Octave Mirbeau

De Wikimanche

Buste de Mirbeau par Rodin.

Octave Mirbeau, né à Trévières (Calvados) le 16 février 1848, mort à Paris le 16 février 1917, est un écrivain lié au département de la Manche.

Il étudie chez les Jésuites à Vannes (Morbihan) puis à la faculté de droit de Paris [1].

Il travaille comme journaliste puis devient chef de cabinet du préfet de l'Ariège. Il revient au journalisme et écrit, entre autres, dans L'Illustration, Le Gaulois et Le Figaro[1]

Il écrit des nouvelles, des romans et des pièces de théâtre. Ses œuvres les plus connues sont Les Affaires sont les affaires et Le Journal d'une femme de chambre, roman qui a Cherbourg comme toile de fond[1].

Il est venu à Cherbourg au moins une fois, à bord du Normandie qui l'a amené avec Claude Monet depuis Le Havre, à l'occasion de la visite du tsar Nicolas II de Russie en octobre 1896. Il écrit plus tard : « Dans cette région de Cherbourg, on se croirait déjà en Bretagne. Les collines se couvrent de chênes, des torrents dégringolent sur les pentes de granit ; et les landes apparaissent. Elles occupent de vastes surfaces autour de Lessay et sous le ciel gris où les nuages courent, chassés par le vent, on a déjà sur le sombre tapis de bruyères et d'ajonc le sensation poignante et douce à la fois que laissent à l'esprit les landes solitaires de la Bretagne mélancolique. Au centre de la presqu'île, dans le pays de Coutances et Saint-Lô, le herbages complantés de pommiers se dérobent derrière les hauts talus boisés de chênes. ». Il a pu y revenir lors d'un reportage ou d'un voyage en automobile à travers la France[2]

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Yves Lecouturier, Célèbres de Normandie, éd. Orep, 2007.
  2. « Cherbourg », dans Dictionnaire Octave Mirbeau, Société Octave Mirbeau (en ligne).

Lien externe