Renée et Ernest Lepileur

De Wikimanche

Renée et Ernest Lepileur sont des personnalités remarquables de la Manche.

Justes parmi les nations

Ernest et Renée Lepileur sont cultivateurs à La Soudextrie à Sainte-Croix-de-Saint-Lô.

Après les grandes rafles de Juifs qui sévissent à Paris en juillet, le père Louis Jeanne, qui est originaire de la région, leur demande de donner asile à deux fillettes juives, Suzy Fruchter, huit ans et sa sœur Janine, cinq ans. Ernest les recueille à la gare de Saint-Lô et les amène à sa ferme en charrette.

Les enfants se sentent rapidement en confiance. Ernest devient pour elles "grand-père" et Renée "grand-mère" ; Denise Lepileur, leur fille, devient leur "petite maman".

Craignant une dénonciation, on dit aux gens du village qu'il s'agissait de cousines de la ville venues se rétablir au bon air de la campagne. Les deux sœurs ne fréquentaient pas l'école, mais une institutrice venait chaque jour les faire travailler.

Pour ne pas éveiller les soupçons, elles allaient à la messe le dimanche.

Le 6 juin 1944, le village est durement atteint par les bombardements alliés lors du débarquement. Les Allemands réquisitionnent la ferme des Lepileur qui devient un poste de commandement. Peu après, tous les habitants reçoivent l'ordre de quitter le village. Les Lepileur partent sans trop savoir où. Ils finissent par arriver chez les parents du fiancé de Denise. Toute la famille rentre à la ferme après la libération de la Normandie en juillet. Malheureusement, le jeune Eugène Lepileur, qui n'a que dix-sept ans, se tue en ramassant une bombe tombée près de la ferme.

Les deux sœurs retrouvent leurs parents après la Libération et les deux familles devinrent amies.

Le 6 mai 1996, Yad Vashem a décerné à Ernest et Renée Lepileur ainsi que leur fille Denise Levallois, le titre de Juste parmi les Nations.

Article connexe

Lien externe