Modèle

Accueil/Lumière sur-36

De Wikimanche

Alcatel, entreprise nationale d'électronique a connu trois sites d'implantation dans la Manche, au gré de multiples acquisitions et reventes. Avec un maximum de près de 3000 employés dans le département, elle a été le deuxième plus gros employeur de la Manche.

Dans le cadre du processus de décentralisation industrielle et pour profiter de la main d'œuvre féminine disponible par la baisse de l'activité agricole, la Compélec ouvre à Querqueville en 1962 une usine de semi-conducteurs et fusionne rapidement avec la Compagnie industrielle des télécommunications (CIT) qui développe l'assemblage de centraux téléphoniques électroniques, puis à Alcatel dans les années 1970. Modèle au point de recevoir la viste du président de la République François Mitterrand le 16 décembre 1982, l’unité est jugée superflue après l’intégration de la branche téléphonie de Thomson à Alcatel en 1984 et subit de lourds licenciements à partir de la fin des années 1980, avant de fermer en mai 1996. Une petite partie des activités est reprise par Cofidur en 1997.

Dans le milieu des années 1970, Alcatel s'installe à Coutances. Spécialisée dans la fabrication de circuits imprimés, l'usine est filialisée puis mise en vente et rachetée en 2003 par cinq de ses cadres, qui ont fondé Elvia PCB.

La fusion CIT-Alcatel-Thomson Télécommunications en 1984/1985 touche également l'usine de Cherbourg, héritière d'Hortson, devenu Thomson-CSF Audiovisuel en passant des caméras de cinéma aux caméras de surveillance et médicales, puis spécialisée dans la production de circuits électroniques pour l'industrie locale, et à partir de 1976, à la production de dispositifs électroniques pour faisceaux hertziens. Elle déménage en 1987 dans une nouvelle usine modernisée à Tourlaville, et revendu en 2002 à Sanmina-SCI qui cesse son activité en mars 2008.

Lire l'article.