Naufrage du Ievoli Sun

De Wikimanche

Le lundi 30 octobre 2000, le chimiquier Ievoli Sun fait route en Manche. Il a appareillé de Fawley (Grande-Bretagne) pour Barcelone (Espagne).

Ce bateau est affrété par l'armateur napolitain Luigi Ievoli. Son équipage se compose de 14 personnes. Il transporte une cargaison de 6 000 tonnes de produits chimiques : 4 000 tonnes de styrène - produit insoluble dans l'eau, très toxique, très corrosif et déflagrant , 1 000 tonnes de méthyle trichlorosilane et 1 000 tonnes d'alcool isopropylique – produits solubles dans l'eau et faiblement toxique.

Alors qu'il se trouve à 45 nautiques au nord de l'île de Batz (Finistère), à 4 h 30, le capitaine signale une voie d'eau dans son double-fond, sur l'avant.

L'Abeille Flandre, remorqueur de haut mer, prépositionnée à Ouessant, est requis par le préfet maritime de Brest pour porter assistance au navire.

Un équipage de Super Frelon de la 32e flottille de Lanvéoc-Poulmic (Finistère) arrive sur zone à 8 h 05 et constate l'état grave du navire. Il procède à l'évacuation par hélitreuillage de l'équipage.

Le préfet maritime déclenche le plan Polmar Mer. Compte tenu des conditions météo océaniques, le risque d'un échouement et d'une pollution majeure sur le littoral des Côtes d'Armor apparaît rapidement comme une évidence.

Une équipe est hélitreuillée à bord du Ievoli Sun et passe une remorque à l'Abeille Flandre.

Le remorquage commence et l'ensemble fait route à 4 nœuds au Nord-Est, la seule possible compte tenu des conditions météorologiques et de la situation du navire.

Le 31 octobre 2000, à 9 h, aux deux tiers du chemin vers l'abri du Cotentin, le Ievoli Sun sombre à 9 nautiques au nord des Casquets, 12 d'Aurigny et 20 du cap de la Hague, par 70 m de fond. Les coordonnées de l'épave sont les suivantes : 49°52N et 002°24W.

Des enquêtes menées, les causes du naufrage sont le mauvais temps et une entrée d'eau qui a noyé le magasin avant.

Le 31 octobre, Dominique Voynet, ministre de l'Environnement, se rend à Cherbourg pour évaluer les conséquences environnementales du naufrage.

Le Conseil général de la Manche demande à Me Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement de défendre ses intérêts[1].

Notes et références

  1. « Naufrage du Ievoli Sun. La Manche monte au créneau », Manche Informations, n° 34, 2000.

Liens externes