Sélune (groupe)

De Wikimanche

Sélune en 2012

Sélune est un groupe de musique traditionnelle de la Manche.

Son nom est aussi celui de la rivière Sélune qui se jette dans la baie du Mont-Saint-Michel.

Historique

Fondé à la fin de l’année 1977, Sélune donne son premier concert à Avranches en février 1978.[1]

Son répertoire est fait de musique traditionnelle folk, médiévale et écossaise. Il redonne vie au Manuscrit de Bayeux recueil de chansons de la fin du 16e siècle et passe à TF1, Antenne 2, et France 3, plusieurs fois, ainsi qu’à France Culture [1].

En même temps, Sélune commence à tourner hors de la région : tournée pour les Jeunesse musicales de France (JMF), passages réguliers en Allemagne, dans la région de Francfort (six à huit concerts à chaque fois dans la région de Francfort). Une tournée l'emmène en Pologne, une autre en Slovaquie, et sa participation est très remarquée au festival de Charleroi en Belgique. [1]

À partir de 1988 le groupe commence à réduire ses activités et se contente de deux CD [1]. Il ne se produit plus qu'en de rares occasions.

Le groupe Sélune donne son dernier concert à l'église Saint-Saturnin à Avranches, le 30 novembre 2012 avec les quatre musiciens du début (Éric Guénard, Jeanette Corre, Dominique Dodier, Jean-Paul Thiland) plus Émilie Corre, musicienne professionnelle (bébé lors de la naissance du groupe) [2]

Membres

  • Jeanette Corre : chant, guitare, psaltérion, dulcimer, percussions.
  • Dominique Dodier : chant, guitare, dulcimer, épinette, vieille à roue, flûte à bec.
  • Éric Guénard : chant, flûtes, cromornes, cornemuse, guitare, mandoloncelle, percussions.
  • Jean-Paul Thiland : basse électrique, contrechants guitare, percussions.

Discographie

  • Le Manuscrit de Bayeux, 1978
  • Chansons de Normandie et d’Outre-Manche, septembre 1979
  • En fait d’amour, 1981
  • A la duché de Normandie, 1988
  • Hélas, ma dame...que je désire tant, 2010

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Avranches communication, magazine d’informations municipales n° 78 - Printemps 2013.
  2. « Le groupe Sélune tire sa révérence », Ouest-France, 30 septembre 2013 (lire en ligne).

Lien externe