delà de la ligne de démarcation par le curé du village, avec au dos les renseignements importants pour le futur débarquement. L'activité de résistance de ce peintre demeure néanmoins fantasmatique : aucun des anciens du village l'ayant connu ne confirme cette activité résistante.
  
 
== Galerie de photographies ==
 
== Galerie de photographies ==

Version actuelle datée du 14 juillet 2019 à 13:43

L'église

L'église Saint-Martin de Liesville-sur-Douve est un édifice catholique de la Manche.

De style roman, l'édifice surplombe les rives de la Douve dans les marais du Cotentin et du Bessin.

Dans le transept gauche des statues de sainte Thérèse, de la Vierge et l'enfant Jésus et de saint Thomas. Le transept droit est quant à lui dédié à Notre-Dame-de-Lourdes.

Dans l'abside se trouvent les statues de saint Michel, du dragon, de l'ange Gabriel avec un enfant, et de saint Martin.

Des fresques peintes par un résistant en 1943 ornent les murs de l'édifice.

Ce résistant peintre serait Marcel Gaillard (1886-1947) qui aurait travaillé pendant la Seconde Guerre mondiale pour les services anglais. Couverture parfaite, ses tableaux passaient au-delà de la ligne de démarcation par le curé du village, avec au dos les renseignements importants pour le futur débarquement. L'activité de résistance de ce peintre demeure néanmoins fantasmatique : aucun des anciens du village l'ayant connu ne confirme cette activité résistante.

Galerie de photographies

Liens internes

Lien externe