Vigie du Homet

De Wikimanche

À l'entrée du port militaire.

La vigie du Homet est un sémaphore de la Manche, situé à Cherbourg-en-Cotentin.

Elle se trouve à l'extrémité de la jetée du Homet, dans le port militaire de Cherbourg.

Classée en 1re catégorie, elle a pour mission d'assurer la surveillance au large de la digue de Cherbourg, jusqu'à 14 miles nautiques (26 km) [1], et dans la rade de Cherbourg.

En octobre 2014, un nouveau bâtiment de 42 mètres de haut voit le jour [2]. Il se situe 250 mètres en avant vers la mer par rapport à l'ancien bâtiment datant de 1927 [3]. La Marine nationale investit trois millions d'euros dans sa construction, lancée en octobre 2011, dans laquelle ont été engagées une vingtaine d'entreprises locales pendant trois ans [1].

Un escalier de 160 marches mène à sa chambre de veille panoramique, située à 30 mètres du sol [1]. Un poste de commandement es aménagé au dernier étage [1].

Sa mise en service est effective le 29 janvier 2015 [4]. Une dizaine de personnes y sont affectées[4].

Elle prend la suite de la vigie construite en 1979 à l'intérieur de la base nucléaire [2].

La vigie du Homet est notamment impliquée dans le naufrage du Léopoldville en décembre 1944 et dans la célèbre affaire dite des « Vedettes de Cherbourg », en décembre 1969.

En 2015, la vigie du Homet enregistre le passage de 400 000 navires [3].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 « La Marine investit dans une nouvelle vigie », Cols bleus, site internet, 10 décembre 2014.
  2. 2,0 et 2,1 Thierry Dubillot, « Une nouvelle vigie au port de Cherbourg », Ouest-France, 11 décembre 2014.
  3. 3,0 et 3,1 « La vigie du Homet surveille la rade et le large », Ouest-France, 26 novembre 2016.
  4. 4,0 et 4,1 « Cherbourg : la nouvelle vigie du Homet opérationnelle », meretmarine.com, 3 février 2015.

Lien interne