Maxime de Coniac

De Wikimanche

Maxime de Coniac, né à Rennes (Ille-et-Vilaine) le 26 avril 1913, mort à Saint-James le 10 juillet 2003, est un homme politique de la Manche, exploitant agricole de profession.

Maxime de Coniac incarne une certaine noblesse d’esprit et d’allure que symbolise une élégance naturelle. Il est avant tout un homme de la terre, attaché par toutes ses fibres aux valeurs et aux traditions campagnardes qu’il défend durant toute une vie bien remplie [1].

Il est élu conseiller général du canton de Saint-James en 1961 dont il avait fondé le syndicat intercommunal dès 1964 [1]. Il reste en poste jusqu'en 1992.

Il est élu maire d'Argouges en 1953. Il reste en poste jusqu'en 1995. Il est élu conseiller municipal en 1947. À la tête de sa commune, cet exploitant terrien est un des pionniers du remembrement [1].

Il est conseiller régional [1] et membre du Conseil économique et social de Basse-Normandie (CES).

Sur le plan professionnel, il est en outre président fondateur du Syndicat départemental de la propriété agricole de 1947 à 1993. Par la suite, il préside aux destinées nationales et internationales de cette organisation [1].

Ce gentilhomme campagnard était un grand chasseur devant l’Éternel. Sa passion le mena aux plus hautes responsabilités au sein des organisations cynégétiques. De président en 1949 de la Fédération des chasseurs de la Manche, il devint président de l’Office national de la chasse de 1975 à 1978 avant de représenter la France au sein du conseil international de la chasse [1]. Il est remplacé le 8 août 1979.

Maxime de Coniac, fervent catholique, milite durant de longues années en faveur de l’école privée dont il devient membre du conseil national de gestion [1].

À sa mort, le président du Conseil général de la Manche, Jean-François Le Grand, déclare : « Il incarnait l’engagement dans la vie publique, au service des autres. C’était quelqu’un qui ne se mettait jamais en avant et, pourtant, sa porte était toujours ouverte, surtout pour les plus humbles… » [1].

Hommages

Une salle communale porte son nom à Saint-James.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 et 1,7 Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 3, éd. Eurocibles.

Lien interne