Querbot

De Wikimanche

Le Querbot est un cours d'eau du département de la Manche. Il est également connu sous les formes Kerbec et Carbec.

Il prend sa source au Theil, traverse Montaigu-la-Brisette, Teurthéville-Bocage, longe la limite communale entre Le Vast et Brillevast, et se jette dans la Saire sur sa rive droite, dans la commune du Vast.

Hydronymie

Attestations anciennes

  • Carbec R[iviere] 1753/1785 [1].
  • R[uisse]au Querbot 1978 [2], 1991 [3].
  • Ruisseau Querbot 2001, 2007 [3].

Étymologie

Hydronyme d'origine scandinave, dont le deuxième élément -bec est issu de l'ancien norois bekkr « ruisseau ».

Les formes anciennes du Querbot montrent que ce nom est à mettre en relation d'une part avec le ruisseau du Querbé au Theil (ancien Carbec ou Crabec), et d'autre part avec Carbec ou Carbec-Grestain, ancienne commune de l'Eure (aujourd'hui Fatouville-Grestain), ainsi qu'avec la dizaine de toponymes normands en Car-, dont les types les plus fréquents sont Cartot, Carville et Carmont.

Ces noms sont régulièrement expliqués par le nom de personne scandinave Kári [4], d'où le sens global de « ruisseau de Kári » [5] pour le Querbot, le Querbé et Carbec. On retrouve également ce nom de personne dans la toponymie anglaise : par exemple dans le nom de Carthorpe dans le Yorkshire (Caretorp 1086), « le village de Kári », ou encore Careby dans le Lincolnshire (Careby 1199), « le domaine rural ou village de Kári » [6].

L'évolution Car- > Quer-, Ker- est attendue, et due à l'action fermante de [r] en syllabe initiale au Moyen Âge. Cette évolution se manifeste par exemple dans les parlers de la Manche dans les mots quérette < ancien normand carete « charrette »; lerme < larme; ergent < argent; chergi < ancien français chargier « charger », etc.

L'altération de la finale -bec (normalement prononcée [-be], -bé) en -bot est peut-être imputable, quant à elle, à un phénomène de dissimilation motivé par la présence au Theil du ruisseau du Querbé, qui a sa source au Mesnil-au-Val. Cette finale en -ot, d'apparition relativement récente, pourrait représenter une dérivation diminutive tardive, faisant de ce cours d'eau « le petit Querbé ».

Affluents

Le ruisseau aux Presles [7] est un affluent de rive droite, situé en totalité sur Montaigu-la-Brisette, d'une longueur de 1200 m environ.

Annexes

Notes et références

  1. Carte de Cassini.
  2. Carte IGN au 1 : 100.000.
  3. 3,0 et 3,1 Carte IGN au 1 : 25.000.
  4. Cf. Jean Adigard des Gautries, Les noms de personnes scandinaves en Normandie de 911 à 1066, Lund, 1954, p. 116; François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de l’Eure, Picard, Paris, 1981, p. 84; Kerstin Schlyter, « Les Noms des Scandinaves en Normandie », in Onomastique et langues en contact, Actes du colloque de Strasbourg (1991), Association bourguignonne de dialectologie et d'onomastique, 1992, p. 241b; Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 1012, § 18229.
  5. Ce nom se rencontre en ancien danois sous la forme Kari, en ancien suédois sous la forme Kare, et en ancien norois de l'Ouest sous la forme Kári, soit en tant que nom individuel, soit en tant que sobriquet. Il dérive de l'adjectif °kárr (ancien norois de l'Ouest) < germanique commun °kaura- « incurvé » (racine indo-européenne °gēu- « plier, incurver »), qui a pris d'une par le sens de « frisé, bouclé », et d'autre part celui d' « obstiné, combatif, rétif »; cf. Geirr Bassi Haraldsson, The Old Norse Name, Studia Marklandica, I, Olney, MD, Markland Medieval Militia, 1977, p. 12 s.v. Kári; Lena Peterson, Nordiskt runnamnslexikon, Språk- och folkminnes-institutet, état du 30 septembre 2005, s.v. Kári, Kárr.
  6. Eilert Ekwall, The Concise Oxford Dictionary of English Place-names (4th edition), Oxford University Press, Oxford, 1960, p. 88b et 87a.
  7. Ce nom est employé dans la littérature des archéologues qui étudient une implantation romaine sur son cours, mais il était plutôt anonyme pour le voisinage, sa source étant nommée fontaine aux Presles ou aux Praëls.