Max-Pol Fouchet

De Wikimanche

Max-Pol Fouchet.

Max-Pol Fouchet, né à Saint-Vaast-la-Hougue le 1er mai 1913, mort à Vézelay (Yonne) [1] ou Avallon (Yonne) [2][3] le 22 août 1980, est un écrivain, poète et journaliste de la Manche.

Biographie

La maison de Max-Pol Fouchet à Saint-Vaast.
Signature de Max-Pol Fouchet.

Né place de la République à Saint-Vaast-la-Hougue, Max-Pol Fouchet est le fils d'un armateur local, propriétaire de trois voiliers (les Liberté, Égalité et Fraternité) et deux chalutiers à moteur (Jean-Jaurès et Karl-Marx) après avoir été comédien [2]. Il est baptisé laïquement sur un bateau de son père, à mi-chemin de la France et de l'Angleterre, avec une goutte de calvados versée sur les lèvres de l'enfant [4].

Après avoir passé la Première Guerre mondiale à Paris, où sa mère travaille en ministère[2], sa famille ouvre un comptoir de mode à Bruxelles quand son père revient gazé et ruiné du front. Ils transfèrent leur commerce de Belgique en Algérie en 1923, dans l'espoir d'améliorer la santé du père qui meurt en 1929 [2].

Au lycée Hoche à Alger, dont il sort bachelier en 1930 [2], Max-Pol Fouchet rencontre Albert Camus, avec qui il milite aux Jeunesses socialistes. Il étudie les lettres et fréquente les artistes dans les bars de Bab el Oued[3]. Il collabore au journal Alger socialiste, fait paraître des textes littéraires dans la Revue Sud, et milite contre les groupes étudiants de droite et idées coloniales et fascistes, alors que le nouveau mari de sa mère, industriel à Alger, est partisan des Croix-de-feu [2].

Il est peintre en bâtiment, puis s'embarque sur un cargo, et revient à Alger en 1933 comme surveillant à l’École catholique Lavigerie. Il se rend au sanatorium de Saint-Hilaire-du-Touvet (Isère) pour soigner une tuberculose, et y rencontre le philosophe personnaliste Emmanuel Mounier, fondateur de la revue Esprit à laquelle Fouchet participe [2].

En 1939, il est nommé attaché des musées nationaux puis devient conservateur adjoint du musée d'Alger. Il est représentant pour l'Afrique du Nord au Comité national des écrivains [3]

Toujours en 1939, il fonde et anime la revue poétique Fontaine, qui devient rapidement sous l'Occupation, la tribune de la Résistance intellectuelle française, avec les plumes engagées de Georges Bernanos, Louis Aragon, Antonin Artaud et Jean Cocteau. En 1942, il publie Liberté, de Paul Éluard.

À la Libération, il quitte l'Algérie, s'installe à Paris et anime des émissions de radio [3] tout en parcourant le globe. De retour en France au début des années 1950, il participe aux premiers pas de la télévision avec la volonté d'initier les Français à la culture. Il crée ainsi, avec Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet les émissions culturelles Lectures pour tous (de 1953 à 1968) et Le Fil de la vie. Mais ses prises de positions, notamment contre la peine de mort, la torture et la censure, alors que le pouvoir politique encadre encore fortement la télévision, l'en éloignent.

Il poursuit en parallèle ses activités littéraires en publiant romans, recueils de poésie et récits de voyages.

Œuvres

  • Simples sans vertu, 1936
  • Vent profond, La Vie réelle, 1938
  • Les Limites de l'amour, Fontaine, 1942
  • La France au cœur (Chroniques de la Résistance et de la Libération), E. Charlot, 1944
  • Aspects de la littérature anglaise (1918-1945), avec Kathleen Raine, Revue Fontaine, 1947
  • Les Peuples nus, Buchet-Chastel, 1953
  • Terres indiennes, 1955
  • Le Fil de la vie, Robert Laffont, 1958
  • Anthologie thématique de la poésie française, Seghers, 1958
  • Demeure le secret, Mercure de France, 1961
  • Nubie, splendeur retrouvée, 1965
  • Les Appels, Mercure de France, 1967
  • Femmes de nuit et d'aube, Fall, 1967
  • Un jour, je me souviens, Mercure de France, 1968
  • La Rencontre de Santa Cruz, Grasset, 1976
  • La Relevée des herbes, 1980
  • Histoires pour dire autre chose, 1980

Hommages

Expositions

En 2010, du 11 septembre au 2 octobre, une exposition intitulée « Max-Pol Fouchet, poète de la liberté », est présentée à à la médiathèque de Saint-Vaast-la-Hougue pour marquer le 30e anniversaire de la mort de l'écrivain.

Philatélie

Timbre-poste.
Enveloppe « Premier jour » éditée à Saint-Vaast-la-Hougue (1983).

En 1983, un timbre-poste consacré à Max-Pol Fouchet est mis en service par l'administration postale.

Il représente le portrait de l'écrivain dessiné et gravé par Pierre Forget. Tiré à 3 millions d'exemplaires, il est proposé au public le 2 mai 1983 et retiré de la vente 11 mai 1984.

Une manifestation a lieu à Saint-Vaast-la-Hougue le 30 avril 1983 avec l'émission d'enveloppes « Premier jour » et la mise en service d'un timbre à date spécial.

Postérité

En juillet 2013, son nom est donné à la salle socio-culturelle de Saint-Vaast-la-Hougue, ancien cinéma [5].

Notes et références

  1. Biographie en ligne établie par les Amis de Max-Pol Fouchet, consultée le 16 avril 2012 (lire en ligne) .
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 et 2,6 Biographie en ligne établie par René Galissot dans Le Maitron, consultée le 16 abril 2012 (lire en ligne).
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 Yves Lecouturier, Célèbres de Normandie, éd. Orep, Cully, 2007.
  4. Anecdote racontée par Jean-François Claude, conseiller municipal de Saint-Vaast-la-Hougue, Ouest-France, 1er septembre 2010.
  5. « L'ancien cinéma devient la salle Max-Pol-Fouchet », Ouest-France, 24 juillet 2013.

Lien interne

Lien externe