Robert Gaultier de Carville

De Wikimanche

Robert Marie Joseph Gaultier de Carville, né à Boisyvon le 1er avril 1895 et mort dans la même commune le 30 juin 1976 [1], est une personnalité et un déporté de la Manche, rentré des camps de concentration d'Allemagne.  

Le centralisateur national du renseignement de "Libé-Nord" 

Né dans une de ces vieilles familles pour qui l’honneur n’est pas un vain mot, Robert de Carville, qui a déjà été combattant de la Première Guerre mondiale, entre dans la Résistance, dès que la collaboration de Vichy avec les Allemands est avérée, aux côtés de Henri Ribière, Christian Pineau ou Neumeyer, au sein du mouvement parisien de Libération-Nord [2]. Il a la lourde charge de centraliser tous les renseignements que les agents venus de province apportent au mouvement sur l’activité de l’ennemi dans leur secteur [2].

En décembre 1943, la « boîte aux lettres », c’est-à-dire le lieu clandestin où chaque membre du groupe peut apporter le résultat de ses observations, est découverte et Robert de Carville est arrêté au 127, rue de Vaugirard à Paris, le 18 décembre 1943 [2]. Interné à Fresnes puis à Angers jusqu’au 30 avril 1944, il fait partie du convoi qui part de Compiègne-Royallieu (Oise) le 12 mai 1944. Ce transport vers le camp de concentration de Buchenwald emporte 2 073 prisonniers. Dans les wagons se trouvent également les Manchois : Couraye du Parc, Duguépéroux, Huard, Lecluze et Robbes. À son arrivée au camp, il se voit attribuer le numéro matricule 55969. Il connaît l’enfer du terrible commando de Dora en août 1944, puis échoue au camp de Bergen-Belsen, ravagé par le typhus. Il n'est libéré que le 29 avril 1945 [2].

Dès son retour, il estime de son devoir d’aider ses camarades du mouvement à obtenir les réparations matérielles ou morales qui leur sont dues. Il devient alors l’officier liquidateur du Mouvement Libération-Nord, c’est-à-dire sans la signature duquel aucune attestation d’appartenance au mouvement ne peut être validée [2]. Il accomplit pendant plusieurs années cette délicate mission avec un esprit de droiture et d’équité reconnue de tous.

Distinctions

  • Commandeur de la Légion d’honneur à titre militaire [3]
  • Médaillé de la Résistance [3]
  • Croix de Guerre (1914-1918) [3]
  • Croix de Guerre (1939-1945) [3]

Notes et références

  1. «  Acte de décès n° 3 - État-civil de Boisyvon - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 1976.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 et 2,4 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier.
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 Généanet, site internet (voir en ligne).

Articles connexes