Pêche dans la Manche

De Wikimanche

Pêcheurs au Becquet.
Pêcheurs nettoyant leurs poissons.

La pêche est une activité économique importante du département de la Manche.

Dans le département, la pêche en mer et les cultures marines emploient directement quelque 4 000 personnes.

La pêche en mer réunit 324 bateaux qui emploient 1 600 pêcheurs professionnels.

La pêche à pied est essentiellement une pêche de loisir. Mais, le statut de pêcheur à pied professionnel est reconnu et réglementé. Il en existe 400 en Basse-Normandie [1].

Ports

Pêche hauturière

Dans les années 1750-1780, Granville est le seul port hauturier du Cotentin : il arme une centaine de bâtiments pour la grande pêche [2].

Bateaux de 18-25 m

Pêche côtière

Départ pour la pêche à Saint-Vaast-la-Hougue.
Voir aussi : Liste des ports de la Manche

Production

Production par port.

La production annuelle de la pêche maritime dans le département est d'environ 50 000 tonnes.

En 1930, le poisson vendu à Cherbourg rapporte 11 millions de francs, 5 à Granville, 2,4 à Saint-Vaast-la-Hougue, 0,8 million à Barfleur et 0,5 million à Blainville-sur-Mer [3].

Pêche à la morue

La grande pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve (connus localement comme « le banc ») a été très active, à partir de Granville, tout au long du 19e siècle. La flottille rassemblait sous la Restauration (1814-1830) une cinquantaine de navires et 3 000 marins, issus non seulement de Granville même mais aussi des villages avoisinants (voir à ce sujet la Route des matelots). Elle a pratiquement disparu à la veille de la guerre de 1914 [4]. Elle rapportait cependant encore 9 millions de francs en 1930 [3].

Pêche à pied

Flottille

La flottille manchoise compte 324 unités, grandes et petites, dont 73 à Granville et 60 à Cherbourg (2008).

Armements

Armements disparus

Bateaux

...

Effectifs

En 1930, on compte 1 899 pêcheurs pour l'ensemble du département, dont 624 à Granville, 582 à Cherbourg, 330 à Saint-Vaast-la-Hougue, 202 à Barfleur et 161 à Blainville-sur-Mer [3].

En 1996, dans le département, plus de 1600 marins-pêcheurs embarquent chaque jour sur 500 bateaux [5].

Pêcheurs remarquables

Criées

Enseignement

Organisations

Histoire

En 1686, on ne dénombre dans l'amirauté de Cherbourg que 12 bateaux de trois tonneaux [6]. En 1730, la pêche regroupe 123 pêcheurs, tandis que l'amirauté de Barfleur en compte 235 et l'amirauté de Saint-Vaast-la-Hougue 112 [6]. En 1740, le nombre de bateaux monte à 22 dans l'amirauté de Cherbourg, mais d'un tonnage plus faible [6].

En 2000, le Traité de Granville régit les modalités de la pêche dans la baie de Granville à proximité de Jersey.

Activités connexes

Bibliographie

par ordre chronologique de parution
Livres
  • Claude Estrade, L'Exploitation de la pêche maritime entre le Mont-Saint-Michel et le cap de la Hague, Impr. Au Manuscrit, Alfort, 1959 (thèse)
  • Jean Lepetit, Étude du vocabulaire de la pêche et de la mer dans le parler de Réville, mémoire pour le DES, Faculté des lettres de Caen, 1970
  • Jean Saillard, La pêche artisanale à Cherbourg (mémoire de maîtrise de géographie), Caen, 1978
  • Jean Mabire, Pêcheurs du Cotentin, éd. Heimdal, 1994
  • Michel Coupard et Jack Lecocq, La pêche à pied en baie du Mont-Saint-Michel, éd. Allan Sutton, 2005
  • Valérie Bondaz-Gérard et Jean-François Claude (dir.), Nom d'un pêcheur !, éd. Orep, 2019
Articles
  • Albert Desile, « Trois jours en mer avec les pêcheurs de Cherbourg », La Manche Libre, 23 et 30 mars 1952
  • Leblond, « Les modes de pêche sur la côte orientale du Cotentin », Annales de Normandie, tome IV, n° 3-4, octobre-décembre 1954
  • Joël Audouy, « La pêche et le trafic maritime dans le ressort de l'amirauté de Cherbourg au XVIIIe siècle », Mémoires de la Société nationale académique de Cherbourg, vol. XXV, 1956, p. 81-91
  • Annie Lohier, « Le langage des pêcheurs d'Urville-Hague », Parlers et traditions populaires de Normandie, fasc. 6, Noël 1969, fasc. 9, Saint Michel 1970
  • Paul Ingouf, « La mer et ses richesses », Le Cotentin, éd. Manche-Tourisme, 1977
  • « Granville, port de pêche et de course », La Manche au passé et au présent, éd. Manche-Tourisme, 1984
  • Pierre Dasi, « Quand le département de la Manche tournait le dos à la mer (du milieu du XIXe siècle aux années 1930) », Annales de Normandie, janvier 2013, p. 111-135 (lire en ligne)
  • « La pêche à Cherbourg », Vikland, n° 34, août 2020

Notes et références

  1. Comité régional des pêches maritimes de Basse- Normandie (lire en ligne), consulté le 19 juin 2016.
  2. Edmond Thin, « Granville et son littoral », La Manche au passé et au présent, Manche-Tourisme, 1984.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 « 120 ans en Cotentin », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2009, p. 95.
  4. Armand Frémont, Atlas et géographie de la Normandie, éd. Flammarion, 1977.
  5. « Au pays de la mer », Manche Informations, n° 25, mai 1996, p. 12.
  6. 6,0 6,1 et 6,2 Jean Audouy, « La pêche et le trafic martitime dans le ressort de l'amirauté de Cherbourg au XVIIIe siècle », Mémoires de la Société nationale académique de Cherbourg, vol. XXV, 1956, pp. 81-91.

Articles connexes

Liens externes