Politique de la ville dans la Manche

De Wikimanche

La politique de la ville correspond aux actions de l'État visant à lutter contre la dégradation des quartiers les plus fragiles socio-économiquement. Pluridisciplinaire et multipartenariale, elle couvre l'habitat, l'urbanisme, l'action sociale, l'éducation, la sécurité et l'insertion économique.

Les premières initiatives remontent à 1984 avec les « actions pour le développement social des quartiers » prévues dans les contrats État-Région. Un ministère de plein exercice est créé après les émeutes de Vaux-en-Velin, confié à Michel Delebarre. Plusieurs dispositifs sont créés au cours des années : grands projets urbains en 1991, contrat de ville à partir de 1994, zones urbaines sensibles en 1996, nouveaux contrats de ville et programme de rénovation urbaine en 1999, loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) en 2000, création de l'agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) en 2003, contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) en 2007...

Quartiers prioritaires de la politique de la ville

Jusqu'en 2014

  • Équeurdreville rural, Blum (propriété 2)
  • Le Canu-Capel (priorité 2)
  • Le Bois (priorité 2)
  • Pont Marais centre (priorité 2)
  • Pont Marais ouest (priorité 2)
  • Pont Marais est (priorité 2)
  • Tourlaville-Place (priorité 2)

(Sigles : ZUS : Zone urbaine sensible ; ZRU : Zone de redynamisation urbaine ; ZFU : Zone franche urbaine ; PRU : Projet de rénovation urbaine)

À partir de 2015

Une réforme des quartiers prioritaires présentée en juin 2014 unifie les catégories et redéfinit les quartiers à partir du seul revenu des habitants (quartiers dont plus de la moitié des habitants gagne moins de 60 % du revenu médian français, soit 11 250 euros par an). Le nombre de quartiers concernés dans la Manche passe de 14 à 7.