Théâtre dans la Manche

De Wikimanche

Article généraliste concernant le théâtre dans la Manche.

Théâtres

Théâtre de Cherbourg.
Théâtre de Saint-Lô.
par ordre alphabétique des lieux d'implantation


Théâtres disparus

Auteurs

par ordre chronologique des naissances

Comédiens

Manifestations

Troupes

Œuvres

Histoire

Le 3 septembre 1743, à Cherbourg, Polyeucte et Les Fourberies de Scapin sont représentées place d'Armes, dans un théâtre éphémère [1].

Dans les années 1830, la Manche compte trois salles de spectacles, à Cherbourg, Saint-Lô et Coutances, une quatrième ouvrant en 1840 à Avranches.

L'illustre tragédienne Mademoiselle George, ancienne de la Comédie française et ex-protégée de Napoléon, se produit à Saint-Lô fin décembre 1828 puis à Cherbourg]] et à Coutances le 5 ou 6 janvier 1829[2].

L'acteur Henry Monnier se produit avec sa femme à Coutances du 8 au 18 février 1838 dans La famille improvisée et La fille de Dominique le premier jour, Le Malade imaginaire le deuxième jour. Il en tire une caricature, « Souvenirs du théâtre royal de Coutances », publiée en 1839 dans le Figaro, dans lequel il représente trois bourgeois coutançais (casqués, armés et costumés en gardes-nationaux) qui suivent le spectacle depuis la coulisse, tandis qu'un quatrième regarde, penché, par la fente du portant[2]. Le couple revient dans cette même ville en février 1848 avec un programme similaire : La famille improvisée, Une position délicate, La fille de Dominique (8 février), Le Philtre champenoix, Le Camarade de pension, Le Malade imaginaire (11 février), Les Deux divorces, Le Gamin de Paris, Le Mariage impossible (12 février)[2].

Bibliographie

  • Émile Vivier, « Représentations théâtrales à Coutances par deux célèbres artistes: Mlle Georges en 1829, Henri Monnier en 1838 et 1848 », Annales de Normandie, tome IV, n° 2, mai 1954

Notes et références

  1. Jean Le Jeune, Documents historiques sur le vieux Cherbourg, éd. La Dépêche, 1981, p. 124.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Émile Vivier, « Représentations théâtrales à Coutances par deux célèbres artistes : Mlle Georges en 1829, Henri Mannier en 1838 et 1848 », Annales de Normandie, 4ᵉ année, n°2, 1954.

Articles connexes

Lien externe