Red Ball Express

De Wikimanche

Panneau indicateur.
Rassemblement de camions à Carentan.

Le Red Ball Express est une voie mise en service à la Seconde Guerre mondiale pour ravitailler les armées américaines lancées à la reconquête de l'Europe contre l'Allemagne nazie.

Il est créé le 25 août 1944 avec Saint-Lô comme point de départ central. Il reste en service jusqu'au 16 novembre 1944, date à laquelle la remise en activité du port d'Anvers (Belgique) le rend inutile.

Il se relie à Cherbourg à partir de la libération de la ville et de la remise en service de son port de commerce. La partie partant de Cherbourg est connue sous la dénomination de Green Diamond Highway.

Le Red Ball Express permet le transport de vivres, de munitions et surtout de carburant, à partir notamment de l'oléoduc PLUTO. On estime qu'il a permis d'acheminer 410 000 tonnes de marchandises [1], en utilisant 5 958 véhicules. Le débit restant malgré tout insuffisant, un bref pont aérien doit être mis en place en septembre 1944 entre l'aérodrome de Querqueville et Reims (Marne).

Fonctionnement

Le Red Ball Express emprunte le réseau routier français existant, qui souffre d'un manque d'entretien patent depuis le début de la guerre et que les bombardements alliés et les sabotages de la résistance ont martyrisé.

Strictement réservé aux véhicules militaires américains, il fonctionne jour et nuit, 24 heures sur 24. Les camions roulent à la queue-leu-leu avec interdiction de se doubler, séparés par une distance minimale de 74 yards (60 mètres). Les convois se composent de cinq camions au moins, encadrés par des jeeps. Leur vitesse maximale est de 20 miles à l'heure (40 km/h). Les camions qui tombent en panne restent sur le bord de la route et attendent l'arrivée d'une équipe spécialisée avant de trouver une place dans le convoi qui suit.

Les conducteurs doivent prendre une pause de dix minutes toutes les heures (H - 10). Ils permutent à Alençon. Les trois quarts sont des Noirs.

Tracés

Le tracé au 16 octobre 1944.

Le Red Ball Express connaît plusieurs tracés, qui tiennent compte de la progression du front.

Du 25 août au 10 septembre 1944, le Red Ball Express a les itinéraires suivants :
- Route aller : CherbourgValognesCarentanSaint-LôVire → Domfront (Orne) → Alençon (Orne) → Mortagne-au-Perche (Orne) → Chartres (Eure-et-Loir) [1]
- Route retour : Chartres (Eure-et-Loir) → Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir) → Mamers (Sarthe) → Mayenne (Mayenne) → Mortain → Vire (Calvados) → Tessy-sur-VireSaint-LôPériersCherbourg [1].

Saint-Lô sert de point de regroupement, certains camions arrivant des plages de débarquement d'Utah Beach et d'Omaha Beach (Calvados). Vire est le seul endroit où la route n'est pas à sens unique [1].

À partir du 11 septembre, un nouvel itinéraire plus au nord donc plus court est mis en place :
- Route aller : CherbourgValognesCarentanSaint-LôTorigni-sur-Vire → Vire → Flers (Orne) → Argentan (Orne) → L'Aigle (Orne) → Dreux (Eure-et-Loir) → Chartres (Eure-et-Loir) [1]
- Route retour : Chartres (Eure-et-Loir) → Mortagne-au-Perche (Orne) → Alençon (Orne) → Domfront (Orne) → Mortain → Vire (Calvados) → Tessy-sur-VireSaint-LôLessayBricquebecCherbourg [1].

À partir du 15 septembre 1944, avec l'avancée rapide du front, le Red Ball Express est rallongé de deux boucles, vers Soissons (Aisne) et Sommesous (Marne), prolongée ultimement vers Metz (Moselle).

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Robert Lerouvillois, Cherbourg, port de la liberté : la bataille logistique de la Libération, éd. Isoète, 2009.

Lien interne

Lien externe