Actions

Paul Lavat

De Wikimanche

Paul Jean Louis Lavat, né à Granville le 26 janvier 1890 et mort à Bourg Saint-Pierre (Suisse) le 13 août 1955, est une personnalité politique de la Manche.


Biographie

Après de brillantes études au collège local et à la faculté de médecine de Paris, Paul Lavat devient ophtalmologue.

Mobilisé en 1914, il sert dans l'hôpital auxiliaire installé au Normandy Hôtel et c'est là qu'il fait la connaissance d'une jeune infirmière qui deviendra sa femme [1]. Il part au front en février 1915 comme médecin auxiliaire au 115e régiment d'infanterie, puis est affecté dans diverses ambulances. Démobilisé, il est nommé chef de la clinique des Quinze-Vingts, à Paris [2]. À la mort de son père, il assure un service hebdomadaire de consultations à Granville [1].

Mobilisé à nouveau en 1939, il sert comme médecin-commandant à l'hôpital d'évacuation secondaire n°2 à Bar-le-Duc, où il est « pour ses chefs un collaborateur précieux » [1]. Démobilisé en août 1940, le docteur Lavat organise le secteur de Granville au point de vue sanitaire (hôpitaux auxiliaires, équipes d'urgence). Au moment de la bataille de Normandie, en 1944, il remplace le délégué départemental, expulsé par les Allemands. Après le bombardement de l'hôpital de Granville et la destruction de plusieurs hôpitaux de la région, il crée un hôpital auxiliaire au casino de Jullouville, où « il se dépense sans compter auprès des blessés venant des régions sinistrées » [1]. À l'approche de l'armée américaine, apprenant que les Alliés mettent leur artillerie en batterie près de Bréhal, il part à leur rencontre pour les informer du départ des Allemands, évitant ainsi le pilonnage de la ville [1]. Après la Libération, il réorganise la Croix-Rouge avec son épouse.

Il est élu conseiller municipal de Granville en 1945 et maire le 18 mai mais démissionne quelques mois plus tard à cause de ses obligations professionnelles, qui le retiennent hors de la cité corsaire. Il reste cependant conseiller municipal.

Président régional des hospitaliers sauveteurs bretons, Paul Lavat dote les plages du Mont-Saint-Michel à Carteret de moyens de sauvetage très nombreux et modernes, notamment le Commandant-Yvon. Président départemental de la Croix-Rouge, il crée une école de secourisme ; président-fondateur du Yacht-club de Granville de Granville, il organise de nombreuses régates pendant la saison balnéaire ; président de l'association France-Grande-Bretagne, qu'il implante à Granville en 1954, il réorganise les rapports culturels, touristiques et sociaux, notamment pour l'échange d'enfants entre les deux pays [2].

Il trouve la mort avec son épouse dans un accident de car dans une excursion au Grand-Saint-Bernard. Ils sont inhumés au cimetière Notre-Dame de Granville.

Distinctions

  • Légion d'honneur (chevalier)
  • Croix de guerre 1914-1918
  • Grande médaille de bronze de la Croix-Rouge

Hommage

Une promenade porte son nom à Granville.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 Ouest-France, 22 août 1955.
  2. 2,0 et 2,1 Ouest-France, 16 août 1955.