Robert Le Rocquez

De Wikimanche

Robert Le Rocquez, né à Carentan vers la fin du XVe siècle et mort à Carentan en 1559 [1], est un poète de la Manche.

Prêtre et docteur en théologie, il cultive la poésie et passe pour être un des beaux esprits de cette époque. Il est l'auteur d'un poème curieux et singulier qui ne sera publié qu'après sa mort par les soins de son neveu appelé lui aussi Robert. C'est une histoire en vers de dix syllabes, dans laquelle on trouve quelques anecdotes et les principaux auteurs de son temps, mais presque entièrement dépourvue de critique. L'ouvrage est dédié à François de Valois, fils aîné du roi Henri II, par une épitre en vers, écrite en 1559, et il contient, outre le poème, quelques pièces présentées à Étienne Martel, évêque de Coutances.

Comme le poème de Le Rocquez est devenu très rare, voici un passage relatif à la fondation de la ville de Saint-Lô par Charlemagne en l'année 805

Luy avoir par vision divine
Du sacré bois, et de la croix le signe
Construire fist sur roche divisée
Une cité Saincte-Croix appelée
Et maintenant de Saint-Lô tient le nom
Ville moult forte et d'antique renom.

Robert Le Rocquez est mort à Carentan en 1559 et inhumé dans l'église de cette ville près de la chaire. Sur un pilier se trouve cette inscription, en caractères gothiques.

Épitaphe de M. Robert Le Rocquez, prêtre.

O toy passant qui marche ce tombeau
Baissant tes yeux sur cette dure pierre
Arreste-toi, non pour voir en la terre
Ce qu'elle enclos, qui n'est ni bon ni beau
Les os d'un mort i sont avec la peau,
Tous putrefaits, ce qui ton cœur parterre,
Ce cors poudreus qu'elle retient en serre
Est indigne de jetter au corbeau
Mais plustost voi de l'œil de ta pensée
L'ire et douceur du grand Dieu balancée
Sur les mortels dormans au monument
Recorde toi que toute humaine race
Comparaistra un jour devant sa face,
Pour recevoir son dernier jugement.
Fors Dieu tout passe.

Œuvres

  • Le Miroir de l'Éternité..., Caen, 1589, publié après sa mort par son neveu
  • Le Triomphe et les trophées de Jésus-Christ, 1593
  • Les Premières œuvres..., 1605, recueil de sonnets, de vers représentant des colonnes, des pyramides, etc.

Notes et références

  1. en 1560, selon André Dupont, Histoire du département de la Manche, tome V, « Le grand bailliage de 1450 à 1610 », éd. Ocep, 1979, p. 110.

Sources

  • Annuaire de la Manche, Saint-Lô.
  • Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leur actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, A. Troisnier Desplaces, éditeur, Paris, 1843.