Narval (Q-118)

De Wikimanche

Hommage au Narval

Le Narval, numéro de coque Q-118, est un sous-marin construit à Cherbourg.

Historique

Le Narval, « sous-marin de première classe de grande patrouille – programme 1922», classe « Requin », est mis sur cale le 14 avril 1922 à l'arsenal de Cherbourg.

Submersible à double coque, il est construit selon les plans de l'ingénieur Jean-Jacques Roquebert.

Mis à flot le 9 mai 1925, le Narval entre en service le 23 juillet 1926.

Affecté au Levant, en Atlantique et en Tunisie, au moment de l'armistice de 1940, il quitte Sousse (Tunisie) le 18 juin pour y revenir quatre jours plus tard. Le Narval est le premier grand bâtiment de guerre à rallier le général de Gaulle après l'appel du 18 juin 1940. Le 24 juin, il appareille et rejoint Malte.

Le 1er novembre 1940, en plein combat contre un convoi italien, l'alerte se déclenche accidentellement. Le sous-marin plonge alors que son commandant le lieutenant de vaisseau Drogou a le bras bloqué dans le panneau supérieur du kiosque. Il s'y trouve bloqué avec l'enseigne de vaisseau Bouet. Refaisant surface sur les instructions de l'IM Rimbaud les deux hommes sont sauvés. La batterie arrière et le périscope sont hors d'usage.

Entre le 13 et le 16 décembre 1940, le sous-marin se perd en sautant sur une mine près des îles Kerkennah (Tunisie). Ce naufagre fait 50 victimes ; deux matelots ont la vie sauve du fait qu'ils étaient malades à terre.

Caractéristiques

Caractéristiques
Type de coque Sous-marin à double coque
Tonnage surface 974 t
Tonnage en plongée 1 441 t
Longueur 78,25 m
Largeur 6,84 m
Tirant d'eau 5,10 m
Vitesse en surface 16 nœuds
Vitesse en plongée 10 nœuds
Immersion maximale de sécurité 60 à 90 m
Équipage (off. + s-off. + mat.) 4 + 50
Armement 6 tubes intérieurs de 550 mm + 4 tubes extérieurs orientables de 550 mm + 1 canon de 100 mm + 14 torpilles de 550 mm + 2 mitrailleuses de 8 mm
Motorisation 2 moteurs Diesel de {{formatnum:1450 ch + 2 moteurs électriques de 900 ch
Propulsion 2 hélices
Source : .- Caractéristiques, histoire et destin des sous-marins français

Distinctions

Hommages

  • Le nom du commandant Drogou est donné en 1942 à une corvette FNFL et en 1974 à un aviso de la Marine française.
  • Un monument est dédié à la mémoire de son équipage à Brest (Finistère), près du château.

Notes et références


Liens internes