Wikimanche

Feuille de route 2022

De Wikimanche

Feuille de route 2022 des actions à effectuer. Non exhaustive, à compléter par les membres du conseil d'administration.

Pour les quinze ans

Cette section est créée pour mettre en place des discussions sur les projets que l'on souhaite mettre en avant pour fêter les quinze ans de Wikimanche.

France-Bleu-Cotentin

Deux événement prévus.

  1. Samedi 21 mai : passage prévu à l'antenne lors d'une interview dans le 100% Asso. Cette interview présenterait notre association et Wikimanche bien sûr. Cette accroche permettrait de parler des 15 ans du site. Enregistré le 12 mai en studio. A l'issue rencontre avec Madame Mounier pour la mise au point des chroniques estivales. Présentation de cette page, propose que les 10 à 15 chroniques misent en avant soient enregistrée par les journalistes de France Bleu Cotentin après validation.
  2. Tout au long de l'été au travers du programme estival. Cette série de chroniques pourra être consacrée à un article insolite (ex : Valentin en Afrique du Sud, Victor Hugo à Barfleur), un sujet fréquemment consulté (Les saints guérisseurs) et autres pages. Ces chroniques au nombre d'une quinzaine devront être présentées à F.B afin qu'ils puissent en voir le contenu et que nous puissions les faire enregistrer au cours du mois de juin.

Donc tous à vos claviers, pour nous apporter vos suggestions.

Proposition d'une quinzaine de thèmes à choisir parmi les articles de qualité repérés pour un événement radiophonique en partenariat avec France-Bleu-Cotentin autour de la date du 21 mai 2022 :


Le naufrage de l'élite normande

Naufrage de la Blanche-Nef (1120)

Nous sommes 1120 en France sour le règne de Louis VI. Soixante-dix ans avant, Guillaume le Conquérant a battu le roi de France et a depuis les mains libre pour gouverner son duché mais aussi l'Angleterre conquise après la bataille d'Hastings. Henri Ier règne sur les deux cotés de la Manche et vient d’humilier une fois de plus le roi de France à la bataille de Brémule en 1119.

Ce dernier se prépare à rejoindre l’Angleterre en embarque à Barfleur avec tout le gratin normand. Le roi Henri monte à bord de son bateau laissant son seul héritier de 17 ans, le jeune Prince Guillaume, embarquer sur la Blanche-Nef avec autour de lui la fine fleur de la société normande. La jet-set s'amuse et s’enivre à bord avec des tonneaux de vin apporté à bord.

Les rameurs ayant eux aussi participé à la fête, le navire du Prince se trouve dans la soirée assez vite distancé par le navire du père. Ordre est donné de couper la trajectoire par le raz de Barfleur pour pouvoir être le premier à poser le pied en Angleterre. Le bateau heurte malheureusement un récif et coule dans la nuit au large de Gatteville. Si Guillaume put embarquer de justesse dans un petit esquif, il ordonna de faire demi-tour sans doute en entendant les suppliques de ses proches dont sa demi-sœur. Les naufragés désespérés tentent alors de sauver leurs peaux et se précipitent pour monter dans le canot de sauvetage qui coulera également.

Le roi apprit la nouvelle trois jours plus tard et ne pu vraiment s'en remettre. Privé d'héritier mâle, le destin de l'Angleterre est alors bouleversé lors de succession d'Henri Ier.

Xfigpower (discussion) 5 mai 2022 à 17:52 (CEST)


Les Glaneuses et L'Angélus de Jean-François Millet

Les Glaneuses

Bon nombre de vos auditeurs ont sans doute en mémoire cette image affichée en couverture sur un calendrier des postes accroché dans la cuisine d'un de leur aïeul. Ce tableau de 1857 et aujourd'hui conservé au musée d'Orsay, représente trois paysannes normandes, assez pauvres on le devine, courbées dans un champ en pleine moisson, le tout dans un cadre pastorale assez pittoresque.

Nous devons ce tableau à Jean-François Millet, peintre impressionniste né en 1814 à Gréville-Hague, lui-même fils de cultivateur. Il a d'ailleurs passé son enfance dans la ferme familiale et à travaillé ensuite au côté de son père dans les champs jusqu'à l'âge de 18 ans. Lui, plutôt issu d'une famille aisée, dépeint ici ces femmes pauvres qu'il a pu croisée et qui pratique le droit de glane, c'est à dire le droit coutumier de récupérer les denrées laissées dans le champs après la récolte (ce n'est donc pas du vol). Personnages centrales, Millet les a peint avec le soucis du détails avec une attention particulière sur leurs postures, leurs mains et leurs sabots.

Nos trois femmes ont réussi à glaner quelques miséreux boisseaux et on ne voit guère d'épi de blé à leur pied. La femme de gauche au bonnet bleu doit se plier pour apercevoir une poignée de grains à ramasser. Face à ce labeur, on peut éprouver de l'admiration pour ces femmes dignes qui ne recule pas devant la tâche.

On distingue dans le fond de la scène les ouvriers et les paysannes qui sont eux en pleine moisson avec un banneau où l'on charrie les veillottes (ou vuillottes) comme on le dit en patois. Millet a sans doute peint le régisseur à l'écart qui est à cheval, et qui surveille ses travailleurs. Comme un clin d’œil, on voit une nuée d'étourneaux dans le ciel qui va bientôt se poser dans le champ indiquant que les glaneuses n'ont plus beaucoup de temps pour leur besogne.

Jean-François Millet est l'une des gloires du département de la Manche et vous pouvez voir sa statue monumentale devant l'église Greville-Hague, comme assis sur un muret de nos champ de la Hague, les sabots aux pieds. Une statue qui a elle aussi son histoire dont vous découvrirez les détails sur wikimanche.

Xfigpower (discussion) 6 mai 2022 à 14:35 (CEST)

L'Angélus

Peint la même année que Les Glaneuses, il représente un couple de paysans ayant arrêté son labeur pour se recueillir pendant qu'un clocher lointain sonne l'angélus.

La scène est inspirée au peintre par son enfance dans la Hague : « L'Angélus est un tableau que j'ai fait en pensant comment, en travaillant autrefois dans les champs, ma grand-mère ne manquait pas, en entendant sonner la cloche, de nous faire arrêter notre besogne pour dire l'angélus pour ces pauvres morts ».

L'Angélus est le plus connu de tous les tableaux peints par Jean-François Millet en raison des très nombreuses reproductions qu'il a suscitées. On l'a vu longtemps sur le calendrier des Postes et aussi sur des objets d'usage commun, sur de la vaisselle notamment. On affirme même qu'il est, avec Les Glaneuses, le tableau le plus reproduit au monde, devant La Joconde, de Léonard de Vinci [1].

Momo50 (discussion) 11 mai 2022 à 15:18 (CEST)


Reconversion des bains-douches municipaux du Vœu

Le sauvetage remarquable de La Bouée, anciens Bains-douches à Cherbourg-en-Cotentin

EVE (discussion) 15 mai 2022 à 15:18 (CEST)


Les grands oubliés des monuments aux morts de la Manche

Marcel Bosquet, fusillé au Mont Valérien, Marcel Ledanois, fusillé par les nazis à Saint-Lô, Ernest Galliot, fusillé pour l'exemple, Fernand Virette, fusillé dans une carrière proche des teurses d'Hébécrevon et d'autres...

EVE (discussion) 15 mai 2022 à 15:18 (CEST)


Bataille navale opposant deux navires américains

Combat naval du Kearsarge et de l'Alabama en 1864

Le 19 juin 1864, à douze mille nautiques dans le nord de Cherbourg, une bataille navale oppose deux navires américains dans le cadre de la Guerre de sécession des États-Unis.

L'Alabama coule sous les feux du Kearsarge à l'issue de l'affrontement.

Momo50 (discussion) 11 mai 2022 à 15:18 (CEST)


La saga des Hauteville en Italie et en Sicile

Tancrède de Hauteville et Famille de Hauteville (Hauteville-la-Guichard)

Tancrède de Hauteville est né vers 980/990 et mort vers 1041, seigneur de la Manche, est le patriarche de la célèbre famille de Hauteville.

Plusieurs de ses nombreux enfants feront la conquête d'une grande partie de l'Italie méridionale aux dépens des Byzantins et des Lombards (1040-1071), mais aussi de la Sicile (1061-1091) et de l'île de Malte (1090), alors dominées par les Sarrasins.

HaguardDuNord (discussion) 11 mai 2022 à 15:18 (CEST)


Une personnalité particulière et le fiasco de Knysna

Jean-Louis Valentin

Le 30 juillet 2008 cette personnalité, pas très connue, installée politiquement dans la Manche depuis 2004, fait son entrée dans Wikimanche. Il vient d'être élu au conseil municipal de Valognes au dernières élections municipales de 2008.

Un an plus tard sa présence dans l'encyclopédie contributive manchoise est remise en question. La page est blanchie deux fois avant d'être protégée pour éviter le vandalisme.

Le 20 juin 2010, que s'est-il passé ? Le site Wikimanche suscite l'intérêt de nombreux visiteurs du Net. Quelle en est la raison ? 6 847 visiteurs qui sont comptabilisés sur le site ce jour-là. Pourquoi ?

Alors directeur délégué auprès de l'équipe de France de football, Jean-Louis Valentin fait partie du staff qui est à Knysna (Afrique-du-Sud) lors de la Coupe du monde de football 2010. La veille les joueurs de l'équipe de France de football sont au cœur d'un événement particulier, ils font la grève d'un entraînement. Considérée comme la plus grave crise que l'équipe de France de football ait connue dans son histoire, elle se produit dans la ville où se trouve le centre d'entraînement de la sélection française. Jean-Louis Valentin démissionne alors de son poste à la Fédération Française de Football suite à ce fiasco de l'équipe de France qui refuse de s'entrainer après l'exclusion de Nicolas Anelka de l'équipe à cause d'une insulte proférée contre le sélectionneur, Raymond Domenech. Jean Louis Valentin est alors presque inconnu des médias français et mondiaux.

Pour l'anecdote, Wikimanche est l'un des seuls sites internet a proposer un article biographique succinct sur cette personnalité. 4 325 visites, c'est le record absolu de fréquentation journalière pour un article depuis la création de Wikimanche et toujours à battre.

Larayevire (discussion) et Momo50 (discussion) 15 mai 2022 à 15:18 (CEST)


Les maux de saints et la Manche

Les saints guérisseurs Parmi les pages les plus consultées, il en est une qui ne manque pas d'originalité : c'est celle consacrée aux saints guérisseurs de notre département qui font l'objet de pèlerinages ou dévotions dans de nombreuses communes. Nous en dénombrons deux cent onze à travers le département. L'homme s'est tourné vers les saints pour se soigner des maladies ou infections. Invoqués, quelques saints se sont révélés spontanément guérisseurs mais il n'y a pas de « spécialiste » déclaré pour tel ou tel mal. L'homme en a créé quelques-uns à partir soit d'une particularité physique du saint, d'un épisode de sa vie légendaire, voire de son nom qu'il a également soumis à des déformations ou qui a servi de point de départ à des jeux de mots de nature magique.

Larayevire (discussion) 15 mai 2022 à 15:18 (CEST)


Une semaine chargée pour Pierre François Trigan

Rien que de très banal : le 9 février 1808 à Équeurdreville, Pierre François Trigan et Marie Joséphine Cresté, signent devant notaire leur contrat de mariage, et se marient le 16 du même mois en mairie de Cherbourg.

Ce qui est beaucoup moins ordinaire, c'est que Pierre François, marin aguerri âgé de 33 ans, est à ce moment chef de chantier pour la construction de la grande rade, plus précisément sur ce qu'à l'époque on appelle la « batterie Napoléon ».

Or, entre signature du contrat et passage en mairie, le vent mauvais des tempêtes d'hiver passe sur son chantier le 12 du même mois. C'est une catastrophe. Déjà à marée haute, la tempête fait encore monter l'eau de 16 pieds (presque cinq mètres). Le chantier est envahi par la mer en fureur, des artilleurs des ouvriers (dont de nombreux enfants) et des militaires logés sur place par commodité, sont piégés dans la tourmente, en tout 263 personnes. « Aucun vieillard de ce pays ne se rappelle avoir rien vu de semblable » peut-on lire dans les chroniques de l'époque. Deux corvettes et un sloop sont drossés sur la côte. Mais Trigan est sur place !

Il repère une caïque au loin, se jette à l'eau (en février et en pleine tempête faut-il le rappeler ?) en compagnie d'un militaire dont les chroniques n'ont pas retenu le nom. Ils nagent jusqu'au bateau, il est six heures du matin. Arrivés sur la caïque, ils la trouvent pleine d'eau, les voilà en train d'écoper à tour de bras, jusqu'à 11 heures. Ils reviennent sur la batterie Napoléon, parviennent à accoster, contre ce qu'il reste de la digue, et entreprennent d'embarquer les survivants. Au total, vers 16 heures, ils ramènent 38 personnes au sec.

« Monsieur Trigan est le seul qui croit n'avoir fait que son devoir » peut on lire dans les lettres de recommandations à sa nomination à l'ordre de chevalier de la légion d'honneur.

La tragédie de la batterie Napoléon, décimera entre 200 et 400 personnes selon les sources.

Et donc, quatre jours plus tard, Trigan se marie. La semaine a pu lui paraître un tantinet mouvementée…

Quant à la batterie Napoléon, on n'osera plus la nommer ainsi. On la reconstruira un peu différemment par mesure de précaution. Il s'agit du fort central de la grande rade !


Voyages de Victor Hugo dans la Manche

Victor Hugo et la Manche

Victor Hugo voyage en compagnie de sa maîtresse Juliette Drouet dans la Manche lors de l'été 1836.

Parti de Paris le 14 juin, Victor Hugo prend une diligence à Chartres (Eure-et-Loir) le 16 juin. Le voyage véritable commence par la Bretagne. De Pontorson à Saint-Côme-du-Mont, ils visitent les hauts-lieux de notre département.

Le 4 juillet, Victor Hugo arrive à Barfleur. Désirant passer la nuit en mer, Victor Hugo s'attache les services d'un pêcheur du cru. Ils partent en mer mais à la tombée de la nuit, la marin rentre au port arguant que les côtes sont trop dangereuses pour naviguer de nuit. Il s'ensuit une discussion sur le port qui ameute la population alentour. Un brouhaha infernal finit par alerter Pierre Salley maire et voisin des lieux. L'édile se rend sur place et demande aux visiteurs leurs passeports.

Le passeport de Victor Hugo n'est pas en règle car il n'est pas estampillé pour la simple raison qu'il ne peut aller plus loin que Soissons. Fort de cette infraction, le maire refuse aux visiteurs la promenade de nuit en mer. Le lendemain, Victor Hugo porte plainte auprès du sous-préfet de Valognes qui lui fait visiter la bibliothèque et le collège de la ville. Il lui offre le champagne et promet à l'écrivain un mot d'excuse du maire de Barfleur.

Victor Hugo revient à Granville en 1872, 1875 et 1878

Larayevire (discussion) et Momo50 (discussion) 15 mai 2022 à 15:18 (CEST)


L'ancêtre de l'Internet

Télégraphe Chappe dans la Manche

Ancien moyen de télécommunication visuelle utilisé dans la Manche entre 1799 et 1852. Trois lignes télégraphiques traversent la Manche d'est en ouest et du nord au sud, Paris-Brest, Avranches-Nantes et Cherbourg-Avranches, et font alors d'Avranches un point nodal de la télégraphie dans la Manche.

Momo50 (discussion) 15 mai 2022 à 15:18 (CEST)


Une entreprise moderne dans le bocage

Acome

Première Société coopérative et participative de France, basée à Romagny-Fontenay commune rurale, près de Mortain, dans la Communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie. Acteur majeur sur le marché des câbles, fils et tubes de synthèse, elle est dotée d’une forte capacité d’innovation technologique, dans le domaine des réseaux télécoms, du ferroviaire et de l’automobile.


L'église est-elle bien au milieu du village ?

Liste des églises de la Manche

Le département de la Manche compte presque 670 églises sur son territoire, avec certaines qui connaissent une certaine renommée comme la Cathédrale Notre-Dame à Coutances décrite comme un remarquable exemple de l'école gothique normande, l'église Notre-Dame de Saint-Lô avec sa façade en schiste pour témoigner des violences de la guerre, ou citons l'église Notre-Dame de Montfarville avec ses tableaux de Guillaume Fouace.

Comme on peut le voir, un vieil adage voulait que « Saint Martin et sainte Marie se partagent la Normandie, sainte Marie et saint Martin se partagent le Cotentin ».

Mais ce qui peut être plus surprenant, c'est que certaines églises ne sont pas sur la commune du village : par exemple, l'église de Saint-Georges-Montcocq se situe pourtant sur le territoire de Saint-Lô, celles de Ponts est située finalement sur Avranches. Ne cherchez pas l'église de Saint-Pierre-de-Coutances car elle est en plein cœur de Coutances.

Taillepied se distingue particulièrement car l'église mais aussi sa mairie est géographiquement sur Saint-Sauveur-le-Vicomte. Quant à Reigneville-Bocage, il ne reste de son église que sa sacristie transformée depuis en mairie ; vous êtes donc prié de finir vos jours dans le cimetière de la commune voisine d'Orglandes qui accueille d'ailleurs sur le monuments aux morts le noms des soldats Reignevillais décédés pendant la guerre.

Pour finir sur une autre anecdote, Beuzeville-au-Plain était une ancienne commune qui ne possédait pas de monuments aux morts puisque tous ses soldats étaient revenus vivant des deux guerres mondiales.

-- Xfigpower (discussion) 19 mai 2022 à 18:19 (CEST)

La fâcherie de Saint-Pellerin-de-Catz

Saint-Pellerin-de-Catz

La Manche détient un drôle de record avec le plus grand nombre de commune nouvelle ; en 2015, nous comptions 601 communes et nous sommes passés à présent à 446 soit une fonte de près d'un quart d'entre elle.

Mais il y'avait déjà eu une vague de fusion dans les années 1970 avec par exemple Isigny-le-Buat (11 communes), Pontorson (8 communes) ou l'éphémère Pierrepont-en-Cotentin qui a réuni pendant 10 ans Baudreville, Bolleville, Saint-Nicolas-de-Pierrepont et Saint-Sauveur-de-Pierrepont.

Mais en terme de mariage, il y a plus court. En 1837, une ordonnance royale prononce la fusion entre les communes de Saint-Pellerin et de Catz car il y avait peu d'habitants dans cette dernière. Ce mariage forcé n'était pas du tout du goût des Catais comme le raconte un extrait des registre de la chambre des députés.

Celui-ci mentionne "On avait pu espérer quelque temps que l'antipathie des deux localités ne donnerait lieu qu'à une effervescence passagère, et que les avantages de la réunion seraient enfin compris par les habitants, alors que se seraient affaiblis les sentiments d'hostilité que fait naitre souvent [..] un amour propre de localité. Il en a été autrement et [il apparait nécessaire] de séparer de nouveau les deux communes".

En 1841 soit tout juste quatre ans après, les communes sont donc rétablis par une loi signé par le roi Louis-Philippe.

On ne pourra toutefois pas dire que "Catz échaudé craint l'eau froide", puisqu'à présent, Saint-Pellerin et Catz sont désormais réunis au sein de la même commune nouvelle de Carentan-les-Marais.

Xfigpower (discussion) 19 mai 2022 à 18:49 (CEST)


Un légume monstrueux dans le Cotentin ?

A Carentan-les-Marais, il pousse dans les jardins un légume appelé le Monstrueux de Carentan. Il s'agit d'un poireau qui doit son nom à ses dimensions hors du commun. C'est une superbe variété énormément grosse, aux feuilles larges et amples d'une couleur vert foncé.

Certains disent qu'il ne serait ni plus ni moins qu'une variété dérivée du gros court de Rouen mais surdimensionné.

Toujours est-il que ces deux variétés sont de notre Normandie.

Larayevire (discussion) 15 mai 2022 à 15:18 (CEST)

Notes et références

  1. Jean-Philippe Domecq, « Libérons Millet de “L'Angélus” », Marianne, 14 septembre 1998.