Yvette Guilbert

De Wikimanche

Yvette Guilbert par Toulouse-Lautrec.

Emma Yvette Guilbert, née à Paris le 20 janvier 1865, morte à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) le 3 février 1944, est une personnalité liée au département de la Manche.

La femme aux gants noirs de Toulouse-Lautrec

C’est à Saint-Lô qu’aurait dû naître Emma Guilbert si son père, Hippolyte Guilbert, habile artisan bijoutier rue Houssin-Dumanoir à Saint-Lô n’avait été, aussi, un peu volage et n’avait dû partir à Paris avec sa femme, Albine, enceinte de Emma.

Emma, qui prendra plus tard Yvette comme nom de scène, naît donc à Paris, mais revient en Normandie chez ses grands-parents, originaires de Saint-Lô et de Cerisy-la-Forêt passer une partie de son enfance. Son biographe (Claudine Brécourt-Villards) note qu’il s’agit fort probablement de la période la plus heureuse de son enfance. Après Saint-Lô, retour à Paris où sa carrière, après avoir été un temps mannequin va véritablement débuter en 1891 au Concert Parisien.

En 1893, Toulouse-Lautrec découvre Yvette Guilbert et c'est le coup de foudre. Il la suit de chanson en chanson, de spectacle en spectacle, du Moulin Rouge aux Ambassades. Il l’immortalise par ses dessins dans cette longue silhouette de dame rousse aux gants noirs.

Yvette Guilbert recrée la chanson grivoise dans les cafés-concerts puis remet au goût du jour les chansons anciennes du Moyen-âge devenant la plus célèbre diseuse du folklore français.

Elle est tout à la fois auteur, chroniqueuse, écrivain, comédienne et même fondatrice d’une école dramatique à New-York. Elle côtoie les plus grands de la « Belle Epoque » : Pierre Loti, Picasso, Freud, A. Daudet, jusqu’à Zola qui lui fait cette dédicace « Jamais, je n’ai mieux compris qu’une grande artiste n’est qu’une nature qui s’exalte et se donne ».

Elle laisse, dans l’un de ses livres, un message optimiste : « chère gaîté, ta médiation vient du cœur, les gens gais sont généreux, les plus joyeux, les meilleurs ».

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541562.