Stéphane Contesse

De Wikimanche

Stéphane Contesse, né à Cérences le 4 août 1912 et mort à Sonnenburg ( Allemagne) le 30 mars 1944, est un résistant de la Manche.

Stéphane Contesse habite Cérences, il est employé à la SNCF. Fin 1941, il entre en contact avec André Defrance par l’intermédiaire de Félix Bouffay et donne son adhésion au vaste mouvement de Résistance connu lors de la Seconde Guerre mondiale sous le nom de Front National.

Patriote actif, Stéphane Contesse devient responsable du comité Front National de Cérences, il héberge les résistants de passage, des réunions clandestines se tiennent à son domicile et c’est au cours de l’une d’elles qu’André Defrance engage René Lorence, marchand forain, ami de Contesse.

Stéphane Contesse, approvisionné par les employés de la laiterie de Cérences, Jumel et Chapron, fournit l’acide sulfurique utilisé pour les engins incendiaires lors d’attaques de dépôts de matériel allemand menées par le groupe FTP «Valmy» de Cherbourg ainsi que par le groupe de Coutances, dirigé par Félix Bouffay (fin juin1942).

Lors de l’été 1942, le mouvement Front National est frappé par une vague d’arrestations (affaire Jurczyzyn).

Stéphane Contesse est arrêté le 7 août 1942 Il est déporté le 20 octobre 1942 vers la prison de Karlsruhe (Allemagne). Dans ce transport se trouve également les Manchois Marguerite, Louis Barbey, Louise Avoyne, Philibert Daireaux, Albert Delacour, Joseph Scelles et Pierre Tirel. Déporté ""NN"" [1], il est transféré à la prison de Rheinbach [2] puis à celle de Sonneburg [3] (Pologne).

Il meurt au camp de Sonnenburg le 30 mars 1944.

Sources

Voir aussi

Résistance dans la Manche

  1. Nacht und Nebel = "Nuit et brouillard" - interprétation du signe N.N. accolé par l'administration SS à tout détenu désigné dès sa déportation.
  2. Prison pour les peines de travaux forcés.
  3. Prison d'application des peines de travaux forcés pour les hommes déportés ""NN"".