Naufrage de la Blanche-Nef, par Orderic Vital (12e siècle)

De Wikimanche

Henri Ier Beauclerc.
Mathilde l'Emperesse.

Ce texte, extrait des Historiæ ecclesiasticæ (1123/1141) d'Orderic Vital, évoque de manière dramatique le naufrage de la Blanche Nef (25 novembre 1120), qui modifie le cours de l'histoire normande.

Contexte historique

En effet, parmi les 157 victimes du naufrage, figure Guillaume Adelin (1103 – 1120), seul fils légitime de Henri Ier Beauclerc et d'Édith d'Écosse, dont la mort prématurée amena un remaniement de l’échiquier politique anglo-normand. À la mort d'Henri Ier, le trône d'Angleterre passa à une sœur aînée de Guillaume, Mathilde l'Emperesse, mais les prétentions à ce trône d'un cousin de Guillaume et de Mathilde, Étienne de Blois, entraînèrent de 1135 à 1154 une guerre civile qui ne s'acheva qu'avec la mort de ce dernier.

La France jusqu’alors alliée à l'Anjou perdit de son poids politique : par son mariage avec Geoffroy Plantagenêt, comte d'Anjou, Mathilde, alors veuve d'Henri V d'Allemagne, réunit la Normandie, l’Angleterre et l’Anjou, et porta la domination anglo-normande jusqu’à la Loire. Par la suite, le mariage du fils de Mathilde, Henri II Plantagenêt, avec Aliénor d'Aquitaine, étendra cette domination jusqu’aux Pyrénées.

Présentation

Orderic Vital (1075-1141/1143), moine anglo-normand et important historien de la Normandie, est le premier à rapporter l'événement dans ses monumentales Historiæ ecclesiasticæ [1] dont il commença la rédaction trois ans seulement après le drame.

Écrit en latin médiéval, ce texte se révèle à la fois riche en détails historiques et en références littéraires. Il n'est cependant pas exempts d'inexactitudes, et en particulier d'erreurs chronologiques (l'auteur date ainsi le naufrage de l'an 1119 et non de 1120). Les relations ultérieures de l'événement y trouveront leur principale source. Orderic Vital l'évoque à cinq reprises tout au long de son œuvre, mais c'est au livre XII, chapitre XXV (édition Le Prévost) [2] que se situe le principal développement.

Nous faisons suivre le texte latin de sa version française, telle qu'elle figure dans l'Histoire de Normandie dans la traduction de Louis Du Bois [3], à quelques retouches près. L'orthographe des noms propres, différente de la norme actuelle, sera quant à elle rectifiée en son temps.

Le texte

Henricus rex, in Normannia rebus post multos labores optime dispositis, decrevit transfretare, et tironibus ac praecipuis militibus, qui laboriose fideliterque militaverant, larga stipendia erogare, et quosdam, amplis honoribus datis in Anglia, sublimare. Unde classem continuo jussit praeparari, et copiosam omnis dignitatis militiam secum comitari.

Interea Radulfus de Guader, metuens perfidiam Normannorum, super quos, ipsis pro Eustachii favore prioris heri nolentibus, agitabat dominatum, et pensans quod Guader et Montemfortem et alia oppida et ingentes haberet ex patrimonio suo possessiones in regione Britonum, consilio et voluntate regis, Richardo, ejus filio, filiam suam pepigit, et Britolium atque Gloz et Liram, totumque honorem in Neustria sibi debitum cum illa donavit. Verum istud consilium imbecille et frivolum fuit, quia Deus, qui cuncta bene gubernat, aliter ordinavit. Nam puella, de qua mentio fit, Rodberto, comiti Legrecestrae, postmodum nupsit, et plurimis cum illo annis vixit. Ingenti classe in portu qui Barbaflot dicitur, praeparata et nobili legione in comitatu regis austro flante aggregata, VII Kalendas Decembris, prima statione noctis, rex et comites ejus naves intraverunt, et carbasa sursum levata ventis in pelago commiserunt, et mane Angliam, quibus a Deo concessum fuit, amplexati sunt.

In illa navigatione triste infortunium contigit, quod multos luctus et innumerabiles lacrymas elicuit. Thomas, filius Stephani, regem adiit, eique marcum auri offerens, ait: « Stephanus, Airardi filius, genitor meus fuit, et ipse in omni vita sua patri tuo in mari servivit. Nam illum, in sua puppe vectum, in Angliam conduxit, quando contra Haraldum pugnaturus, in Angliam perrexit. Hujusmodi autem officio usque ad mortem famulando ei placuit, et ab eo multis honoratus exeniis, inter contribules suos magnifice floruit. Hoc feudum, domine rex, a te requiro, et vas quod Candida-Navis appellatur, merito ad regalem famulatum optime instructum habeo. » Cui rex ait: « Gratum habeo quod petis. Mihi quidem aptam navim elegi, quam non mutabo; sed filios meos, Guillelmum et Richardum, quos sicut me diligo, cum multa regni mei nobilitate, nunc tibi commendo. »

His auditis, nautae gavisi sunt, filioque regis adulantes, vinum ab eo ad bibendum postulaverunt. At ille tres vini modios ipsis dari praecepit. Quibus acceptis, biberunt, sociisque abundanter propinaverunt, nimiumque potantes inebriati sunt. Jussu regis multi barones cum filiis suis puppim ascenderunt, et fere trecenti, ut opinor, in infausta nave fuerunt. Duo siquidem monachi Tironis, et Stephanus comes cum duobus militibus, Guillelmus quoque de Rolmara, et Rabellus Camerarius, Eduardus de Salesburia, et alii plures inde exierunt, quia nimiam multitudinem lascivae et pompaticae juventutis inesse conspicati sunt. Periti enim remiges quinquaginta ibi erant, et feroces epibatae, qui jam in navi sedes nacti turgebant, et suimet prae ebrietate immemores, vix aliquem reverenter agnoscebant. Heu ! quamplures illorum mentes pia devotione erga Deum habebant vacuas,

Qui maris immodicas moderatur et aeris iras !
Le naufrage, ainsi représenté vers 1320 sur un tableau généalogique.
Légendes en latin : en haut, Gu[illel]m[us] qui p[er]iit in mari, « Guillaume, qui périt en mer »; en bas : Matildam Imp[er]atrice[m], « Mathilde l'Impératrice ».

Unde sacerdotes, qui ad benedicendos illos illuc accesserant, aliosque ministros qui aquam benedictam deferebant, cum dedecore et cachinnis subsannantes abigerunt; sed paulo post derisionis suae ultionem receperunt Soli homines, cum thesauro regis et vasis merum ferentibus, Thomae carinam implebant, ipsumque ut regiam classem, quae jam aequora sulcabat, summopere prosequeretur, commonebant. Ipse vero, quia ebrietate desipiebat, in virtute sua, satellitumque suorum confidebat, et audacter, quia omnes qui jam praecesserant praeiret, spondebat. Tandem navigandi signum dedit. Porro schippae [4] remos haud segniter arripuerunt, et alia laeti, quia quid eis ante oculos penderet nesciebant, armamenta coaptaverunt, navemque cum impetu magno per pontum currere fecerunt. Cumque remiges ebrii totis navigarent conatibus, et infelix gubernio male intenderet cursui dirigendo per pelagus, ingenti saxo quod quotidie fluctu recedente detegitur et rursus accessu maris cooperitur, sinistrum latus Candidae-Navis vehementer illisum est, confractisque duabus tabulis, ex insperato, navis, proh dolor ! subversa est. Omnes igitur in tanto discrimine simul exclamaverunt; sed aqua mox implente ora, pariter perierunt. Duo soli virgae qua velum pendebat manus injecerunt, et magna noctis parte pendentes, auxilium quodlibet praestolati sunt. Unus erat Rothomagensis carnifex, nomine Beroldus, et alter generosus puer, nomine Goisfredus, Gisleberti de Aquila filius.

Tunc luna in signo Tauri nona decima fuit, et fere IX horis radiis suis mundum illustravit, et navigantibus mare lucidum reddidit. Thomas nauclerus post primam submersionem vires resumpsit, suique memor, super undas caput extulit, et videns capita eorum qui ligno utcunque inhaerebant, interrogavit: « Filius regis quid devenit ? » Cumque naufragi respondissent illum cum omnibus collegis suis deperisse: « Miserum, inquit, est amodo meum vivere. » Hoc dicto, male desperans, maluit illic occumbere, quam furore irati regis pro pernicie prolis oppetere, seu longas in vinculis poenas luere. In aquis penduli Deum invocabant, et mutua sese cohortatione animabant, et finem sibi a Deo dispositum tremuli exspectabant.

Frigida gelu nox illa fuit, unde tener albeolus post longam tolerantiam frigore vires amisit, sociumque suum Deo commendans, relapsus in pontum obiit, nec ulterius usquam comparuit. Beroldus autem, qui pauperior erat omnibus, renone amictus ex arietinis pellibus, de tanto solus consortio diem vidit, et mane a ternis piscatoribus faselo receptus, terram solus attigit. Deinde aliquantulum refocillatus, seriem tristis eventus curiose sciscitantibus enucleavit, et postea fere XX annis cum alacritate vixit.

Rogerius, Constanciensis episcopus, Guillelmum, filium suum, quem rex unum ex quatuor principalibus capellanis jam suis effecerat, fratrem quoque suum, et tres egregios nepotes ad damnatam judicio Dei navem conduxerat, ipsosque et consortes eorum, licet floccipenderent, pontificali more benedixerat. Ipse, aliique multi qui adhuc simul in littore stabant, et rex, sociique ejus, qui jam in freto elongati fuerant, terribilem vociferationem periclitantium audierunt; sed causam usque in crastinum ignorantes, mirati sunt, et inde mutuo indagantes tractaverunt.

Lugubris rumor, per ora vulgi cito volitans, in maritimis littoribus perstrepit, ac ad notitiam Tedbaldi comitis, aliorumque procerum aulicorum pervenit. Sed in illa die sollicito regi, multumque percunctanti nuntiare nemo praesumpsit. Optimates vero seorsum ubertim plorabant, charos parentes et amicos inconsolabiliter lugebant; sed ante regem, ne doloris causa proderetur, vix lacrymas cohibebant. Tandem sequenti die, solertia Tedbaldi comitis, puer flens ad pedes regis corruit; a quo rex naufragium Candidae-Navis causam esse luctus edidicit. Qui, nimia mox animi angustia correptus, ad terram cecidit; sed ab amicis sublevatus et in conclavim ductus, amaros planctus edidit. Non Jacob de amissione Joseph tristior exstitit, nec David pro interfectione Ammon vel Absalon acerbiores questus deprompsit. Tanto itaque patrono plorante, omnibus regni filiis palam flere licuit, et hujusmodi luctus multis diebus perduravit. Guillelmum Adelingum, quem Anglici regni legitimum haeredem arbitrati sunt, tam subito lapsum cum flore specialis nobilitatis omnes generaliter plangunt. Jam adolescens fere XVII annorum pubescebat. Jam generosam Mathildem sibi pene coaevam conjugem duxerat. Jam jussu patris hominium totius regni optimatum laetus acceperat. In illo paternus amor, populique spes secura quiescebat. Verum, quae superna majestas de suo plasmate inculpabiliter disponit, rea peccatorum lippitudo investigare vel intueri nequit, donec scelerosa hominum captivitas, sicut piscis hamo, vel avis laqueo, irretita sit, et miseriis undique irremediabiliter involuta sit. Dum enim praestolatur longaevitatem, beatitudinem et sublimitatem, subito incurrit citam perniciem, miseriam et dejectionem, ut in quotidianis eventibus ab initio mundi usque in hodiernum diem, tam modernis quam antiquis approbationibus manifestam liquido advertere possumus ostensionem.

Moestus rex filios et electos tirones, praecipuosque barones plangebat, maximeque Radulfum Rufum, et Gislebertum de Oximis lugebat, et eorum strenuitates saepius iterando cum fletibus recitabat. Optimates subjectaeque plebes plorabant dominos, pignora et cognatos, notos et amicos, sponsae sponsos, dilectaeque conjuges dulces maritos. Inutiles threnos non curo multiplicare. Unius tantum egregii versificatoris brevem camoenam nitor hic adnotare :

Accidit hora gravis, Thomaeque miserrima navis,
Quam male recta terit, rupe soluta perit.
Flebilis eventus, dum nobilis illa juventus
Est immersa mari perditione pari.
Jactatur pelago regum generosa propago,
Quosque duces plorant, monstra marina vorant.
O dolor immensus ! Nec nobilitas, neque census
Ad vitam revocat, quos maris unda necat.
Purpura cum bysso liquida putrescit abysso;
Rex quoque quem genuit, piscibus esca fuit;
Sic sibi fidentes ludit Fortuna potentes.
Nunc dat, nunc demit; nunc levat, inde premit.
Quid numerus procerum, quid opes, quid gloria rerum,
Quid, Guillelme, tibi forma valebat ibi ?
Marcuit ille decor regalis et abstulit aequor
Quod factus fueras, quodque futurus eras.
Inter aquas istis instat damnatio tristis,
Ni pietas gratis coelica parcat eis.
Corporibus mercis animae si dona salutis
Nactae gauderent, moesta procul fierent
Certa salus animae verum dat tripudiare
His bene qui charos commemorant proprios.
Hinc dolor est ingens humana quod inscia fit mens,
An requies sit eis quod quatit uda Thetis.

Quis mortalium potest sufficienter referre quot pro tam infausto casu ploraverint terrigenae, seu quot possessiones ad multorum damna genuinis haeredibus fuerint destitutae ? Guillelmus enim et Richardus, ut dictum est, periclitati sunt filii regis, et soror eorum Mathildis, uxor Rotronis Moritoniae consulis; Richardus quoque, Cestrae comes juvenis, multa probitate et benignitate laudabilis, cum uxore sua Mathilde, quae soror erat Tedbaldi, palatini comitis; Othverus etiam, frater ejus, Hugonis Cestrae comitis filius, tutor regiae prolis et paedagogus, ut fertur, dum repentina fieret ratis subversio, nobiliumque irreparabilis demersio, adolescentulum illico amplexatus est, et cum ipso in profundum irremeabiliter prolapsus est. Theodericus puer, Henrici nepos imperatoris Alemannorum, et duo elegantes filii Yvonis de Grentemaisnil, ac Guillelmus de Rodelento, consobrinus eorum, qui jussu regis transfretabant pro recipiendis in Anglia fundis patrum suorum; Guillelmus cognomento Bigod, cum Guillelmo de Pirou, dapifero regis; Goisfredus Ridel et Hugo de Molinis, Rodbertus Malconductus et nequam Gisulfus, scriba regis, aliique plures multae ingenuitatis, fluctibus absorpti sunt; quorum miserabilem casum parentes, necessariique, consortes et amici planxerunt, qui desolationes et damna, per diversas regiones, eorum in morte persenserunt. Ibi, ut fertur, decem et octo mulieres perierunt, quae filiae, vel sorores, aut neptes, seu conjuges regum vel comitum floruerunt. Sola pietas me compulit ista narrare, diligentiaque stimulor haec sequenti aevo certis apicibus allegare, quoniam tetra vorago neminem absorbuit de mea consanguinitate, cui lacrymas affectu sanguinis effundam, nisi ex sola pietate.

Incolae maritimi, ut certitudinem infortunii compererunt, fractam navem cum toto regis thesauro ad littus pertraxerunt, et omnia quae ibidem erant, praeter homines, salva prorsus reperta sunt. Deinde pernices viri VII Kalendas Decembris 1120 dum Christiana plebs solemnia sanctae celebrat Catharinae, virginis et martyris, quaerentes somata perditorum, avide discurrunt per littora maris; sed non invenientes, muneribus fraudabantur peroptatis. Opulenti magnates nandi gnaros et famosos mersores obnixe quaerebant, et magnos census eis spondebant, si charorum suorum cadavera sibi redderent, ut ea dignae sepulturae traderent.

Municipes Moritolii prae caeteris suos obnixe quaesierunt, quia pene omnes illius comitatus barones et electi optiones perierunt. Solus comes, ut dictum est, quia diarria molestabatur, et duo milites, Rodbertus de Salcavilla et Gualterius, egressi sunt, Deique nutu, aliis qui remanserant pereuntibus, in puppe regis prospere transfretaverunt. Richardus autem comes et pauci alii post plurimos dies longe a loco perditionis inventi sunt, sicuti fluctus quotidie saevientes eos asportaverunt, et per varia indumenta, quibus vestiti fuerant, a notis recogniti sunt.

Traduction française

Le roi Henri [5], après tant de travaux, ayant parfaitement mis ordre à ses affaires en Normandie, résolut de repasser la mer, de récompenser libéralement les soldats et les principaux chevaliers qui avaient combattu péniblement et fidèlement, et de les élever en dignité en leur donnant de grands biens en Angleterre. En conséquence, il fit aussitôt préparer une flotte, et se fit accompagner par une nombreuse troupe de militaires de tout rang.

Sur ces entrefaites, Raoul de Gaël [6], craignant la perfidie des Normands, qu’il gouvernait malgré eux à cause de l’attachement qu’ils conservaient à Eustache, leur ancien seigneur, pensant d’ailleurs qu’il aurait de son patrimoine en Bretagne Gaël, Montfort-la-Cane [7], d’autres places et de grandes terres, fiança sa fille à Richard, fils du Roi, par le conseil et de l’aveu de ce monarque, et lui donna pour dot Breteuil, Glos, Lire, et tout ce qui lui revenait en Normandie. Mais ce projet n’eut pas de suite, parce que Dieu, qui gouverne bien toutes choses, en ordonna autrement. En effet, cette jeune fille épousa par la suite Robert, comte de Leicester, et vécut avec lui plusieurs années [8].

Une grande flotte ayant été équipée dans le port que l’on appelle Barfleur, et la noble élite des compagnons du Roi s’étant réunie le 7 des calendes de décembre [9], au commencement de la nuit, par un vent du sud, le Roi et sa suite s’embarquèrent; on livra aux vents, sur la mer, les voiles tendues, et le matin ceux à qui Dieu le permit embrassèrent la terre anglaise.

Dans cette navigation, il arriva un cruel événement qui excita un grand deuil, et fit couler des larmes innombrables. Thomas, fils d’Étienne, alla trouver le Roi, et, lui offrant un marc d’or, lui dit : « Étienne, fils d’Airard [10], était mon père, et toute sa vie il servit le vôtre sur la mer. Ce fut lui qui, sur son vaisseau, le porta en Angleterre, quand il s’y rendit pour combattre Harold. Ce fut dans un tel emploi que, jusqu’à la mort, ses services furent agréables à Guillaume, et que, comblé de ses présents, il vécut avec magnificence parmi ses compatriotes. Seigneur Roi, je vous demande la même faveur: j’ai pour votre service royal un vaisseau parfaitement équipé, que l’on appelle la Blanche-Nef. » Le Roi lui fit cette réponse: « J’agrée votre demande. Toutefois j’ai choisi un navire qui me convient, je ne le changerai pas; mais je vous confie mes fils Guillaume et Richard, que j’aime comme moi-même, ainsi que beaucoup de nobles de mon royaume.»

À ces mots, les matelots furent comblés de joie; et se rendant agréables aux fils du Roi, ils lui demandèrent du vin. Le prince leur en fit donner trois muids : quand ils les eurent reçus, ils burent, en firent part abondamment à leurs camarades, et, en usant à l’excès, ils s’enivrèrent. Par l’ordre du Roi, beaucoup de barons s’embarquèrent [11] avec ses fils sur la Blanche-Nef; près de trois cents personnes, à ce que je pense, se trouvèrent réunies sur ce fatal bâtiment. Deux moines de Tiron, le comte Étienne [12], avec deux chevaliers, Guillaume de Roumare, le chambellan Rabel [13], Édouard de Salisbury [14] et plusieurs autres quittèrent le vaisseau, parce qu’ils remarquèrent qu’il contenait trop de jeunes gens étourdis et légers. On y comptait cinquante rameurs habiles, ainsi qu’un équipage arrogant [15], qui, s’emparant des sièges, encombrait le vaisseau, et, privé de raison par l’ivresse, n’avait plus d’égards pour personne. Hélas ! combien ces âmes étaient dénuées d’une pieuse dévotion envers Dieu,

Qui maris immodicas moderatur et aeris iras, « qui modère à son gré le courroux excessif et des flots et des airs ».

Aussi ces passagers chassèrent-ils avec affront et par de grands éclats de rire les prêtres qui étaient venus pour les bénir, ainsi que les autres ministres qui apportaient de l’eau bénite; mais ils ne tardèrent pas à subir la peine de leurs moqueries. Les hommes seuls avec le trésor du Roi et les muids de vin remplissaient le vaisseau de Thomas [16], et le pressaient de suivre de près le navire du Roi, qui déjà sillonnait les flots. Thomas, que le vin avait privé de sa raison, se confiait dans son habileté et celle de ses gens, et promettait audacieusement qu’il dépasserait tous ceux qui le précédaient. Enfin, il donna le signal du départ. Aussitôt les matelots saisirent promptement leurs rames, et pleins de joie, dans l’ignorance où ils étaient du malheur qui était devant leurs yeux, ils disposèrent les agrès, et poussèrent le vaisseau avec une grande impétuosité sur les flots. Comme les rameurs, pleins de vin, déployaient toutes leurs forces, et que le malheureux pilote s’occupait mal de la direction du gouvernail, le flanc gauche de la Blanche-Nef toucha violemment sur un grand rocher que tous les jours le reflux met à nu, et qu’ensuite recouvre la marée montante. Deux planches ayant été enfoncées, le vaisseau fut, hélas ! à l’improviste submergé. Dans un si grand danger, tout le monde ensemble poussa des cris affreux; mais l’eau ne tarda pas à leur remplir la bouche, et ils périrent tous également. Deux hommes seuls se saisirent de la vergue qui soutenait la voile, et, y restant suspendus une grande partie de la nuit, ils attendirent qu’il leur vînt un secours quel qu’il fût. L’un de ces hommes était un boucher de Rouen, nommé Bérold, et l’autre le noble jeune homme Goisfred, fils de Gislebert de L’Aigle.

Alors la lune était à son dix-neuvième jour dans le signe du Taureau : pendant près de neuf heures, elle éclaira le monde de ses rayons, et rendit la mer brillante aux yeux des navigateurs [17]. Le pilote Thomas, après avoir plongé dans les flots, reprit des forces; rendu à sa raison, il éleva la tête au-dessus de l’eau, et voyant ceux qui se tenaient attachés à la vergue, les interrogea en ces mots: « Qu’est devenu le fils du Roi ? » Les deux naufragés lui ayant répondu qu’il avait péri, ainsi que tous ses compagnons, il reprit: « Désormais il m’est affreux de vivre. » À ces mots, dans l’excès de son désespoir, il aima mieux mourir en ce lieu, que de s’exposer à la fureur du monarque irrité de la perte de ses enfants, ou de subir les longues souffrances des fers. Suspendus sur les flots, Bérold et Goisfred invoquaient Dieu, s’encourageaient par de mutuelles exhortations, et, tremblants, attendaient la fin que Dieu leur destinait.

Cette nuit fut froide et glacée: aussi le jeune Goisfred, après avoir beaucoup souffert de la rigueur du temps, recommandant à Dieu son compagnon, retomba dans les flots, et ne reparut plus. Quant à Bérold, qui était un pauvre homme, vêtu d’un habit de peaux de mouton, seul de tant de monde, il conserva la vie: le matin, ayant été recueilli par trois pêcheurs dans leur barque, il fut le seul qui gagna la terre. Ensuite, s’étant un peu remis, il raconta en détail ce triste événement aux curieux qui l’interrogèrent, et depuis vécut près de vingt ans en bonne santé.

Roger, évêque de Coutances [18], avait conduit à la Blanche-Nef, condamné par un jugement de Dieu, son fils Guillaume, que le Roi avait nommé un de ses quatre principaux chapelains, son frère et trois neveux d’un rang distingué; et, quoiqu’il les estimât fort peu, il les avait bénis pontificalement eux et leurs compagnons. Ce prélat et beaucoup d’autres personnes, qui étaient encore réunis sur le rivage, le Roi lui-même et ses compagnons, qui étaient déjà loin en pleine mer, entendirent les horribles cris de détresse des naufragés; mais, ignorant la cause de ce bruit, ils restèrent dans l’inquiétude jusqu’au lendemain, et s’occupèrent entre eux de ce qui pouvait y donner lieu.

Un bruit lugubre, répandu promptement parmi le peuple, courut sur le rivage de la mer: il parvint à la connaissance du comte Thibaut [19] et des autres seigneurs de la cour; mais ce jour même personne n’osa en faire part au Roi, qui était fort inquiet, et qui faisait beaucoup de questions. Les grands versaient à l’écart des larmes abondantes; ils plaignaient, sans pouvoir les consoler, leurs parents et leurs amis; mais, en présence du Roi, de peur de déceler la cause de leur douleur, ils arrêtaient avec beaucoup de peine l’effusion de leurs pleurs. Enfin, le jour suivant, par l’entremise adroite du comte Thibaut, un enfant se jeta en pleurant aux pieds du Roi, et lui dit que la cause du deuil qu’il voyait provenait du naufrage de la Blanche-Nef. Dans l’excès des angoisses de son âme, Henri tomba par terre; mais, relevé par ses amis, il fut conduit dans son appartement, où il donna un libre cours à l’amertume de ses plaintes. Jacob ne fut pas plus triste de la perte de Joseph; David ne jeta pas de cris plus affreux pour le meurtre d’Amon ou d’Absalon. Aussi, en voyant couler les pleurs d’un si grand prince, tous les enfants du royaume ne dissimulèrent plus leurs douleurs, et ce deuil dura un grand nombre de jours. Tout le monde regrettait généralement Guillaume Adelin, que l’on avait considéré comme l’héritier légitime du royaume d’Angleterre, et qui était tombé si subitement avec la fleur de la plus haute noblesse. Ce prince n’avait pas encore dix-sept ans, et déjà il avait épousé la noble Mathilde, qui était presque de son âge; déjà, par l’ordre de son père, il avait reçu avec joie l’hommage de tous les grands du royaume. Objet de l’amour de son père, il était pour le peuple l’espoir de la sécurité. Le coupable aveuglement des pécheurs cherche en vain à découvrir et à pénétrer ce que la suprême et infaillible Majesté a décidé de son ouvrage; l’homme criminel est saisi comme le poisson par l'hameçon, ou l’oiseau par le filet, et de toutes parts il se trouve sans ressources accablé de misère. Pendant qu’il se promet la vieillesse, le bonheur et l’élévation, il éprouve soudain une mort prématurée, la misère et l’abaissement : c’est ce dont nous pouvons trouver clairement la preuve manifeste, chez les modernes comme chez les anciens, dans les événements journaliers qui se sont passés depuis le commencement du monde jusqu’à nos jours [20].

Le Roi, dans sa douleur, regrettait ses enfants, une jeunesse d’élite, ses principaux barons, surtout Raoul le Roux [21] et Gislebert d’Exmes; souvent, les larmes aux yeux, il recommençait le récit de leurs prouesses. Les grands, ainsi que les sujets, regrettaient leurs seigneurs, leurs supérieurs, leurs parents, leurs connaissances et leurs amis; les fiancées pleuraient ceux qui devaient recevoir leur main; les femmes chéries, leurs époux bien aimés. Je ne prendrai pas la peine de multiplier ces douloureux récits; je rapporterai ici seulement quelques vers d’un poète distingué :

« L’heure fatale est arrivée. Le déplorable vaisseau de Thomas, gouverné par une main égarée, périt brisé sur un rocher. Événement fatal, qui, dans une perte commune, plonge au fond des mers une noble jeunesse. Les fils des rois deviennent le jouet des flots, et, pleurés par les premiers de l’État, ils servent de pâture aux monstres de la mer. O douleur sans mesure ! ni la noblesse, ni la fortune, ne peuvent rappeler à la vie ceux qui sont morts dans les flots de la mer. La pourpre et le lin vont pourrir dans le liquide abîme, et les poissons dévorent celui qui naquit du sang des rois. C’est ainsi que la fortune se joue de ceux qui se confient à ses faveurs: elle donne, elle ravit; elle élève, elle abaisse. A quoi te servent, ô Guillaume, et le nombre des seigneurs qui te servent, et les richesses et la gloire humaine, et la beauté dont tu fus pourvu ! Cet éclat royal s’est flétri, et la mer engloutit à la fois ce que tu fus et ce que tu devais être. Une affligeante damnation poursuit ces malheureux dans les ondes, à moins que la bonté divine ne daigne leur pardonner. Si, au prix du naufrage des corps, les âmes acquéraient le bien du salut, elles auraient sujet d’éloigner la tristesse. La certitude du salut des âmes donne en effet véritablement lieu de se réjouir à ceux qui s’intéressent à leurs parents chéris, tandis que c’est pour l’âme humaine un grand motif de douleur que d’ignorer si le repos des justes est réservé à ceux que Thétis engloutit dans ses ondes. »

Est-il quelqu’un qui puisse rapporter, comme il convient, quels furent les pleurs des mortels pour une si fatale catastrophe, ou quels biens furent privés de leurs héritiers naturels au détriment de tant de monde ? En effet, comme nous l’avons dit, on vit périr Guillaume et Richard, fils du Roi, leur sœur Mathilde, femme de Rotrou, comte de Mortagne, le jeune Richard, comte de Chester, si digne d’éloges pour ses prouesses et sa bonté, et sa femme Mathilde, qui était sœur de Thibaut, comte palatin. Otver son frère, fils de Hugues, comte de Chester, gouverneur du prince royal, prit dans ses bras cet enfant, au moment où fut tout à coup submergée la Blanche-Nef, et où s’engloutirent à jamais tant de nobles personnages; il s’enfonça avec son élève au fond des mers d’où ils ne reparurent plus. Le jeune Thierri, neveu de Henri, empereur des Allemands [22]; deux fils charmants d’Yves de Grandmesnil, et Guillaume de Rhuddlan, leur cousin [23], qui, par l’ordre du Roi, passaient la mer pour prendre en Angleterre possession des biens de leurs pères; Guillaume surnommé Bigod [24], avec Guillaume de Pirou, sénéchal du Roi, Goisfred Ridel [25] et Hugues de Moulins [26], Robert Mauconduit, le méchant Gisulfe secrétaire du Roi, et plusieurs autres personnages d’une grande distinction furent engloutis au fond des flots. Cette déplorable catastrophe excita la douleur de leurs parents, de leurs connaissances intimes et de leurs amis, qui, à cette occasion, répandirent la désolation et le dommage dans diverses contrées. On rapporte qu’il y périt dix-huit femmes qui avaient l’avantage d’être filles, ou sœurs, ou nièces, ou femmes de monarques et de comtes. Ce n’est que par commisération que je me détermine à raconter ces choses, et l’exactitude m’engage à en transmettre un récit fidèle à la postérité. En effet, l’horrible gouffre n’enleva personne de ma famille pour qui je doive répandre des larmes à cause des liens du sang, ému que je suis seulement par la pitié.

Les habitants de la côte, ayant acquis la certitude de cet événement désastreux, traînèrent au rivage le vaisseau fracassé avec tout le trésor du Roi; tout ce qui était dans le bâtiment, à l’exception des hommes, fut trouvé en bon état. Ensuite, des hommes légers à la course, le 7 des calendes de décembre [27], pendant que le peuple chrétien célébrait la fête de sainte Catherine vierge et martyre [28], coururent avec empressement sur le rivage de la mer, pour y trouver les corps des naufragés; mais n’ayant rien découvert, ils furent trompés dans l’espoir qu’ils avaient d’être récompensés. Les seigneurs riches cherchaient partout d’habiles nageurs et des plongeurs renommés; ils leur promettaient de fortes sommes, s’ils pouvaient leur rendre les cadavres des personnes qui leur étaient chères, pour leur donner dignement les honneurs de la sépulture.

Les habitants de Mortain, surtout, mirent beaucoup de zèle dans leurs recherches, parce que presque tous les barons de ce comté et ses personnages de distinction avaient péri sur la Blanche-Nef. Le seul comte de Mortain [29], comme nous l’avons dit, étant affligé de la diarrhée, avait quitté le bâtiment, ainsi que Robert de Sauqueville [30] et Gaultier, par la permission de Dieu; tandis que les autres périssaient, ceux-ci, qui étaient restés, passèrent heureusement la mer sur un vaisseau du Roi [31]. Plusieurs jours après le naufrage, on trouva loin de là le comte Richard [32] et un petit nombre d’autres. Les flots journellement agités les poussèrent à la côte, et les personnes de leur connaissance les reconnurent aux divers vêtements qu’ils portaient.

Notes et références

  1. Orderic Vital, Historiæ ecclesiasticæ, 1123/1141, édition de Auguste Le Prévost et Léopold Delisle, Jules Renouard éd., Paris, t. I, 1838; t. II, 1840; t. III, 1845; t. IV, 1852; t. V, 1855.
  2. Orderic Vital, op. cit., t. IV, 1852, p. 409-420.
  3. Histoire de Normandie..., traduction par Louis-François du Bois des Historiæ ecclesiasticæ, Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France publiés par F. Guizot, 4 vol. (XXV-XXVIII), J.-L.-J. Brière, Paris, 1825-1827.
  4. Latin médiéval schippa « bateau, navire », d'origine anglo-saxonne, et notant l'ancien anglais sċip (anglais moderne ship).
  5. Henri Ier Beauclerc.
  6. Ille-et-Vilaine.
  7. Aujourd'hui Montfort-sur-Meu, Ille-et-Vilaine.
  8. Amicie de Gaël (ou Guader), qui fut l'épouse de Robert le Bossu, comte de Leicester, fils de Robert, comte de Meulan.
  9. Le 25 novembre 1120.
  10. Note de Le Prévost et Delisle, p. 411 : « Il est très-possible que ce soit ce patron de barque qu'on ait désigné dans le Domesday-Book comme tenant in capite dans le Berkshire, sous le nom de Stefanus, Eirari filius. »
  11. Littéralement : montèrent sur la poupe.
  12. Étienne de Blois, comte de Mortain.
  13. Rabel, fils de Guillaume de Tancarville et de Mathilde d'Arques. Il épousa Agnès, fille d'Odon Stigand de Mézidon, et fonda la prieuré de Sainte-Barbe-en-Auge à Écajeul (Calvados). Le Prévost, p. 412, estime que le titre de « chambellan » représente ici une désignation héréditaire de la famille, car le personnage n'avait pas encore accédé à cette dignité.
  14. Grand propriétaire à Salisbury et aux environs. Par ordre de Guillaume le Roux, sa fille dut épouser Onfroi II de Bohon, qui récupéra ainsi une partie du patrimoine.
  15. Les soldats composant l'escorte militaire du navire, précise Le Prévost, p. 412.
  16. Note de Le Prévost et Delisle, p. 412-413 : « Nous pensons qu'il faut interpréter ces mots dans le sens que, sauf le trésor du roi et quelques barriques de vin, le chargement du navire ne se composait que de passagers. »
  17. Par de savantes considérations astronomiques, Le Prévost et Delisle contestent cette affirmation « complètement apocryphe », p. 414.
  18. Évêque de Coutances de 1114 à 1123.
  19. Thibaut, comte de Blois.
  20. Cette considération, déclenchée par l'obscure référence au « coupable aveuglement des pécheurs » et à « l’homme criminel », est longuement commentée par Le Prévost et Delisle, p. 416. Ils y voient une allusion de la part d'Orderic Vital à un « vice infâme, très-répandu parmi les jeunes seigneurs passagers de la Blanche-Nef »; l'opinion publique et le clergé en accusaient plus particulièrement le duc Robert, « qui passait pour l'avoir rapporté d'Orient ».
  21. Raoul le Roux de Pont-Échanfré.
  22. Note de Le Prévost et Delisle, p. 418 : « Probablement fils d'Agnès, sœur de ce monarque, et Frédéric, duc de Souabe. »
  23. Fils de Robert de Rhuddlan.
  24. Probable fils ou frère de Roger Bigot.
  25. Gendre de Hugues d'Avranches, comte de Chester.
  26. Troisième fils de Guillaume de Moulins.
  27. 25 novembre 1120.
  28. Le Prévost et Delisle, p. 420, corrigent cette date en 26 novembre, le lendemain du naufrage.
  29. Étienne de Blois.
  30. Sauqueville, près de Dieppe.
  31. Le Prévost et Delisle, p. 420, relèvent ici une contradiction : en effet, on apprend plus haut que le navire du roi était parti avant la Blanche-Nef.
  32. Richard de Chester.

Voir aussi

Lien externe