Moulinex (Saint-Lô)

De Wikimanche

Moulinex est une ancienne entreprise de la Manche, située à Saint-Lô.

Selon la volonté de Jean Mantelet, l'inventeur du presse purée et du moulin à légumes, une usine Moulinex est installée en 1971 [1] dans la zone industrielle de la Capelle, aujourd'hui Parc Delta, rue Léon-Jouhaux[2]. L'entreprise emploie 400 personnes l'année suivante et compte jusqu'à 1200 salariés en 1978[1].

Après le décès de Jean Mantelet en 1991, son groupe subit des revers industriels et financiers dont il ne se relèvera pas[3].

Le 7 septembre 2001 le groupe d’électroménager Moulinex-Brandt, fusionné dix mois plus tôt, dépose le bilan[1]. Le mois suivant, Seb reprend Moulinex, supprimant 130 des 420 emplois de Saint-Lô[1]. Les 300 salariés de la Compagnie Générale des Moteurs Électriques (CGME) devenue filiale Moulinex deux ans auparavant ne sont pas concernés[4].

Fin 2002, la CGME revit sous le nom d’Euromoteurs, initiée par une douzaine d’anciens cadres[1]. Euromoteurs, forte de 400 salariés à Saint-Lô et à Carpiquet (Calvados), fabrique des moteurs pour petits appareils électroménagers[1].

Le 5 juillet 2004, 77 salariés de Saint-Lô sont licenciés lors d'un plan social d'Euromoteurs qui ferme l'usine de Carpiquet[1].

En mars 2007, la liquidation judiciaire d'Euromoteurs provoque 142 licenciements[1].

En janvier 2008, le groupe Seb n'utilise plus que la moitié des 12 000 m² de l'usine Moulinex et 200 employés[1].

En mai 2011, la production des mixers plongeants est transférée à Mayenne, il ne reste plus que 93 salariés[1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 1,8 et 1,9 « Saint-Lô. Une vie chez Moulinex… puis Seb », Ouest-France Entreprises, site internet, 2 avril 2012 (lire en ligne)
  2. « Saint-Lô. Que devient l'ancien site industriel Moulinex ? », », Ouest-France Entreprises, site internet, 2 avril 2012 (lire en ligne)
  3. Philippe Bertin et Jean-Paul Viart, Dico cité illustré de Saint-Lô, R&Co, 2013, p. 130.
  4. « Moulinex un an après : à Saint-Lô (Manche) », Lutte ouvrière. Le Journal, 11 octobre 2002. (lire en ligne)