Monument aux morts de Valognes

De Wikimanche

Le Monument aux morts de Valognes est un monument commémoratif de la Manche.

Il commémore les morts de la Première Guerre mondiale dans le canton de Valognes.

Son édification est proposée le 23 mars 1919 au conseil municipal par le maire, Auguste Poutas-Larue. À cause de son coût élevé, la commande n'est passée qu'en 1926 [1].

Après appel à concours, on retient la maquette du sculpteur Ernest-Henri Dubois [1] : contre un piédestal surmonté d'une victoire ailée, une femme portant une coiffe soutient un soldat. Le journal L'Arrondissement de Valognes du 20 mars 1926 relate : « ce qui plaît dans le monument de Dubois, c'est tout d'abord l'idée qui est belle et sentimentale. Ce retour du Poilu recevant le baiser maternel est des plus impressionnants. »[1].

Il est inauguré place de l'Hôtel-de-Ville, et on déplore que seuls les morts valognais y sont inscrits (151 noms sur 196) [1], alors que le monument est cantonal.

Le monument est endommagé lors des combats de la Libération en 1944, mais pas détruit, le Poilu a perdu sa main de pierre.

Le monument est déplacé en 1960 dans le jardin public, puis place Jacques-Lemarinel où il est aujourd'hui [1]. Seule la base du monument avec la femme et le soldat ont été conservés pour le monument actuel.

En 2015, une rénovation à l'initiative de la municipalité de Jacques Coquelin permet au Poilu de retrouver sa main brandissant un rameau d'olivier, symbole de la paix retrouvée[1].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 « Le Poilu du monument aux morts retrouve son rameau d'olivier », ouest-france.fr, 10 mai 2015 (lire en ligne).