Roger Barberot

De Wikimanche

Roger Barberot durant la Seconde Guerre mondiale, dans le désert libyen

Roger Barberot, né à Cherbourg le 20 janvier 1915 et mort à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) le 14 novembre 2002, est un militaire et un homme politique, également écrivain.

Après avoir espéré pouvoir se consacrer à la peinture, Roger Barberot intègre l'École navale à Brest (Finistère) en 1936, sur la pression de son père. Mais il échoue à l'examen de fin d'études.

La guerre lui permet de revenir dans la Marine nationale. L'armistice signé avec l'Allemagne en 1940 l'incite à rejoindre les Forces françaises libres (FFL) au Caire (Égypte). Il est fait Compagnon de la Libération dès le 7 mars 1941. Il se bat en Italie et participe au débarquement de Provence et continue le combat jusqu'en mai 1945.

Il quitte l'armée pour s'engager en politique. Il adhère au RPF du général de Gaulle.

Avec la guerre d'Algérie, il se rengage dans l'armée en 1956. Il en démissionne.

À partir de 1959, Roger Barberot travaille dans plusieurs cabinets ministériels. Il entame ensuite une carrière diplomatique : il est ambassadeur en République centrafricaine, puis en Uruguay, où il accomplit aussi des missions de renseignement. En 1970, il est impliqué dans un scandale : « l'affaire Delouette-Fournier ».

En 1973, il est nommé administrateur des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), poste qu'il gardera sept années. Un timbre-poste à son effigie, édité en 2005, rappelle son action.

Roger Barberot se retire ensuite de la vie publique pour se consacrer à la peinture, son premier amour.

Œuvres

  • Fusiliers marins, éd. France Empire, 1947
  • Héros de mer, éd. La Jeune Parque, 1951
  • Malaventure en Algérie, avec le général de Bollardière, éd. Plon, 1957
  • A bras le cœur, éd. Robert Laffont, 1972
  • Brouillards et pièges, éd. Labarelly, 1977

Lien interne

Lien externe