René Crouzeau

De Wikimanche

René Louis Henri Crouzeau, né à Carpentras (Vaucluse) le 27 octobre 1902 et mort à Beaucoudray le 15 juin 1944, fusillé par les allemands, est un résistant de la Manche.

Il est inspecteur des PTT [1].

Il est arrêté et incarcéré le 13 février 1944 pendant 48 heures en raison des lenteurs signalées aux réparations des lignes téléphoniques et notamment celle reliant Saint-Lô à Jersey[2].

Le 14 juin suivant, il est capturé par un détachement de SS dans la ferme de l’Oiselière-de-Haut, où il s’est regroupé avec dix neuf camarades.

Le lendemain, à l’aube, il est fusillé par les allemands, âgé de 42 ans, fusillé.

Il est inhumé au cimetière de Saint-Nicolas-près-Granville, sur sa tombe est gravé « La liberté ou la mort ».

Il est le père de Jean-Pierre Crouzeau (1928-2014), président du comité des fusillés de Beaucoudray.

Distinctions

  • Croix de guerre
  • Médaille de la Résistance

Hommages

Sont nom est inscrit sur les monuments commémoratifs suivants :

Notes et références

  1. « Lettre d’une rescapée du maquis de Beaucoudray (Tourlaville, 2 janvier 1945) », Le Didacdoc, n° 20 (lire en ligne), consulté le 2 juin 2018.
  2. Archives départementales de la Manche, Chronologie des faits de résistance dans la Manche en 1944

Liens internes