Paulette Guiné

De Wikimanche

Paulette Guiné.

Paulette Guiné, pour l'état civil Paulette Jacqueline Thérèse Lesquier, née à Ouilly-le-Basset (Calvados) le 21 mai 1925 [1] et morte à Saint-Pair-sur-Mer le 21 mai 2017 [2], est une personnalité politique et du monde associatif de la Manche.

Biographie

Elève de l’École normale supérieure d'Évreux (Eure) [3], où elle rencontre son futur époux, le Granvillais Marcel Guiné, elle est institutrice puis professeure au collège à Saint-Pierre-sur-Dives. Elle dirige ensuite le collège Michelet à Lisieux (Calvados) [4].

Retraitée, elle se retire avec son époux à Granville, où ils s'investissent dans la vie locale. Tous deux membres du Parti socialiste, lui est conseiller municipal entre 1977 et 1983, sous la magistrature de Rémy Derubay, elle est la seule femme au conseil régional en 1986, puis est conseillère municipale d'opposition, de 1989 à 2001 [4].

Elle est également membre de la Ligue nationale de l’enseignement, membre puis présidente de l’Amicale laïque de Granville, vice-présidente de la Fédération des œuvres laïques de la Manche (FOL), vice-présidente de l'association OSE (Objectif Solidarité Emploi), membre de l'AGAPEI (Association de parents et amis de personnes handicapées mentales) [3].

Elle meurt à l'EHPAD Le Vallon de Saint-Pair et est inhumée au cimetière Saint-Nicolas de Granville [3].

Distinctions

Sa carrière et ses engagements lui valent d'être faite chevalier de la Légion d'honneur, commandeur des Palmes académiques et de recevoir la médaille nationale de la Ligue de l'enseignement [3].

Notes et références

  1. « Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2017.
  2. « Acte de décès n° 31 - État-civil de Saint-Pair-sur-Mer - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2017.
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 « Manche : l'ancienne élue de Granville Paulette Guiné décède le jour de ses 92 ans », La Manche libre, 22 mai 2017. (lire en ligne).
  4. 4,0 et 4,1 « Granville. Citoyenne engagée et militante, Paulette Guiné est décédée », Ouest-France, 22 mai 2017 (lire en ligne).