Tempête de neige des 11 et 12 mars 2013

De Wikimanche

Saint-Lô, autocar sous la neige.

Une tempête de neige frappe la Manche les 11 et 12 mars 2013, avec des conséquences allant en s'atténuant jusqu'au 15 mars.

Une perturbation pluvieuse-neigeuse arrivée par le Nord-Ouest, rencontre un air froid venu de l’Est. La neige tombe en abondance le 11, plus particulièrement sur le Nord-Cotentin. Les températures sont négatives dans le Cotentin (- 2°C) et positives dans le sud (+ 3°C). De nouvelles averses de neige, cependant moins importantes, sont enregistrées le 12, qui se décalent vers le Sud dans l'après-midi. Les températures descendent, jusqu'à être partout négatives.

Chronologie

Lundi 11 mars

Tout commence dans la nuit du dimanche 10 au lundi 11 mars 2013 vers 3 h du matin, les premiers flocons annoncés commencent à tomber sur le Cotentin. À 8 h, 2 cm sont tombés à Querqueville, 5 cm à Beaumont-Hague.

Toute la journée du 11, les chutes de neige ininterrompues, liées à un vent fort de Nord-Est, paralysent petit à petit le Nord-Cotentin. La circulation des poids lourds de plus 7,5 tonnes est interdite sur l'A84, ainsi que sur la RN 13 entre Carentan et Cherbourg [1].

À 10 h 15, la circulation est délicate sur l’A84 et notamment à hauteur de Pont-Farcy (Calvados) où une centaine de camions sont bloqués. La circulation sur la RN 13 à hauteur d’Isigny-sur-Mer (Calvados) est également difficile.

À Coutances après quelques flocons le matin, c'est vers 15 h que la neige tombe de façon intense, soutenue par un vent violent, tout comme dans la région de Saint-Lô. À Cherbourg, on relève 30 cm de neige [2].

Granville et le Sud de la Manche sont touchés par les chutes de neige en début de soirée. À cet instant, tout le département de la Manche est atteint par la tempête de neige.

Dans la soirée, « entre 200 et 300 personnes » sont bloquées dans leurs véhicules sur la RN 13 entre Saint-Joseph et Cherbourg [3].

Au même moment, 90 personnes sont elles aussi bloquées dans leurs véhicules sur la RN 174 à Condé-sur-Vire [4].

Dans la soirée, à Cherbourg, des rafales de vent de 100 km/h retardent l'accostage du car-ferry MS Oscar Wilde, de la compagnie Irish Ferries, venant de Rosslare en Irlande [5].

À 20 h, on compte 44 000 foyers privés d'électricité à la suite de la détérioration du réseau due à des chutes d'arbres sur les fils ou de rupture de câbles électriques [2].

Mardi 12 mars

Ouest-France, 12 mars 2013.
Saint-Lô, entrée de la ville

À 6 h, 37 000 foyers sont toujours privés d'électricité [6]. ErDF intervient avec des équipes renforcées sur le terrain, elles-mêmes tributaires des difficultés de circulation.

300 personnes hébergées à La Glacerie, 300 à Saint-Pierre-Église, 140 à Torigni-sur-Vire, 25 à Condé-sur-Vire et 100 à Beaumont-Hague.

On relève jusqu'à 1,50 m de neige, selon la préfecture, avec une moyenne de 60 cm [6]. Jusqu'à 80 cm de neige dans les rues, des congères de plus d'un mètre, des trottoirs et des chaussées impraticables. On ne circule quasiment plus dans et aux abords de Cherbourg ainsi que sur tous les axes du Cotentin.

À Coutances ce sont les structures qui ploient sous le poids de la neige (une partie de la toiture d'Intermarché, du centre de formation des apprentis de la Chambre des métiers (IFORM), de l'imprimerie OCEP, de la patinoire Le Yéti, du garage Ford, d'un bâtiment agricole) [7]. À Valognes, le toit de l'entreprise Mécagest cède également [8].

Plus d'un mètre de neige cumulée est relevé à Saint-Pois. Entre 30 et 40 cm à Avranches [7].

  1. rétablir la circulation sur l'axe Saint-Lô-Cherbourg, surtout du côté de Valognes
  2. faciliter les déplacements des équipes d'ErDF pour rétablir l'électricité là où elle est coupée.

À 8 h, une centaine de personnes est bloquée sur la RN13 dans le sens Sud-Nord entre Valognes et Cherbourg.

À 9 h 30, la circulation est impossible au nord d’une ligne Carentan-Lessay. La RN13 est interdite à la circulation dans les deux sens de Caen (Calvados) à Cherbourg pour permettre aux moyens de déneigement et de secours de rétablir la viabilité de l’axe.

Les transports scolaires sont supprimés du mardi 12 au mercredi 13 inclus.

Les transports ferroviaires sont suspendus toute la journée du mardi 12 mars.

Des moyens militaires (MPG – Moyen Polyvalent du Génie) vont être déployés dans le département.

À 12 h 45, une section de l’Unité d’intervention de la sécurité civile (UISC1) du ministère de l’intérieur de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir) est présente dans la Manche depuis 6 h 30 avec des renforts en hommes et en matériels des SDIS 44 (Loire-Atlantique), 56 (Morbihan) et 85 (Vendée). Ces renforts seront complétés par l’acheminement de deux autres sections de l’UISC1.

Une colonne de sapeurs pompiers (SDIS 50, 44, 56 et 85 et UISC1) avec un moyen de déneigement de la Direction interdépartementale des routes nord-ouest (DIRNO) atteint la RN 13 et progresse afin de porter secours aux automobilistes encore bloqués entre Valognes et Cherbourg et dégager cet axe.

Les passagers du ferry Oscar Wilde, qui est toujours en mer, déjeunent à bord.

À 14 h 45, le ferry Oscar Wilde avec 492 passagers à bord, dont 255 jeunes de retour d'un voyage scolaire, peut finalement accoster avec un jour de retard [9]. C’est seulement à partir de 19 h 20, à la suite de difficultés techniques, que le débarquement a lieu. Les passagers sont hébergés à l’école des Fourriers et dans le terminal de la gare maritime, aménagés pour les recevoir, en attendant de pouvoir effectuer leur retour dans de bonnes conditions, fait savoir Jean-Michel Houllegatte, maire de Cherbourg. Il sont pris en charge par la Croix Rouge et la mairie.

À 17 h, 37 000 foyers sont toujours privés d'électricité [10]. « Le point noir est le Cotentin, où 16 communes sont totalement privées de courant », explique Delphine Batho, ministre de l'Écologie, qui s'est déplacée à Caen [10]. Le téléphone est lui aussi atteint : 14 000 foyers en sont privés [11]. Pour déblayer le terrain et ouvrir la voie aux agents d'ErDF, six véhicules lourds de l'armée sont mobilisés [7].

Mercredi 13 mars

Circulation routière

La circulation des poids lourds de plus de 7,5 tonnes est interdite jusqu'à 18 h sur l’ensemble du réseau routier.

La circulation sur la RN 13 reste interdite dans les deux sens entre Carentan et Cherbourg afin de laisser les équipes dégager et viabiliser les voies de circulation [12]. À midi, 500 véhicules y sont bloqués, dont une centaine de camions [12].

Dans un premier temps la circulation sur la RN 13 est rétablie entre Carentan et Caen, puis de Carentan jusqu'à Valognes.

À 19 h, la circulation entre Cherbourg et Valognes, sur la RN 13 est rétablie sur les deux voies de la section nord-sud Cherbourg-Valognes, avec une voie de circulation dans chaque sens. Dans le sens sud-nord, le dégagement des voies entre Valognes et Cherbourg, encombrées par 373 véhicules abandonnés par leurs conducteurs et 110 poids lourds, est engagé par l'UISC1 du Ministère de l'Intérieur venant en appui de la DIRNO.

La circulation sur l'axe Beaumont-Hague-Cherbourg (RD 901) est rétablie après l'intervention des militaires du 6e Régiment du génie d’Angers avec leurs moyens lourds (2 tractopelles, 2 engins de déneigement).

Circulation ferroviaire

Sur la ligne Paris-Cherbourg, tous les trains sont arrêtés à Caen [12].

Électricité

360 agents d’ERDF, 82 personnes issues d’entreprises de la Manche et du Grand-Ouest, 180 véhicules, 4 hélicoptères et 18 groupes électrogènes sont mobilisés pour rétablir l’alimentation dans le Nord-Cotentin avec l’appui, selon les secteurs, pour accéder aux zones isolées, des militaires du 6e Régiment du Génie d’Angers avec leurs moyens lourds et de militaires de l’UISC1.

En soirée, 24 600 foyers restent privés d’électricité [12].

Écoles

Écoles, collèges et lycées restent fermés [12].

Jeudi 14 mars

À 6 h 30, 373 personnes sont encore hébergées dans le département, dont 253 à l'École des fourriers de Querqueville, 60 à Torigni-sur-Vire et 42 à La Glacerie.

À 20 h, 1 500 foyers sont encore privés d'électricité et 300 de téléphone.

Une trentaine d'établissements scolaires restent fermés, en particulier dans le Nord-Cotentin, ainsi qu'à Portbail et Coutances.

Aucun train ne part ni n'arrive à Cherbourg [13].

À La Glacerie, le toit de l'hypermarché Auchan s'effondre en partie [13].

Bilan

Tirant le bilan de la tempête de neige, le préfet de la Manche se félicite d'abord qu'il n'y ait eu « aucune victime humaine directe » [14]. Il indique que la Chambre de commerce et d'industrie Centre et Sud Manche évalue les pertes économiques engendrées par la tempête dans son secteur à 20 millions d'euros, auxquels s'ajoutent 100 000 journées de travail perdues [14]. Une cinquantaine d'entreprises ont dû fermer, entraînant du chômage partiel [15]. Plusieurs toitures se sont effondrées sous le poids de la neige, représentant une surface de 25 000 m² [15].

Le Service départemental d'incendie et de secours de la Manche (SDIS 50) indique qu'il est intervenu à 1 145 reprises entre le 11 et le 15 mars, dont 656 opérations de secours aux personnes et 418 opérations matérielles (arbres et fils tombés, inondations, toitures, voirie...), l'essentiel ayant lieu du 11 après-midi au 12 au soir.

Environ 300 pompiers du département ont été mobilisés dans la période, auxquels sont venus s'ajouter les marins-pompiers de Cherbourg [16].

D'importants renforts extérieurs viennent compléter le dispositif départemental. Dès le 12, des pompiers venus de Loire-Atlantique (20), du Morbihan (10) et de Vendée (6), ainsi qu'un détachement (64 militaires) de l'Unité d’intervention de la sécurité civile du Ministère de l’Intérieur (UISC1), venu de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), plus particulièrement affecté au dégagement de la RN 13 et au rétablissement de l'électricité [16]. À partir du 14, d'autres pompiers sont arrivés de l'Est (115) et du Sud-Est (111) [16].

Notes et références

  1. AFP, 11 mars 2013, 15 h 07.
  2. 2,0 et 2,1 « La neige provoque une belle pagaille en Normandie », Ouest-France, 12 mars 2013.
  3. AFP, 11 mars 2013, 23 h 00.
  4. AFP 12 mars 2013, 2 h 36.
  5. AFP, 11 mars 2013, 20 h 51.
  6. 6,0 et 6,1 AFP, 12 mars 2013, 7 h 50.
  7. 7,0 7,1 7,2 et 7,3 La Manche Libre, site internet, 12 mars 2013.
  8. « Des toitures qui souffrent et des voyageurs bloqués », Ouest-France, 13 mars 2013.
  9. AFP, 12 mars 2013, 15 h 21.
  10. 10,0 et 10,1 Jean-Jacques Lerosier, « Objectif prioritaire : rétablir le courant au plus vite », Ouest-France, 13 mars 2013.
  11. François Lemarchand, « Une timide amélioration aujourd'hui, mais le froid perdure », Ouest-France, 13 mars 2013.
  12. 12,0 12,1 12,2 12,3 et 12,4 « Retour progressif à la normale mais peu de trains », Ouest-France, 14 mars 2013.
  13. 13,0 et 13,1 « Toujours pas de train entre Caen et Cherbourg », Ouest-France, 15 mars 2013.
  14. 14,0 et 14,1 « Conséquences de la neige : plusieurs millions d'euros de perdus dans la Manche », Ouest-France, 20 mars 2013.
  15. 15,0 et 15,1 Communiqué de presse de la Préfecture de la Manche, 25 mars 2013.
  16. 16,0 16,1 et 16,2 Communiqué de la Préfecture de la Manche, 18 mars 2013.

Lien interne