Naufrage du Paris

De Wikimanche

Le Paris est un paquebot américain.

Le 1er octobre 1823, ce trois-mâts de 340 tonneaux commandé par Henri Robinson quitte New York (États-Unis) pour se rendre au Havre (Seine-Maritime) [1]. Il a 31 passagers à son bord et 20 marins, ainsi qu'une précieuse cargaison de marchandises coloniales [1]. Dans la nuit du 31 octobre 1823, alors qu'il se trouve malmené par le raz Blanchard, il sombre dans la baie des Demiacres devant Auderville en percutant le rocher des Écamelands (entre le sémaphore et le phare actuels). Les naufragés sont secourus par les villageois.

Le paquebot a à son bord un passager particulier : l'évêque de Boston, MgrJean Lefebvre de Cheverus (1768-1836), qui est accompagné M. Morainville, missionnaire français [1]. Sauvé, mais à bout de forces, l'évêque est porté jusqu'au presbytère d'Auderville. Le curé, abasourdi par la présence d'un évêque dans le village, l'accueille dans sa modeste demeure. Le lendemain, en l'église d'Auderville, le prélat préside la fête de la Toussaint et fait le sermon de circonstance [2]. Le prélat est conduit ensuite au château de Beaumont, puis à Cherbourg, où il arrive le 2 novembre [3].

Mgrde Cheverus [4] devient par la suite cardinal-archevêque de Bordeaux.

Une chèvre, sauvée également du naufrage, est parquée dans un enclos voisin. Il se nomme depuis « le jardin de la chèvre » [2].

Vingt-sept embarcations ayant fait naufrage au large de la Hague sont répertoriées en 1823.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Vérusmor, « Naufrage », Annuaire du département de la Manche, 1844, p. 392-396.
  2. 2,0 et 2,1 Claude Pithois, La Hague, terre ignorée ?..., Librairie G. Gautier, 1961.
  3. Voisin La Hougue, Histoire de la ville de Cherbourg (continuée de 1728 à 1835 par Vérusmor), Impr. Boulanger, Cherbourg, 1835, p. 339.
  4. J. Guen-Dubourg, Vie du cardinal de Cheverus, librairie Périsse Frères, 1841 (lire en ligne).