Trafic transatlantique de Cherbourg entre 1850 et 1939

De Wikimanche

Cherbourg est une ville portuaire située au nord-ouest de la Manche. Elle assure actuellement des liaisons avec l'Angleterre et l'Irlande. Certaines escales sont toujours possibles de nos jours avec l'Amérique. A quoi ressemblait le trafic maritime, et plus précisément le trafic transatlantique de l'époque 1850 - 1939 à Cherbourg ?

À propos du trafic transatlantique de Cherbourg

Dans la lutte entre les principaux ports de la Manche comme Le Havre, Cherbourg a pris l'avantage grâce à sa rade située en pleine mer permettant un abri sûr.

Dès 1869, les paquebots de la Hambourg Amerika Linie commencent a fréquenter de façon régulière le port de Cherbourg. En mars 1895, il est décidé que les navires feront des escales régulières à l'aller et au retour de New York. En 1899, la seconde compagnie de trafic maritime allemande : la Norddeutscher Lloyd se met elle aussi à faire des escales régulières dans le port, puis en 1902 une nouvelle ligne est ouverte mais cette fois à destination de l’Amérique du Sud.

En 1907, la première compagnie anglaise débarque : la White Star Line. Elle va aider le port à se développer davantage.

Le trafic de passagers ne cessera d’augmenter jusqu’au début de la Première Guerre mondiale.

Tableau montrant l'augmentation de la fréquentation du port au fil des années :
1869 - 1880 - 1900 - 1910 - 1913 -
Escales 47 84 378 543 - 557
Passagers 1 175 1 175 30 313 52 298 68 678

En presque cinquante ans, le port voit ses escales se multiplier par 12, et le nombre de passagers passer de 2 000 personnes à 69 000 personnes par an.

Les escales de plus en plus fréquentes sur la rade obligent à un va-et-vient permanent des transbordeurs, des bateaux faisant la navette entre les navires et la gare maritime.

Chaque compagnie possédait ses propres transbordeurs. Le port était en mouvement permanent, entre les trains en partance pour la capitale ou encore l'embarquement des passagers, des bagages et des sacs postaux mais aussi le débarquement de ceux- ci. La ligne de train effectuant la liaison avec la capitale s'arrêtait au niveau des quais.

L'évolution des bateaux qui devenaient de plus en plus imposants obligent à des transformations onéreuses dans certains ports. Pour le port de Cherbourg, seul le nombre de transbordeurs augmente, les paquebots pouvant toujours faire escale en rade. Cette augmentation permait un confort et une sécurité.

Histoire de la gare maritime et de l'hôtel Atlantique

La première gare maritime (construite en bois).

En 1850, seuls l'avant port et et le bassin de commerce étaient construits à Cherbourg. Les grands bateaux restent dans la rade. En 1912, la première gare maritime est construite en bois, c'est aussi cette année-là que le Titanic fait escale à Cherbourg avant de sombrer.

À l'époque, le transatlantique est un moyen de transport de luxe avec trois classes :
- la première classe concernait les gens fortunés, elle offrait un certain luxe le temps du voyage
- la deuxième était pour des gens plus ou moins aisés
- la troisième regroupait en majorité les ouvriers, les immigrants, les personnes ayant peu de moyens financiers.

Pour se faire une idée voici des tarifs du début du siècle dernier :
- un billet de première classe coûtait de 350 à 500 F
- un billet de seconde classe : de 250 à 300 F
- et un billet de troisième classe de 150 à 200 F.

Le transatlantique n'est pas un bateau de croisière. Les premiers bateaux de croisière font leur apparition dans les années 1920.

Immigrants juifs à Cherbourg.

Des vagues d'immigrants arrivent de diverses villes du nord-ouest de l'Europe pour prendre le paquebot (paquebot vient de l'anglais "paquet" "boat" qui signifie bateau paquet). L'hôtel Atlantique est créé avec l'objectif de placer en quarantaine les immigrants le temps de les vacciner et de les soigner avant leur embarquement. Le but premier est de limiter les infections et la transmission de maladies.

Une nouvelle gare maritime, la troisième (actuellement la Cité de la Mer), est construite sur l'ancienne plage de Cherbourg en 1928 par l'architecte René Levavasseur. Elle permet aux bateaux d'amarrer à tout moment sans prendre en compte la marée car même à marée basse il y a une profondeur approximative de 14 mètres pour des bateaux dont la quille s'enfonce jusqu'à environ 11 mètres sous l'eau).

Il y a une ligne de train directe entre Paris et la gare maritime. Les train s'arrêtent au niveaux des quais pour faire la transition avec les bateaux. Aujourd'hui, à l'emplacement exact où s'arrêtaient les trains, a été érigée une stèle commémorative en l'honneur du Titanic.

La stèle se trouve au niveau de l'entrée du parking actuel de la cité de la mer, elle fut posée par M. Destrais.
Inscription de la stèle.

En 1929, Cherbourg était le troisième plus grand port de France après Le Havre et Marseille.

La gare maritime, toujours existante.

Les compagnies en liaison avec Cherbourg entre 1850 et 1939 :
- la Hambourg America Linie,
- la White Star Line
- l'America Line
- la Nordeustcher Lloyd
- la Royal Mail
- la Kosmos.

Sources

- Gérard Destrais, bouquiniste derrière les halles à Cherbourg
- Gare transatlantique de Cherbourg sur Wikipédia
- La gare maritime transatlantique sur le site de la ville de Cherbourg - Cherbourg, port d'émigration sur le site de la ville de Cherbourg]