Naufrage de La Julie

De Wikimanche

La Julie est un petit navire à voile carrée servant autrefois à faire du cabotage, appartenant à la Direction du Port et de l'Artillerie navale de Cherbourg.

Le 13 août 1919, La Julie quitte le port des Flamands remorqué par le Papillon. Les cales des deux navires sont pleines de munitions diverses (380 grenades Giraud désamorcées, 49 bombes percutantes démontées (système hydrostatique avec percuteur en place, goupilles et détonateurs en place), 500 bouchons allumeurs, un lot de tubes d’amorce, fusées détonateurs, rechanges pour bombes anglaises) qui vont être immergées dans la fosse du cap Lévi.

Le temps est beau, la mer calme, le convoi fait route tranquillement à petite vitesse pour éviter tout choc aux munitions transportées.

Arrivé à destination, le travail commence. Les sept membres d'équipage manipulent les munitions. Quand tout à coup, une forte explosion se produit à bord. Une fois la fumée dissipée, l'équipage du Papillon scrute l'océan en vain. Il ne reste rien de La Julie, si ce ne sont que des débris sur l'océan qui a retrouvé son calme. Les recherches entreprises dans les parages restent vaines, l'équipage a entièrement disparu dans cet accident.

L'explosion est ressentie jusque dans le centre-ville de Cherbourg ; des débris de verre jonchent le sol. À la Société Générale, deux personnes sont blessées par des éclats de vitre.

La commission d'enquête nommée par le préfet maritime ne peut émettre que des hypothèses sur cette tragédie dont celle de la mise à feu spontanée d'un explosif contenu dans le stock.

Depuis lors, les munitions transportées à bord des navires pour être détruites ou immergées le sont par catégories. Les bombes et grenades sont maintenant désamorcées avant transport.